NoCopy.net

COMMENTAIRE DE « DON JUAN », Acte V, Scène 5 et 6.

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< « Crépuscule du matin », Les Fleurs du mal de ... "Fanatisme", extrait du Dictionnaire Philosop ... >>
Partager

COMMENTAIRE DE « DON JUAN », Acte V, Scène 5 et 6.

Echange

Aperçu du corrigé : COMMENTAIRE DE « DON JUAN », Acte V, Scène 5 et 6.



Document transmis par : gaeetan16782


Publié le : 12/9/2006 -Format: Document en format FLASH protégé

COMMENTAIRE DE « DON JUAN », Acte V, Scène 5 et 6.
Zoom

Molière a publié sa scène théâtrale comique « Dom Juan » en 1665. Il met en scène Dom Juan, qui vient de quitter sa femme Don Elvire, et dont le seul plaisir est de séduire les femmes. Il est accompagné de Sganarelle, son fidèle valet, qui tente timidement de ramener son maître sur le chemin de la vertu et de la religion, mais en vain. Bien plus qu’un simple dénouement, les scènes 5 et 6 de l’acte V (la fin de la pièce), donnent tout sens à cette œuvre qui ne cesse de tourner autour du rendez-vous et de la confrontation annoncés entre Dom Juan et la statue du Commandeur, la pièce se nommant « Dom Juan ou le Festin de pierre » (sûrement le symbole de la statue en pierre). Ici, la statue du Commandeur (que Don Juan ne cherche pas à trouver, mais qui la trouve sur son chemin) vient le chercher et lui demander des comptes. Pour commenter ces deux scènes, nous allons donc tout d’abord étudier les différentes allégories placées sur son chemin, puis dans un second temps, nous allons montrer que Dom Juan malgré diverses intimidations, reste fidèle à lui-même, puis pour terminer, nous évoquerons le fait que la scène soit tragique mais à la fois comique.

Dans un premier temps, Molière utilise diverses allégories qui rendent le parcours de Dom Juan plus difficile, et qui seront présentes pour prévenir Dom Juan de son mauvais comportement.
La première allégorie utilisée par Molière est celle du Spectre. En effet, on peut dire qu’il représente ici un personnage envoyé par la Ciel, puisque l’on retrouve le champ lexical religieux avec « miséricorde », « Ciel », « péché », « repent »… De plus le spectre (sous forme de femme voilée) rappel à Don Juan les femmes bafouées et déshonorées, « je crois que connaître cette voix ». Par ailleurs, le spectre parle de Don Juan en utilisant la 3ème personne, ce qui donne un aspect solennel ainsi qu’une étrangeté surnaturelle, « Don Juan n’a plus qu’un […] », « s’il ne se repent ». On a ici, un premier avertissement dont le rôle est de toucher la conscience de Dom Juan, il a encore la possibilité de se repentir et de sauver sa vie, mais il refuse.
Molière utilise ensuite l’allégorie du Spectre qui représente « le Temps avec sa faux à la main », qui va représenter le temps qui est passé sans que Don Juan ne se doute de rien et continue à séduire de nombreuses femmes, ce temps qui va le conduire à la mort représenté ici par la « faux ». Le Spectre apparaît puis disparait fugitivement, sans qu’elle n’ai eu le temps de prononcer un mot, « elle s’envole ».
La Statue du Commandeur est la 3ème allégorie utilisée par Molière, elle est, tout comme le spectre, chargée d’arrêter et résonner Don Juan, pour y parvenir, elle utilise l’impératif qui souligne aussi l’affrontement entre les deux personnages, « Arrêtez », Donnez-moi ». « Les grâces du Ciel » rappelle la « miséricorde » que Don Juan a jusqu’au bout rejetée et qui va le mener à la mort, surtout lorsqu’il va donner sa main à la Statue, qui est le symbole du contrat que Don Juan a ...



Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Pour pouvoir consulter gratuitement ce document et

TOUCHER DES DROITS D'AUTEUR

Vous disposez de documents dont vous êtes l'auteur ?

monnaie-euro-00008Publiez-les et gagnez 1 euro à chaque consultation.
Le site devoir-de-philosophie.com vous offre le meilleur taux de reversement dans la monétisation de vos devoirs et autres rapports de stage.
Le site accepte tous les documents dans toutes les matières (philosophie, littérature, droit, histoire-géographie, psychologie, etc.).

N'hésitez pas à nous envoyer vos documents.

, nous vous prions tout simplement de faire don d'un document pour le site en cliquant sur le boutton ci-dessous :




Le corrigé du sujet "COMMENTAIRE DE « DON JUAN », Acte V, Scène 5 et 6." a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Mais il change vite d'avis et approuve son maître sur son choix : « Assurément ». Enfin, il n'intervient premièrement pas dans la tentative de séduction de Dom Juan, mais approuve et appuie son maître : « Il n'a garde », « Non, non, ne craignez point ». Ainsi Sganarelle joue ici le rôle de témoin et seconde son maître dans sa stratégie. Mais Sganarelle n'adopte pas la même attitude avec l'ermite : dans le second extrait, il prend premièrement la place d'adjuvant du franciscain en lui témoignant un certain respect pas l'utilisation du vouvoiement ainsi qu'en mettant en garde de ce dernier devant l'absence de foi de son maître : « il ne croit qu'en deux et deux sont quatre, et en quatre et quatre sont huit ».

Ajouté par PROF

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

La première scène du troisième acte -(de «Phèdre»), si belle en soi pourtant, Racine ne l'invente sans doute que pour amorcer l'extraordinaire rebondissement du quatrième acte., GIDE, Attendu que..., p. 206.

Ajouté par webmaster

Dom Alonse, et trois Suivants (...), MOLIèRE, Dom Juan, III, 4 (jeu de scène).

Ajouté par webmaster

(...) Pierrot qui s'est baissé pour éviter le soufflet., MOLIèRE, Dom Juan, II, 3 (jeu de scène).

Ajouté par webmaster

«- Nous reprenons la grande scène d'amour du second acte», disait le directeur à la fin de la troisième répétition., Ed. DE GONCOURT, la Faustin, X.

Ajouté par webmaster

BÉLISE. Qu'il a d'esprit!, MOLIèRE, les Femmes savantes, III, 1. (à la scène 2 du même acte, Armande s'exclame : «Ah! de l'esprit partout!»).

Ajouté par webmaster

-(février). Reprise au Théâtre-Français de -L'otage avec l'ancienne distribution. Impression du public : le 1ËeËr acte est long et ennuyeux. Le 2Ëe acte empoignant. Le 3Ëe acte : on ne comprend pas., CLAUDEL, Journal, 7 févr. 1939.

Ajouté par webmaster

.1 - Non, Don Juan... soupé, il y a trois jours, en goguette. Devinez où?... - à votre affreuse Maison-d'Or, sans doute... - Fi donc, madame! Don Juan n'y va plus... il n'y a rien là à fricasser pour sa grandesse., BARBEY D'AUREVILLY, les Diaboliques, «Le plus bel amour de Don Juan».

Ajouté par webmaster

.3 J'écrivis l'-Étoile au Front que je fis repésenter au Vaudeville. Nouveau tumulte, nouvelle bataille, mais où mes partisans étaient cette fois beaucoup plus nombreux. Au troisième acte l'effervescence devint telle qu'il fallut, au milieu d'une scène, baisser le rideau pour ne le relever qu'au bout d'un certain temps. Pendant le second acte, un de mes adversaires ayant crié à ceux qui applaudissaient : «Hardi la claque», Robert Desnos lui répondit : «Nous sommes la claque et vous êtes la joue.», Raymond ROUSSEL, Comment j'ai écrit certains de mes livres, p. 36.

Ajouté par webmaster

Deux de ces histoires (-Le plus bel amour de Don Juan et -à un dîner d'athées) mettent directement en scène un conteur en verve qui tient le dé à une table de dîneurs ou de dîneuses (...)., J. GRACQ, Préface -in BARBEY D'AUREVILLY, les Diaboliques.

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



Ressource suivante

COMMENTAIRE DE « DON JUAN », Acte V, Scène 5 et 6.

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo