NoCopy.net

Conscience et altérité ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Conscience, inconscience et inconscient ? Autrui: familiarité et étrangeté ? >>
Partager

Conscience et altérité ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Conscience et altérité ?



Publié le : 30/12/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Ce corrigé vous sera utile pour ces autres sujets voisins

Conscience et altérité ?
Zoom
  • conscience : La connaissance qu'a l'homme de ses pensées, de ses sentiments et de ses actes. La conscience, par cette possibilité qu'elle a de faire retour sur elle-même, est toujours également conscience de soi. C'est elle qui fait de l'homme un sujet, capable de penser le monde qui l'entoure. CONSCIENCE MORALE: Jugement pratique par lequel le sujet distingue le bien et le mal et apprécie moralement ses actes et ceux d'autrui. CONSCIENCE PSYCHOLOGIQUE : Aperception immédiate par le sujet de ce qui se passe en lui ou en dehors de lui.
  • altérité : État de ce qui est autre. L’altérité s’oppose à l’identité.

ALTÉRITÉ. nf (lat. alter «autre»). Caractère de ce qui est autre ; s'oppose à identité. «L'amour ne détruit pas l'altérité, il l'intensifie, au contraire, mais en la transformant (...) il implique une réalité de l'ordre du toi, qui est réciprocité de présence» (MADINIER). — Pour Hegel, l'altérité est liée à la finitude : une chose finie (limitée) n'a pas complètement en elle-même la réalité de son concept, mais elle a besoin d'autres. Idée déjà exposée par Platon, dans le Sophiste. 



Devenir conscient de soi suppose donc de découvrir cette dimension d'extériorité inscrite au coeur de notre subjectivité, qui nous aide à donner un sens à notre existence. Mais comment, à partir de son corps, pouvons-nous passer à l'expérience de sa conscience ?La présence d'autrui et l'accès à la paroleCette expérience du rapport d'expression apparaît comme fondamentale dans toute existence humaine. Double expérience en réalité : autrui nous apparaît comme corps expressif, mais nous parle également. Sa parole nous révèle la présence de sa pensée, de ses intentions. Mais elle nous permet aussi d'accéder à notre propre pensée. En nous parlant, l'autre nous invite à développer notre parole et donc à formuler nos désirs, nos sentiments, nos aversions, notre être en somme. L'homme ne peut parler sans autrui : sa présence est indispensable pour l'actualisation de notre langage. Habitant un monde humain, je tire de sa proximité le pouvoir de m'exprimer.L'existence de notre conscience n'est donc pas pensable en dehors d'une relation première avec l'altérité d'autrui.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Conscience et altérité ? Corrigé de 1281 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Conscience et altérité ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • VINCIANE-207413 (Hors-ligne), le 02/05/2013 à 02H11.
  • Marielle30944 (Hors-ligne), le 26/04/2009 à 26H13.
  • Rachel30609 (Hors-ligne), le 23/04/2009 à 23H15.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    "Le concept de conscience de soi contient la détermination de la différence non encore réalisée. Dans la mesure où cette différence, absolument parlant, se manifeste en elle, elle a le sentiment d'une altérité en elle même, d'une négation d'elle même, c'est à dire le sentiment d'un manque, un besoin." Hegel, Propédeutique philosophique, deuxième cours, Ed. de Minuit, page 96.

    Ajouté par webmaster

    L'âme ne connaît pas elle-même sa distinction, ou, comme parle cet auteur -(Ruysbroek) son altérité., BOSSUET, État d'oraison, I, 1, -in LITTRÉ.

    Ajouté par webmaster

    « Une conscience qui se ré-fléchit est déjà une mauvaise conscience; la conscience ne peut se saisir que dans ses déchirements. » (PRADINES, Traité de psychologie.)

    Ajouté par webmaster

    C'est au contraire le face-à-face avec une altérité radicale. L'Express.fr

    Ajouté par webmaster

    Ce qui m'enchante en lui -(Descartes) et me le rend vivant, c'est la conscience de soi-même, de son être tout entier rassemblé dans son attention; conscience pénétrante des opérations de sa pensée; conscience si volontaire et si précise qu'il fait de son Moi un instrument dont l'infaillibilité ne dépend que du degré de cette conscience qu'il en a., VALÉRY, Variété IV, p. 226.

    Ajouté par webmaster

    L'INCONSCIENT ET LA CONSCIENCE "Le sens profond de la cure psychanalytique est un triomphe de la conscience sur ses propres interdits par le détour d'une autre conscience déchiffreuse." Ricoeur, Philosophie de la volonté, 1950.

    Ajouté par webmaster

    « Toute conscience, Husserl l'a montré, est conscience de quelque chose. Cela signifie qu'il n'est pas de conscience qui ne soit position d'un objet transcendant. » (SARTRE, L'Etre et le Néant.)

    Ajouté par webmaster

    Comme toute conscience n'est pas droite, tout ce qui est selon la conscience n'est pas toujours droit (...), BOURDALOUE, Fausse conscience, 1ËeËr avent.

    Ajouté par webmaster

    (...) une sorte de demi-conscience rudimentaire et collective (...), Edmond JALOUX, Fumées dans la campagne ( Conscience, cit. 10; et aussi demi-conscience, cit.).

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Conscience et altérité ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo