NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Le temps est-il en nous ou hors de nous ? La conscience de devoir mourir peut-elle susc ... >>


Partager

Commentez cette parole de Spinoza: "Le philosophe ne pense à aucune chose moins qu'à la mort et sa philosophie est une méditation de la vie, non de la mort" ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Commentez cette parole de Spinoza: "Le philosophe ne pense à aucune chose moins qu'à la mort et sa philosophie est une méditation de la vie, non de la mort" ?



Publié le : 3/1/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Commentez cette parole de Spinoza:
Zoom

QUELQUES INDICATIONS DE RECHERCHE
 
• On peut trouver quelques éléments de réflexion dans le commentaire des sujets «L'expérience de la mort« et «En quel sens l'expérience de la temporalité et celle de la mort sont-elles liées ? «
 • On peut se demander si la méditation de la vie n'inclut pas nécessairement la méditation de la mort et vice versa.
 • On peut s'interroger, avec Pascal, pour savoir si le refus de la méditation de la mort ne serait pas, n'impliquerait pas, la recherche du «divertissement« c'est-à-dire, en dernière analyse, une réflexion «superficielle«. Cette réflexion pourrait-elle alors être dite philosophique ?
 • On peut constater que la philosophie «classique« travaillant à l'appréhension du monde selon un discours rationnel ne s'est guère attardée à discourir de la mort (terme sans doute riche des connotations diverses — le plus souvent très chargées émotivement — mais équivoque, difficilement conceptualisable).
 En ce sens une philosophie centrée sur la méditation de la mort n'opère-t-elle pas implicitement ou explicitement un choix du « mode de philosopher « et — en dernière analyse — une certaine conception du rôle de la philosophie ? Et vice et versa.
 
 QUELQUES INDICATIONS DE LECTURE
 

 • La Mort de Jankélévitch (Flammarion) notamment l'avant-propos et le chapitre I.
 • Pensées de Pascal (Hachette).
 • Qu'est-ce que la métaphysique ? d'Heidegger (Gallimard).
 « Les animaux vivent uniquement dans le présent. L'homme vit de plus, et en même temps, dans l'avenir et le passé ... Leur sort à eux, c'est d'être entièrement sous l'impression de l'instant, et sous l'action du motif directement perçu ; lui se détermine par des concepts lits, indépendamment du présent ... Tandis que l'animal n'apprend à connaître la mort qu'au moment où il meurt, l'homme ... approche de la mort à toutes les heures de sa vie ...«
 • « Phénoménologie du temps et prospective « de Gaston Berger.
 Citation : «... tout l'effort de l'homme semble être de lutter contre la mort. Elle est la grande, Tunique ennemie, comme elle est l'absurdité définitive, celle qui annule les significations... Il (l'homme) pense y échapper et se consoler du présent qui meurt en courant à l'avenir qu'il voit naître — ou, si son caractère en décide autrement, en s'enchantant de la croyance à la persistance du passé. Ce qui meurt ne serait pas vraiment détruit. Il serait «devenu« du passé, restant réel sans être perçu ...«



4. - Chosisme : attitude qui consiste à considérer la réalité comme une chose au sens 2. MORT: Du latin mors, «mort». Cessation complète et définitive de la vie. Seul parmi les animaux, l'homme se sait mortel: cruelle certitude qui limite son horizon et l'oblige à composer avec sa propre disparition, comme avec celle des êtres auxquels il est attaché. Pour Platon, la mort est un «beau risque à courir». Dans le Phédon, Socrate définit la mort comme la séparation de l'âme et du corps; délivrée de sa prison charnelle, l'âme immortelle peut librement regagner le ciel des Idées, patrie du philosophe. Épicure tient la mort pour un non-événement, puisque jamais nous ne la rencontrons. Tant que nous sommes en vie, la mort n'est pas; et quand la mort est là, c'est nous qui ne sommes plus. Pour Heidegger au contraire, la vie humaine s'inscrit dans la finitude: «Dès qu'un humain vient à la vie, il est déjà assez vieux pour mourir».


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 4428 mots (soit 7 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Commentez cette parole de Spinoza: "Le philosophe ne pense à aucune chose moins qu'à la mort et sa philosophie est une méditation de la vie, non de la mort" ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • saturne13 (Hors-ligne), le 24/11/2011 é 24H20.
  • aurelienlemel (Hors-ligne), le 23/11/2011 é 23H13.
  • LAULAU62 (Hors-ligne), le 20/11/2011 é 20H16.
  • calirose (Hors-ligne), le 03/01/2011 é 03H08.
  • Al00030503 (Hors-ligne), le 11/03/2010 é 11H20.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit