NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Epictète, Entretiens, I, 12 (commentaire) LA VIE DE DIDEROT >>


Partager

Commentaire du texte ; Honoré de Balzac, Les Petits Bourgeois

Littérature

Aperçu du corrigé : Commentaire du texte ; Honoré de Balzac, Les Petits Bourgeois



Publié le : 5/4/2011 -Format: Document en format FLASH protégé

Commentaire du texte ; Honoré de Balzac, Les Petits Bourgeois
Zoom

Le sujet est présenté, sinon comme vécu, du moins comme vraisemblable :
 - « Dans tout Paris « : localisation romanesque fréquente.
 - Les dates ! calcul rapide du lecteur : en 1825, Poupillier a soixante-dix ans ; de 1820 à 1840, il s'endort « dans les bras de l'ivresse « ! en 1840, il a quatre-vingt cinq ans. Le roman étant écrit en 1843-1844, l'action est quasiment contemporaine de
 l'écriture.
  




 
 "Mme Cardinal, veuve cupide et désargentée, apprend que son oncle, le vieux Poupillier, serait au plus mal. Suit son portrait;
 
 Dans tout Paris, il était impossible de trouver une barbe et des cheveux comme ceux de Poupillier. Il se tenait courbé jusqu'en deux, il tenait un bâton d'une main tremblotante, une main couverte du lichen qui se voit sur les granits, et il tendait le chapeau
 classique, crasseux, à larges bords, rapetassé, dans lequel tombaient d'abondantes aumônes. Ses jambes, entortillées dans des linges et des haillons, traînaient d'effroyables sparteries en dedans desquelles il adaptait d'excellentes semelles en crin. Il se saupoudrait le visage d'ingrédients qui simulaient des taches de maladies, graves, des rugosités, et il jouait admirablement la sénilité d'un centenaire. Il eut cent ans à compter de 1825, et il en avait réellement soixante-dix. Il était le chef des pauvres, le maître de la place, et tous ceux qui venaient mendier sous les arcades de l'église, à l'abri des persécutions des agents de police et sous la protection du suisse, du bedeau, du donneur d'eau bénite et aussi de la paroisse, lui payaient une espèce de dîme.
 Quand, en sortant, un héritier, un marié, quelque parrain, disait : « Voilà pour vous tous, et qu'on ne tourmente personne «, Poupillier, désigné par le suisse son successeur, empochait les trois quarts des dons et ne donnait qu'un quart à ses acolytes,
 dont le tribut s'élevait à un sou par jour. En 1820, l'avarice et sa passion pour le vin furent les deux sentiments qui lui restèrent ; mais il régla le second et s'adonna tout entier au premier, sans négliger son bien-être. Il buvait le soir, après dîner, l'église
 fermée ; il s'endormit pendant vingt ans dans les bras de l'ivresse, sa dernière maîtresse."




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1175 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Commentaire du texte ; Honoré de Balzac, Les Petits Bourgeois" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • AssRaph7-253718 (Hors-ligne), le 22/03/2015 é 22H16.
  • dl2605 (Hors-ligne), le 17/05/2011 é 17H01.
  • diablo272 (Hors-ligne), le 03/05/2011 é 03H09.
  • jorgemateus (Hors-ligne), le 02/05/2011 é 02H19.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit