NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Quels liens la religion établit-elle ? Parle t-on comme on pense ou pense t-on comme ... >>


Partager

La connaissance historique doit-elle être au service de la mémoire collective ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : La connaissance historique doit-elle être au service de la mémoire collective ?



Publié le : 16/3/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

La connaissance historique doit-elle être au service de la  mémoire collective ?
x

Veuillez selectionner une image pour le sujet :
La connaissance historique doit-elle être au service de la mémoire collective ?




Et afin que celui-ci ne se soumette pas lui-même à l'engagement  idéologique qui lui ferait perdre son objectivité%2C une  réflexion sur sa discipline lui est  indispensable ainsi qu' une  philosophie de l'histoire toujours en débat et en interrogation. Loin de servir la mémoire collective à des fins sociales ou politiques, c'est une mémoire objectivée qu'il doit servir, détachée de son vécu, éliminée de tout "pathos" dans la mesure de l'humain car fondée sur la raison et le jugement critique. III-  LA CRITIQUE DE LA M%C9MOIRE COLLECTIVE : 1) L'empêtrement dans l'histoire : L'identité de chacun se situe  là où se croisent toutes les histoires que nous nous racontons à  nous-mêmes et aux autres : histoires d'une famille, d'une  communauté religieuse, d'une nation, etc. Si l'offre de notre  identité est donc narrative, l'histoire s'impose d'abord à nous de  sorte qu'il nous faille l'assumer et indique une passivité originaire  de notre empêtrement dans l'histoire. Notre responsabilité n'y peut être mêlée que dans la mesure où je fais mienne cette histoire ; je m'y attribuerais alors un r%F4le en tant que sujet, individu  entrant dans l'histoire, moyen pour moi alors d'entrer dans l'existence  de l'humanité. Cette appropriation nécessaire de l'histoire  m'enlève ma passivité et me rend auteur à mon tour entrant dans  le récit, la narration... Cette position ou posture nécessaire  (plus ou moins consciente) du sujet par rapport à l'histoire me rend  indépendamment de ma volonté%2C prisonnier de cette histoire  (même si mon histoire individuelle n'est qu'une lutte individuelle  contre elle). 2) L'arrachement à son histoire : la fonction de l'oubli. L'oubli est  dès lors la seule démarche possible d'arrachement à l'histoire.  En cela il devient la seule fonction par laquelle je puis  véritablement changer le sens de l'histoire et amener à  l'avènement d'une nouvelle humanité.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 894 mots (soit 2 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet "La connaissance historique doit-elle être au service de la mémoire collective ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • Sonia29863 (Hors-ligne), le 17/04/2009 é 17H14.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit