NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La rationalisation du travail est-elle un bie ... Le terrorisme vise-t-il à l'abolition de l'or ... >>


Partager

Les compétences techniques peuvent-elles fonder l'autorité politique ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Les compétences techniques peuvent-elles fonder l'autorité politique ?



Publié le : 15/4/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Ce corrigé vous sera utile pour ces autres sujets voisins

Les compétences techniques peuvent-elles fonder l'autorité politique ?
Zoom

ÉLÉMENTS DE RÉFLEXION

• Politique.

Sens étymologique. Polis, en grec, signifie « cité «. Politeia désigne chez Aristote la constitution d'un État.
Ne pourrait-on dire alors qu'est politique (à rigoureusement parler) tout ce qui a rapport à l'État?
« Politique « se dit aussi de ceux qui participent effectivement « aux affaires « de l'Etat c'est-à-dire qui « gouvernent « ou « administrent «. Ce terme s'applique également à ceux qui voudraient accéder à la « gestion « des affaires de l'État (Cf. Faire de la politique).
Politique s'applique aux moyens, aux techniques à employer pour réussir en politique (Cf. Habile politique).

• Il arrive que des personnes qui gouvernent disent qu'elles ne font pas « de politique «, qu'elles sont là pour « gérer « et qu'elles ne se posent que des problèmes techniques de gestion et d'administration (et en fin de compte que des problèmes de compétence).

• Dans la mesure où technique renvoie simplement à moyen peut-on dire que les problèmes politiques peuvent se ramener à des problèmes techniques? N'y aurait-il aucun problème de détermination de « finalités « en politique ?

• Le choix même des moyens, des techniques, ne poserait-il pas des problèmes de finalités ?

• Faire quoi ? Pour qui ? Pourquoi ? Comment ? Dans le domaine politique, sont-ce nécessairement des questions « techniques « ? Ces questions peuvent-elles se ramener à des questions techniques ?

• Dans la mesure où « peut fonder « renvoie à la légitimité, ne pourrait-on dire que la compétence technique ne peut être le fondement légitime de l'autorité politique (même si elle peut intervenir, « d'une certaine façon «).



L'origine de notre erreur ne réside-t-elle pas dans la mécompréhension de ce que signifie réellement l' « autorité politique «, et par conséquent dans l'incapacité d'analyser ce qui pourrait être son fondement ?   - Nous avons en effet confondu l'autorité politique avec l' « art de gouverner « ou la « science politique «. Or, la qualité du prince n'est pas de maîtriser une technique quelconque, mais réside dans quelque chose de bien plus difficile à déterminer, que Machiavel appelait virtù (Le Prince), c'est-à-dire une sorte de capacité instinctive à saisir le cours des événements et à affronter la fortuna (destin, hasard). Cette sorte de « ruse « ne s'apprend pas, contrairement à un savoir technique qui peut faire l'objet d'une pédagogie.   - Affirmer que la compétence technique fonde l'autorité politique, c'est en fait se résigner à être gouverné par une technocratie médiocre ne possédant aucun projet politique digne de ce nom. Si les écoles et les concours permettent la constitution d'une classe de fonctionnaires loyaux et efficaces, l'autorité de ceux-ci n'est que de nature bureaucratique, et non pas réellement politique (cf. Max Weber, typologie du charisme dans Economie et société tome II, et Le Savant et la politique, La Découverte, 2003, pp.180-185). Nonobstant son caractère antidémocratique (critique de Bourdieu de la « reproduction des élites «), la bureaucratie doit elle-même être gouvernée par une autorité politique supérieure. Selon Weber, la qualité d'un « chef « politique réside plutôt dans son caractère passionné, c'est-à-dire dans le fait d'être animé par une « cause « qui anime ses actes politiques, tendant ceux-ci vers une fin déterminée (avoir une « vision d'avenir «).




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 6180 mots (soit 9 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Les compétences techniques peuvent-elles fonder l'autorité politique ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • nitro78 (Hors-ligne), le 08/11/2010 é 08H19.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédente

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit