Commentez ce jugement de Philippe Van Tieghem : «Le surréalisme est foncièrement antimystique, puisque le mysticisme suppose un monde second et le transfert d'un monde à l'autre ; la négation du mysticisme évite le déchirement de l'homme et rend l'individu cohérent dans un monde cohérent.» (Petite Histoire des grandes doctrines littéraires en France, 1946.) On pourra rapprocher cette citation de ces lignes extraites de Philosophie du surréalisme (1955) de Ferdinand Alquié : «À la différence de l'au-delà religieux, l'au-delà surréaliste ne peut se situer ni, en dehors de ce monde, ni après le temps de notre vie. Il est .paradoxalement, un au-delà immanent, intérieur aux êtres mêmes dont l'expérience nous livre l'apparence, dont la perception nous signifie la présence. On ne saurait en découvrir la manifestation qu'en des états que, dès ce monde, tous les hommes peuvent éprouver, et où l'objet, semblant se dépasser lui-même, se révèle à la fois comme quotidien et quasi sacré, naturel et bouleversant.»

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Après avoir écrit : «Au même Baudelaire appar ... CHRONOLOGIE COMPLETE DU SURRÉALISME >>


Partager

Commentez ce jugement de Philippe Van Tieghem : «Le surréalisme est foncièrement antimystique, puisque le mysticisme suppose un monde second et le transfert d'un monde à l'autre ; la négation du mysticisme évite le déchirement de l'homme et rend l'individu cohérent dans un monde cohérent.» (Petite Histoire des grandes doctrines littéraires en France, 1946.) On pourra rapprocher cette citation de ces lignes extraites de Philosophie du surréalisme (1955) de Ferdinand Alquié : «À la différence de l'au-delà religieux, l'au-delà surréaliste ne peut se situer ni, en dehors de ce monde, ni après le temps de notre vie. Il est .paradoxalement, un au-delà immanent, intérieur aux êtres mêmes dont l'expérience nous livre l'apparence, dont la perception nous signifie la présence. On ne saurait en découvrir la manifestation qu'en des états que, dès ce monde, tous les hommes peuvent éprouver, et où l'objet, semblant se dépasser lui-même, se révèle à la fois comme quotidien et quasi sacré, naturel et bouleversant.»

Littérature

Aperçu du corrigé : Commentez ce jugement de Philippe Van Tieghem : «Le surréalisme est foncièrement antimystique, puisque le mysticisme suppose un monde second et le transfert d'un monde à l'autre ; la négation du mysticisme évite le déchirement de l'homme et rend l'individu cohérent dans un monde cohérent.» (Petite Histoire des grandes doctrines littéraires en France, 1946.) On pourra rapprocher cette citation de ces lignes extraites de Philosophie du surréalisme (1955) de Ferdinand Alquié : «À la différence de l'au-delà religieux, l'au-delà surréaliste ne peut se situer ni, en dehors de ce monde, ni après le temps de notre vie. Il est .paradoxalement, un au-delà immanent, intérieur aux êtres mêmes dont l'expérience nous livre l'apparence, dont la perception nous signifie la présence. On ne saurait en découvrir la manifestation qu'en des états que, dès ce monde, tous les hommes peuvent éprouver, et où l'objet, semblant se dépasser lui-même, se révèle à la fois comme quotidien et quasi sacré, naturel et bouleversant.»



document rémunéré

Document transmis par : ???


Publié le : 4/7/2011 -Format: Document en format FLASH protégé

Commentez ce jugement de Philippe Van Tieghem : «Le surréalisme est foncièrement antimystique, puisque le mysticisme suppose un monde second et le transfert d'un monde à l'autre ; la négation du mysticisme évite le déchirement de l'homme et rend l'individu cohérent dans un monde cohérent.» (Petite Histoire des grandes doctrines littéraires en France, 1946.) On pourra rapprocher cette citation de ces lignes extraites de Philosophie du surréalisme (1955) de Ferdinand Alquié : «À la différence de l'au-delà religieux, l'au-delà surréaliste ne peut se situer ni, en dehors de ce monde, ni après le temps de notre vie. Il est .paradoxalement, un au-delà immanent, intérieur aux êtres mêmes dont l'expérience nous livre l'apparence, dont la perception nous signifie la présence. On ne saurait en découvrir la manifestation qu'en des états que, dès ce monde, tous les hommes peuvent éprouver, et où l'objet, semblant se dépasser lui-même, se révèle à la fois comme quotidien et quasi sacré, naturel et bouleversant.»
Zoom

...




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Commentez ce jugement de Philippe Van Tieghem : «Le surréalisme est foncièrement antimystique, puisque le mysticisme suppose un monde second et le transfert d'un monde à l'autre ; la négation du mysticisme évite le déchirement de l'homme et rend l'individu cohérent dans un monde cohérent.» (Petite Histoire des grandes doctrines littéraires en France, 1946.) On pourra rapprocher cette citation de ces lignes extraites de Philosophie du surréalisme (1955) de Ferdinand Alquié : «À la différence de l'au-delà religieux, l'au-delà surréaliste ne peut se situer ni, en dehors de ce monde, ni après le temps de notre vie. Il est .paradoxalement, un au-delà immanent, intérieur aux êtres mêmes dont l'expérience nous livre l'apparence, dont la perception nous signifie la présence. On ne saurait en découvrir la manifestation qu'en des états que, dès ce monde, tous les hommes peuvent éprouver, et où l'objet, semblant se dépasser lui-même, se révèle à la fois comme quotidien et quasi sacré, naturel et bouleversant.» Corrigé de 5474 mots (soit 8 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Commentez ce jugement de Philippe Van Tieghem : «Le surréalisme est foncièrement antimystique, puisque le mysticisme suppose un monde second et le transfert d'un monde à l'autre ; la négation du mysticisme évite le déchirement de l'homme et rend l'individu cohérent dans un monde cohérent.» (Petite Histoire des grandes doctrines littéraires en France, 1946.) On pourra rapprocher cette citation de ces lignes extraites de Philosophie du surréalisme (1955) de Ferdinand Alquié : «À la différence de l'au-delà religieux, l'au-delà surréaliste ne peut se situer ni, en dehors de ce monde, ni après le temps de notre vie. Il est .paradoxalement, un au-delà immanent, intérieur aux êtres mêmes dont l'expérience nous livre l'apparence, dont la perception nous signifie la présence. On ne saurait en découvrir la manifestation qu'en des états que, dès ce monde, tous les hommes peuvent éprouver, et où l'objet, semblant se dépasser lui-même, se révèle à la fois comme quotidien et quasi sacré, naturel et bouleversant.»" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

(...) croyance en un monde de l'au-delà, sens moral fondé sur la distinction du bien et du mal, notion du péché, organisation cultuelle, sacerdoce, distinction entre le profane et le sacré, établissement de la famille comme centre religieux et social., CLAUDEL, Journal, juil.-août 1909, Pl., t. I, p. 102.

Ajouté par webmaster

(...) la différence qualitative qu'il y a dans la façon dont nous apparaît le monde, différence qui, s'il n'y avait pas l'art, resterait le secret éternel de chacun. Par l'art seulement, nous pouvons sortir de nous, savoir ce que voit un autre de cet univers qui n'est pas le même que le nôtre et dont les paysages nous seraient restés aussi inconnus que ceux qu'il peut y avoir dans la lune. Grâce à l'art, au lieu de voir un seul monde, le nôtre, nous le voyons se multiplier, et autant qu'il y a d'artistes originaux, autant nous avons de mondes à notre disposition (...), PROUST, le Temps retrouvé, Pl., t. III, p. 895-896.

Ajouté par webmaster

(...) la présence d'un autre monde. Pas nécessairement infernal ou paradisiaque, pas seulement monde d'après la mort : un au-delà présent., MALRAUX, la Métamorphose des dieux, p. 9.

Ajouté par webmaster

« D'après ma philosophie, dont le grand mérite est la complète immanence du monde (par opposition à la transcendance), et l'absence totale de tout côté mythique, de toute hypostase et de toute conception historique de celui-ci, ? d'après ma philosophie, le monde est le phénomène de l'affirmation de la volonté de vivre, qui a pour opposition la négation de celle-ci, dont la manifestation supprime le monde. » Arthur Schopenhauer, Cahiers manuscrits

Ajouté par webmaster

« D'après ma philosophie, dont le grand mérite est la complète immanence du monde (par opposition à la transcendance), et l'absence totale de tout côté mythique, de toute hypostase et de toute conception historique de celui-ci, ? d'après ma philosophie, le monde est le phénomène de l'affirmation de la volonté de vivre, qui a pour opposition la négation de celle-ci, dont la manifestation supprime le monde. » Arthur Schopenhauer, Parerga et Paralipomena

Ajouté par webmaster

Nous ne connaissons pas l'Au-delà parce que cette ignorance est la condition -sine qua non de notre vie à nous., J. RENARD, Journal, 24 sept. 1890, Pl., p. 70.

Ajouté par webmaster

"Le désir n'est pas d'abord ni surtout une relation au monde. Le monde ne paraît ici que comme fond pour des relations explicites avec l'Autre. Ordinairement c'est à l'occasion de la présence de l'autre que le monde se découvre comme monde du désir." Sartre, L'Être et le Néant, page 462.

Ajouté par webmaster

La manière dont le monde des apparences s'impose à nous et dont nous tentons d'imposer au monde extérieur notre interprétation particulière, fait le drame de notre vie., GIDE, les Faux-monnayeurs, II, V, p. 261.

Ajouté par webmaster

La manière dont le monde des apparences s'impose à nous et dont nous tentons d'imposer au monde extérieur notre interprétation particulière, fait le drame de notre vie., GIDE, les Faux-monnayeurs, II, V.

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



Commentez ce jugement de Philippe Van Tieghem : «Le surréalisme est foncièrement antimystique, puisque le mysticisme suppose un monde second et le transfert d'un monde à l'autre ; la négation du mysticisme évite le déchirement de l'homme et rend l'individu cohérent dans un monde cohérent.» (Petite Histoire des grandes doctrines littéraires en France, 1946.) On pourra rapprocher cette citation de ces lignes extraites de Philosophie du surréalisme (1955) de Ferdinand Alquié : «À la différence de l'au-delà religieux, l'au-delà surréaliste ne peut se situer ni, en dehors de ce monde, ni après le temps de notre vie. Il est .paradoxalement, un au-delà immanent, intérieur aux êtres mêmes dont l'expérience nous livre l'apparence, dont la perception nous signifie la présence. On ne saurait en découvrir la manifestation qu'en des états que, dès ce monde, tous les hommes peuvent éprouver, et où l'objet, semblant se dépasser lui-même, se révèle à la fois comme quotidien et quasi sacré, naturel et bouleversant.»

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast littérature