Y a-t-il contradiction à voir le travail comme une malédiction et la paresse comme un vice ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< En vous basant sur l'étude du recueil Demeny ... Lecture analytique : Chapitre 3 de Candide, d ... >>
Partager

Y a-t-il contradiction à voir le travail comme une malédiction et la paresse comme un vice ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Y a-t-il contradiction à voir le travail comme une malédiction et la paresse comme un vice ?



document rémunéré

Document transmis par : ???


Publié le : 21/4/2011 -Format: Document en format FLASH protégé

Y a-t-il contradiction à voir le travail comme une malédiction et la paresse comme un vice ?
Zoom
  • contradiction : (1) Fait de soutenir en même temps une chose et son contraire. (2) En logique, incompatibilité entre deux propositions qui s'excluent mutuellement (exemple : « il pleut » et « il ne pleut pas »). (3) Principe de non-contradiction (parfois appelé principe de contradiction) : en logique, principe selon lequel il est impossible que le même attribut appartienne et n'appartienne pas en même temps au même sujet.
  • division du travail : Principe fondamental des sociétés industrielles selon Adam Smith. Désigne la répartition entre ses différents membres des tâches nécessaires au fonctionnement de la société.
  • comme : De même que, tel que, à l'instar de.



Au fil des siècles, l'homme a eu des approches du travail variées. A l'Antiquité, les citoyens les plus riches ne travaillaient pas car cette tâche était laissée aux esclaves. Pourtant personne ne les blâmait pour cela. De nos jours, notre approche du travail a changé, tous les hommes doivent travailler et considèrent souvent cela comme pénible. Pourtant, dès qu'un homme n'a plus de travail, il s'empresse d'en retrouver. L'heure de la retraite est très attendu, pourtant, dès qu'elle est là, les retraités ne savent souvent pas à quoi consacrer leur temps. De plus, la paresse donne souvent mauvaise conscience et on condamne très vite les individus qui semblent s'y abandonner. C'est pourquoi il est possible de se demander s'il n'y aurait pas une contradiction à voir le travail comme une malédiction et la paresse comme un vice. Cela sous-entend que ces deux termes sont liés. Si une personne travaille elle ne peut être dite paresseuse et, de même, si une personne est paresseuse cela sous-entend qu'elle ne veut pas travailler. Ce qui est intéressant à étudier, c'est justement ce rapport entre la paresse et le travail, ce rapport qui est plus complexe qu'il peut y paraître au premier abord. Dans un premier temps, nous étudierons l'aspect contradictoire de ces deux notions nommées puis nous verrons, dans un second temps, nous verrons que cette contradiction n'est peut-être qu'apparente et superficielle.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Y a-t-il contradiction à voir le travail comme une malédiction et la paresse comme un vice ? Corrigé de 1593 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Y a-t-il contradiction à voir le travail comme une malédiction et la paresse comme un vice ?" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Fécondité de la paresse qui nous rend inventifs. 2) Le travail est alors un simple expédient, hélas inévitable, pour subvenir à nos besoins. • Ex.: dans l'Antiquité, l'institution de l'esclavage. Les hommes libres s'en remettent à d'autres hommes (les esclaves) pour assumer à leur place le « fardeau » du travail. 3) L'oisiveté est alors une vertu positive : l'otium des latins, le loisir, par opposition au negotium, le « négoce », le fait de ne pas disposer de temps libre. a/ Ne pas travailler, c'est disposer d'un temps libre pour se consacrer aux activités proprement humaines (l'art, le jeu, la culture, la politique, etc.). b/ Travailler, c'est être soumis à la nécessité biologique de subvenir à ses besoins. • Le choix d'une profession se fera alors uniquement en fonction du salaire ou du profit espéré, l'homme n'attendant rien d'autre du travail. B) Si au contraire la paresse est un vice...

Ajouté par PROF

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

La mémoire est comme les muscles : elle se fortifie dans le travail et s'étiole dans la paresse., G. DUHAMEL, Inventaire de l'abîme, V.

Ajouté par webmaster

Il y a une paresse universelle, et pour ainsi dire infatigable. C'est le travail qui se fatigue, mais la paresse, mais la fatigue ne se fatigue pas., Ch. PÉGUY, Note conjointe, Bergson, p. 21.

Ajouté par webmaster

La division du travail anomique : jusqu'ici nous n'avons étudié la division du travail social que comme un phénomène normal; mais, comme tous les faits sociaux, et plus généralement comme tous les faits biologiques, elle présente des formes pathologiques (...), É. DURKHEIM, De la division du travail social, p. 343.

Ajouté par webmaster

Au maître : « Veux-tu bien réfléchir à ceci : celui que tu appelles ton esclave est né de la même semence, jouit du même ciel que toi, respire comme toi, vit comme toi, meurt comme toi. Tu peux le voir libre comme lui peut te voir esclave. » Sénèque, Lettres à Lucilius, 1er s. apr. J.-C.

Ajouté par webmaster

N'as-tu pas, en fouillant les recoins de ton âme, Un beau vice à tirer comme un sabre au soleil, Quelque vice joyeux, effronté, qui s'enflamme Et vibre, et darde rouge au front du ciel vermeil?, VERLAINE, Sagesse, III.

Ajouté par webmaster

"Pour ne pas être en contradiction avec elle même la conscience humaine en tous ses devoirs doit concevoir un autre (comme l'homme en général), comme juge de ses actions." Kant, Doctrine de la vertu, §13

Ajouté par webmaster

Pour mieux dompter la paresse et le vice, Armes, chevaux, furent ton exercice, Guerres, combats, mascarades, tournois (...), RONSARD, le Premier livre des poèmes, «Discours à Scevole...».

Ajouté par webmaster

Son goût du travail l'exemptait de la paresse (...), FLAUBERT, Bouvard et Pécuchet, p. 265.

Ajouté par webmaster

Le travail pense, la paresse songe., J. RENARD, Journal, 27 déc. 1887.

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



Y a-t-il contradiction à voir le travail comme une malédiction et la paresse comme un vice ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo