Commentez ce jugement de Philippe Van Tieghem : «Le surréalisme est foncièrement antimystique, puisque le mysticisme suppose un monde second et le transfert d'un monde à l'autre ; la négation du mysticisme évite le déchirement de l'homme et rend l'individu cohérent dans un monde cohérent.» (Petite Histoire des grandes doctrines littéraires en France, 1946.) On pourra rapprocher cette citation de ces lignes extraites de Philosophie du surréalisme (1955) de Ferdinand Alquié : «À la différence de l'au-delà religieux, l'au-delà surréaliste ne peut se situer ni, en dehors de ce monde, ni après le temps de notre vie. Il est .paradoxalement, un au-delà immanent, intérieur aux êtres mêmes dont l'expérience nous livre l'apparence, dont la perception nous signifie la présence. On ne saurait en découvrir la manifestation qu'en des états que, dès ce monde, tous les hommes peuvent éprouver, et où l'objet, semblant se dépasser lui-même, se révèle à la fois comme quotidien et quasi sacré, naturel et bouleversant.»

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Après avoir écrit : «Au même Baudelaire appar ... CHRONOLOGIE COMPLETE DU SURRÉALISME >>
Partager

Commentez ce jugement de Philippe Van Tieghem : «Le surréalisme est foncièrement antimystique, puisque le mysticisme suppose un monde second et le transfert d'un monde à l'autre ; la négation du mysticisme évite le déchirement de l'homme et rend l'individu cohérent dans un monde cohérent.» (Petite Histoire des grandes doctrines littéraires en France, 1946.) On pourra rapprocher cette citation de ces lignes extraites de Philosophie du surréalisme (1955) de Ferdinand Alquié : «À la différence de l'au-delà religieux, l'au-delà surréaliste ne peut se situer ni, en dehors de ce monde, ni après le temps de notre vie. Il est .paradoxalement, un au-delà immanent, intérieur aux êtres mêmes dont l'expérience nous livre l'apparence, dont la perception nous signifie la présence. On ne saurait en découvrir la manifestation qu'en des états que, dès ce monde, tous les hommes peuvent éprouver, et où l'objet, semblant se dépasser lui-même, se révèle à la fois comme quotidien et quasi sacré, naturel et bouleversant.»

Littérature

Aperçu du corrigé : Commentez ce jugement de Philippe Van Tieghem : «Le surréalisme est foncièrement antimystique, puisque le mysticisme suppose un monde second et le transfert d'un monde à l'autre ; la négation du mysticisme évite le déchirement de l'homme et rend l'individu cohérent dans un monde cohérent.» (Petite Histoire des grandes doctrines littéraires en France, 1946.) On pourra rapprocher cette citation de ces lignes extraites de Philosophie du surréalisme (1955) de Ferdinand Alquié : «À la différence de l'au-delà religieux, l'au-delà surréaliste ne peut se situer ni, en dehors de ce monde, ni après le temps de notre vie. Il est .paradoxalement, un au-delà immanent, intérieur aux êtres mêmes dont l'expérience nous livre l'apparence, dont la perception nous signifie la présence. On ne saurait en découvrir la manifestation qu'en des états que, dès ce monde, tous les hommes peuvent éprouver, et où l'objet, semblant se dépasser lui-même, se révèle à la fois comme quotidien et quasi sacré, naturel et bouleversant.»



document rémunéré

Document transmis par : ???


Publié le : 4/7/2011 -Format: Document en format FLASH protégé

Commentez ce jugement de Philippe Van Tieghem : «Le surréalisme est foncièrement antimystique, puisque le mysticisme suppose un monde second et le transfert d'un monde à l'autre ; la négation du mysticisme évite le déchirement de l'homme et rend l'individu cohérent dans un monde cohérent.» (Petite Histoire des grandes doctrines littéraires en France, 1946.) On pourra rapprocher cette citation de ces lignes extraites de Philosophie du surréalisme (1955) de Ferdinand Alquié : «À la différence de l'au-delà religieux, l'au-delà surréaliste ne peut se situer ni, en dehors de ce monde, ni après le temps de notre vie. Il est .paradoxalement, un au-delà immanent, intérieur aux êtres mêmes dont l'expérience nous livre l'apparence, dont la perception nous signifie la présence. On ne saurait en découvrir la manifestation qu'en des états que, dès ce monde, tous les hommes peuvent éprouver, et où l'objet, semblant se dépasser lui-même, se révèle à la fois comme quotidien et quasi sacré, naturel et bouleversant.»
Zoom
  • jugement : Le jugement de réalité (ou d'existence) est un jugement porté sur les faits. Il s'oppose au jugement de valeur, qui est une appréciation subjective sur la valeur d'un objet, d'une action. Le jugement synthétique, d'après Kant, correspond au jugement de réalité, par opposition au jugement analytique, qui correspond aux propositions tautologiques de la logique (par exemple: un triangle a trois angles). JUGEMENT ESTHETIQUE : Acte de l'esprit par lequel nous déterminons si une chose est belle ou laide.
  • surréalisme : André Breton a été à la tête pensante du surréalisme, mouvement qui s'est développé dès la fin de la première guerre mondiale. Le surréalisme intègre des idées empruntées au communisme et à la psychanalyse. Sa principale revendication consiste à rejeter le monde dit "réel", celui de la logique et de l'exploitation des classes ouvrières, pour exalter le rêve, espace libérateur par excellence.
  • mysticisme : Doctrine du mystique, cad de la personne qui accède à la connaissance de Dieu par des voies intuitives et non rationnelles.
  • monde : Ensemble des réalités matérielles qui constitue l'univers, mais aussi le monde humain, les relations entre les hommes.
  • autrui : Un autre homme, une autre personne. En philosophie, "autrui" est ce qui est différent de moi et que l'appréhende par ma subjectivité. L'homme est ce que j'ai en commun avec les autres, tandis qu' "autrui" est ce qui me différencie des autres, ce que je ne peux connaître totalement, à cause de ma subjectivité.
  • dernier homme : Homme médiocre. Ultime produit de l'esclavage engendré par la civilisation.
  • individu : 1) Tout être organisé qui ne peut être divisé sans perdre ses caractères essentiels. 2) L'être humain considéré isolément, par opposition à la société ou à l'État.
  • dans quelle mesure : Jusqu'à quel degré, jusqu'à quel point.
  • histoire : Le terme d'histoire désigne deux réalités différentes: 1) la science qui étudie le passé de l'humanité et qui relate et interprète les faits. 2) les événements, les actes, les faits du passé, cad la mémoire des hommes.
  • France : Superficie : 547 026 km2. Population : 63 200 000 habitants. Gentilé : Français. Capitale : Paris. Villes : Lyon, Marseille, Lille, Toulouse, Bordeaux, Nice. Langues : français (off.), breton, catalan, corse, occitan, basque, alsacien, flamand, créole, canaque. Monnaie : euro.
  • philosophie : La philosophie, selon Pythagore, auquel remonte le mot, ce n'est pas la sophia elle-même, science et sagesse à la fois, c'est seulement le désir, la recherche, l'amour (philo) de cette sophia. Seul le fanatique ou l'ignorance se veut propriétaire d'une certitude. Le philosophe est seulement le pèlerin de la vérité. Aujourd'hui, où la science constitue tout notre savoir et la technique, tout notre pouvoir, la philosophie apparaît comme une discipline réflexive. A partir du savoir scientifique, la visée philosophique se révèle comme réflexion critique sur les fondements de ce savoir. A partir du pouvoir technique, la sagesse, au sens moderne se présente comme une réflexion critique sur les conditions de ce pouvoir.
  • alquié : Né en 1906 et mort en 1985. Agrégé de philosophie, professeur d'histoire de la philosophie à la Sorbonne, Alquié a été élu membre de l'Académie des sciences morales et politiques en 1975. Il est également l'éditeur des œuvres de Descartes et de Kant.
  • religieux : Qui a rapport, appartient à une religion; est conforme à une religion, aux rites d'une religion. Qui montre un attachement fervent à sa religion et à ses pratiques.
  • peut : Est-il possible, est-il légitime.
  • temps : Milieu indéfini et homogène, analogue à l'espace, dans lequel se déroulent les événements. Temps objectif: Mouvement continu et irréversible (« flèche du temps ») par lequel le présent rejoint le passé. Temps subjectif: Sentiment intérieur de la temporalité, telle qu'elle est vécue par le sujet (synonyme : durée).
  • expérience : En philosophie, l'expérience est une connaissance acquise par le contact direct, par l'action directe d'un sujet sur un objet. Il s'agit donc de données concrètes et sensibles, à partir desquelles il est possible de construire une connaissance du monde. Cependant, si, pour la tradition empiriste, l'expérience est le fondement de toutes nos connaissances, pour les rationalistes, elle est peu fiable, voire mensongère, car donnée par les sens.
  • Livre : Le livre naît en 1448 avec l'invention de Gutenberg. L'imprimerie crée ainsi un objet à la fois unique et reproductible à l'infini.
  • apparence : Au sens vulgaire, l'apparence s'oppose au réel car elle n'est qu'un aspect trompeur de la réalité. Mais, en métaphysique, le mot apparence peut aussi désigner ce qui, dans la représentation, est donné au sujet qui perçoit, conçoit les choses.
  • signifié : Désigne, en linguistique, ce dont on parle, ce que l'on nomme à l'aide du signifiant.
  • ETATS-UNIS : État du centre de l'Amérique du Nord, baigné à l'est par l'océan Atlantique et à l'ouest par l'océan Pacifique et divisé en cinquante États et un district fédéral. Traversé, à l'ouest, par les montagnes Rocheuses, la chaîne des Cascades et la Sierra Nevada et, à l'est et au centre, par des plaines drainées par les fleuves Missouri et Mississippi. Colonisé par les Européens au XVIe siècle et devenu indépendant en 1787. Le XIXe siècle y fut marqué par la ruée vers l'or, la conquête de l'ouest, la guerre de Sécession et la fin de l'esclavagisme. Acteur de la guerre froide (1947-1991), de la guerre du Vietnam (1959-1975), des guerres en Afghanistan (1979-1989 et depuis 2001) et de la guerre d'Irak (2003-2010). Économie lourdement touchée par une crise financière en 2007, les secteurs industriels (chimie, informatique, militaire) y demeurent très présents. Superficie : 9 363 123 km2. Population : 312 000 000 habitants. Gentilé : États-Unien, Américain. Capitale : Washington. Villes : New York, Los Angeles, Chicago, Boston, San Francisco, Dallas, Philadelphie, Miami, Detroit, Seattle, Denver, La Nouvelle-Orléans. Langues : anglais (off.), espagnol, langues autochtones. Monnaie : dollar américain.
  • tout : La totalité sans exception.
  • homme : Le plus évolué des êtres vivants, appartenant à la famille des homini­dés et à l'espèce Homo sapiens (« homme sage »). Traditionnellement défini comme « animal doué de raison », l'homme est aussi, selon Aristote, un « animal politique ». Ce serait en effet pour qu'il puisse s'entendre avec ses semblables sur le bon, l'utile et le juste que la nature l'aurait pourvu du langage.
  • objet : (n. m., étym. : latin ob-jectum : ce qui est placé devant ; chose). 1. Tout ce qui est présenté par la perception, avec un caractère stable et indépendant du sujet (objet externe) ; pour la phénoménologie, l'objet est déterminé par la visée de la conscience (cf. sens 3). 2. Tout ce qui se présente à un sujet, s'offre à la pensée, et qui est distinct de l'acte de représentation ou du sentiment (donc du sujet), c.-à-d. aussi bien le percept, l'image, l'idée, que l'objet externe ou la personne aimée. 3. Le but qu'on se propose d'atteindre (cf. un objectif).
  • dépasser : Laisser en arrière, derrière soi, devancer; aller au-delà de certaines limites, excéder, outrepasser. Se dépasser: s'efforcer de sortir de soi-même, d'aller vers une transcendance.
  • même : Analogue, aussi, égal, identique, uniforme.
  • révèle : Révéler : action de dévoiler, de mettre au jour, de porter au regard et à la conscience quelque chose.
  • comme : De même que, tel que, à l'instar de.
  • quotidien : adj. Qui se produit tous les jours ; de tous les jours. - n. m. Le quotidien : ce qui fait la vie de tous les jours. n. m. PRESSE : Journal qui paraît tous les jours.
  • sacré : Ce qui est, à la fois objet de respect religieux, de quasi-crainte et d'amour.
  • gaz naturel : Mélange d'hydrocarbures où domine le méthane, constituant un excellent combustible.

...




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Commentez ce jugement de Philippe Van Tieghem : «Le surréalisme est foncièrement antimystique, puisque le mysticisme suppose un monde second et le transfert d'un monde à l'autre ; la négation du mysticisme évite le déchirement de l'homme et rend l'individu cohérent dans un monde cohérent.» (Petite Histoire des grandes doctrines littéraires en France, 1946.) On pourra rapprocher cette citation de ces lignes extraites de Philosophie du surréalisme (1955) de Ferdinand Alquié : «À la différence de l'au-delà religieux, l'au-delà surréaliste ne peut se situer ni, en dehors de ce monde, ni après le temps de notre vie. Il est .paradoxalement, un au-delà immanent, intérieur aux êtres mêmes dont l'expérience nous livre l'apparence, dont la perception nous signifie la présence. On ne saurait en découvrir la manifestation qu'en des états que, dès ce monde, tous les hommes peuvent éprouver, et où l'objet, semblant se dépasser lui-même, se révèle à la fois comme quotidien et quasi sacré, naturel et bouleversant.» Corrigé de 5474 mots (soit 8 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Commentez ce jugement de Philippe Van Tieghem : «Le surréalisme est foncièrement antimystique, puisque le mysticisme suppose un monde second et le transfert d'un monde à l'autre ; la négation du mysticisme évite le déchirement de l'homme et rend l'individu cohérent dans un monde cohérent.» (Petite Histoire des grandes doctrines littéraires en France, 1946.) On pourra rapprocher cette citation de ces lignes extraites de Philosophie du surréalisme (1955) de Ferdinand Alquié : «À la différence de l'au-delà religieux, l'au-delà surréaliste ne peut se situer ni, en dehors de ce monde, ni après le temps de notre vie. Il est .paradoxalement, un au-delà immanent, intérieur aux êtres mêmes dont l'expérience nous livre l'apparence, dont la perception nous signifie la présence. On ne saurait en découvrir la manifestation qu'en des états que, dès ce monde, tous les hommes peuvent éprouver, et où l'objet, semblant se dépasser lui-même, se révèle à la fois comme quotidien et quasi sacré, naturel et bouleversant.»" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

(...) croyance en un monde de l'au-delà, sens moral fondé sur la distinction du bien et du mal, notion du péché, organisation cultuelle, sacerdoce, distinction entre le profane et le sacré, établissement de la famille comme centre religieux et social., CLAUDEL, Journal, juil.-août 1909, Pl., t. I, p. 102.

Ajouté par webmaster

(...) la différence qualitative qu'il y a dans la façon dont nous apparaît le monde, différence qui, s'il n'y avait pas l'art, resterait le secret éternel de chacun. Par l'art seulement, nous pouvons sortir de nous, savoir ce que voit un autre de cet univers qui n'est pas le même que le nôtre et dont les paysages nous seraient restés aussi inconnus que ceux qu'il peut y avoir dans la lune. Grâce à l'art, au lieu de voir un seul monde, le nôtre, nous le voyons se multiplier, et autant qu'il y a d'artistes originaux, autant nous avons de mondes à notre disposition (...), PROUST, le Temps retrouvé, Pl., t. III, p. 895-896.

Ajouté par webmaster

(...) la présence d'un autre monde. Pas nécessairement infernal ou paradisiaque, pas seulement monde d'après la mort : un au-delà présent., MALRAUX, la Métamorphose des dieux, p. 9.

Ajouté par webmaster

Nous ne connaissons pas l'Au-delà parce que cette ignorance est la condition -sine qua non de notre vie à nous., J. RENARD, Journal, 24 sept. 1890, Pl., p. 70.

Ajouté par webmaster

"Le désir n'est pas d'abord ni surtout une relation au monde. Le monde ne paraît ici que comme fond pour des relations explicites avec l'Autre. Ordinairement c'est à l'occasion de la présence de l'autre que le monde se découvre comme monde du désir." Sartre, L'Être et le Néant, page 462.

Ajouté par webmaster

La manière dont le monde des apparences s'impose à nous et dont nous tentons d'imposer au monde extérieur notre interprétation particulière, fait le drame de notre vie., GIDE, les Faux-monnayeurs, II, V, p. 261.

Ajouté par webmaster

La manière dont le monde des apparences s'impose à nous et dont nous tentons d'imposer au monde extérieur notre interprétation particulière, fait le drame de notre vie., GIDE, les Faux-monnayeurs, II, V.

Ajouté par webmaster

Nous ne saisissons nullement le possible, dans l'usage courant que nous en faisons, comme un aspect de notre ignorance, ni non plus comme une structure non contradictoire appartenant à un monde non réalisé et en marge de ce monde-ci. Le possible nous apparaît comme une propriété des êtres., SARTRE, l'être et le Néant, p. 141-142.

Ajouté par webmaster

Et la situation de la France dans le monde. Songez qu'en ces vingt ans on a assisté à la déstalinisation, à la décolonisation, à la création du Marché Commun, au schisme soviéto-chinois, c'est-à-dire à la fin d'un monde bipolaire, États-Unis d'un côté, U.R.S.S. de l'autre., Françoise GIROUD, Si je mens, p. 190.

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



Commentez ce jugement de Philippe Van Tieghem : «Le surréalisme est foncièrement antimystique, puisque le mysticisme suppose un monde second et le transfert d'un monde à l'autre ; la négation du mysticisme évite le déchirement de l'homme et rend l'individu cohérent dans un monde cohérent.» (Petite Histoire des grandes doctrines littéraires en France, 1946.) On pourra rapprocher cette citation de ces lignes extraites de Philosophie du surréalisme (1955) de Ferdinand Alquié : «À la différence de l'au-delà religieux, l'au-delà surréaliste ne peut se situer ni, en dehors de ce monde, ni après le temps de notre vie. Il est .paradoxalement, un au-delà immanent, intérieur aux êtres mêmes dont l'expérience nous livre l'apparence, dont la perception nous signifie la présence. On ne saurait en découvrir la manifestation qu'en des états que, dès ce monde, tous les hommes peuvent éprouver, et où l'objet, semblant se dépasser lui-même, se révèle à la fois comme quotidien et quasi sacré, naturel et bouleversant.»

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast littérature