Condorcet et le droit des femmes: «Sur l'admission des femmes au droit de cité»

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Commentaire : Anatole France - «  Histoire de ... « La souveraineté populaire » >>
Partager

Condorcet et le droit des femmes: «Sur l'admission des femmes au droit de cité»

Littérature

Aperçu du corrigé : Condorcet et le droit des femmes: «Sur l'admission des femmes au droit de cité»



document rémunéré

Document transmis par : ???


Publié le : 18/7/2012 -Format: Document en format FLASH protégé

Condorcet et le droit des femmes: «Sur l'admission des femmes au droit de cité»
Zoom

Comme nous l’avons vu, pour Condorcet, la situation d’infériorité dans laquelle se trouve la femme n’est pas une conséquence émanant de la nature féminine. Cependant, il admet tout de même que les femmes « n’ont pas proprement le sentiment de la justice, qu’elles obéissent plutôt à leur sentiment qu’à leur conscience» (Condorcet, 1791). Or, ce dernier insiste sur l’idée que ce fait n’est pas la nature mais l’éducation, l’existence sociale, qui cause cette différence. Citons ici un passage qui illustre la pensée de l’auteur : « Ni l’un ni l’autre n’ont accoutumé les femmes à l’idée de ce qui est juste, mais à celle de ce qui est honnête. Éloigné des affaires, de tout ce qui se décide d’après la justice rigoureuse, d’après les lois positives, les choses dont elles s’occupent, sur lesquelles elles agissent, sont précisément celles qui se règlent par l’honnêteté naturelle et par le sentiment. Il est donc injuste d’alléguer, pour continuer de refuser aux femmes la jouissance de leurs droits naturels, des motifs qui n’ont une sorte de réalité que parce qu’elles ne jouissent pas de ces droits» (Condorcet, 1791).




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Condorcet et le droit des femmes: «Sur l'admission des femmes au droit de cité» Corrigé de 2200 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Condorcet et le droit des femmes: «Sur l'admission des femmes au droit de cité»" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • faureanna-244775 (Hors-ligne), le 19/10/2014 à 19H15.
  • lolo1995-244636 (Hors-ligne), le 16/10/2014 à 16H17.
  • Khel-240178 (Hors-ligne), le 27/05/2014 à 27H20.
  • jordan-239829 (Hors-ligne), le 21/05/2014 à 21H20.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Il n'y a que 5 femmes sur 109 préfets et 11 femmes ambassadeurs sur plus de 150. En 1991 Mitterrand nomma la première femme premier ministre, Edith Cresson – très marquée politiquement et peu diplomate, elle ne resta au pouvoir que 323 jours. En 1997, Jospin nomma, pour la première fois, 6 femmes sur dixsept ministres à des postes clés de son cabinet. Si la proportion est moindre dans le gouvernement Raffarin, pour la première fois une femme, Michèle Alliot-Marie (l'ex-présidente du RPR) est ministre de la Défense..

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Mes couilles, dit-il, mes couilles, les femmes elles avancent bien en présentant les nichons, elles paradent avec, les femmes, mes couilles j'ai bien le droit de les offrir, de les mettre en avant, et même, mes couilles, de les présenter sur un plateau. J'ai même le droit, elles sont belles, de les envoyer comme cadeau à Pola Négri ou au Prince de Galles!, Jean GENET, Journal du voleur, p. 150-151.

    Ajouté par webmaster

    Le -droit civil contient la plupart des matières du droit privé et c'est lui qui représente le -droit commun chez une nation (...) Pendant tout le moyen âge, l'expression «droit civil» a désigné le droit romain. Ce droit était représenté par les compilations de Justinien (...) Le -jus civile (...) comprenait à la fois le droit public et le droit privé (...) mais (...) les États modernes se gouvernaient par d'autres règles; ils avaient d'autres institutions politiques. Par suite, les jurisconsultes n'allaient plus chercher dans les recueils de Justinien que les règles du droit privé., M. PLANIOL, Traité élémentaire de droit civil, t. I, p. 10-11.

    Ajouté par webmaster

    Il fallait proclamer le droit au travail. Ils ont proclamé le droit au fusil., HUGO, l'Année terrible, cité par J. DUBOIS, Voc. politique et social, p. 431.

    Ajouté par webmaster

    Le -droit pénal fait certainement partie du droit public. L'État seul, représentant la nation, a le droit de punir; la poursuite et la condamnation se font en son nom., M. PLANIOL, Traité élémentaire de droit civil, t. I, p. 10.

    Ajouté par webmaster

    "Le besoin du droit naturel est aussi manifeste aujourd'hui qu'il l'a été durant des siècles et même des millénaires. Rejeter le Droit naturel revient à dire que tout droit est positif, autrement dit que le Droit est déterminé exclusivement par les législateurs et les tribunaux des différents pays." Léo Strauss, Droit naturel et histoire.

    Ajouté par webmaster

    Le titulaire du droit n'est pas, en principe, responsable du dommage qu'il cause à autrui, en exerçant son droit : c'est le sens de l'adage -Neminem lædit qui suo jure utitur., DALLOZ, Nouveau répertoire de droit, Droit, 33.

    Ajouté par webmaster

    Le propriétaire qui se sert de sa chose, qui cultive son champ, n'exerce pas un droit. Les choses se passeraient exactement de même s'il n'était pas propriétaire. Il y a une possibilité de fait; il n'y a pas l'exercice d'un droit. La question de droit ne se pose que lorsqu'un obstacle est apporté par une volonté étrangère à l'usage de la chose (...) on a imaginé de dire que la propriété est un droit subjectif. La propriété est protégée par le droit; mais elle n'est pas un droit; elle est une chose, une utilité, une richesse., L. DUGUIT, Traité de droit constitutionnel, t. I, p. 446.

    Ajouté par webmaster

    Le droit qui dérive de la coutume s'appelle -droit coutumier (...) le droit qui dérive de la loi s'appelle -droit écrit., M. PLANIOL, Traité élémentaire de droit civil, t. I, n° 10.

    Ajouté par webmaster

    Il usait du droit de la force avec autant d'assurance, avec aussi peu de remords, que s'il avait connu le droit divin, le droit politique et le droit civil., G.-T. RAYNAL, Hist. philosophique, XIV, 37.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Condorcet et le droit des femmes: «Sur l'admission des femmes au droit de cité»

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast littérature