La conviction d'avoir raison fait-elle obstacle au dialogue ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< En quel sens la science instruit-elle la rais ... L'homme est-il raisonnable par nature ? >>


Partager

La conviction d'avoir raison fait-elle obstacle au dialogue ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : La conviction d'avoir raison fait-elle obstacle au dialogue ?



Publié le : 10/1/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

«Je ne sais qu’une chose, c’est que je ne sais rien. « Voici ce que Socrate, le maître de l’entretien dialectique, répondait a tous ceux qui lui manifestaient leur admiration pour son immense savoir et sa capacité de réflexion. Ainsi, le dialogue, du moins au sens grec et socratique du terme, ne serait possible que si les interlocuteurs acceptent de se vider de tout préjugé et certitude, de toute conviction de leur savoir. On en vient à l’interrogation [suivante] la conviction d’avoir raison fait-elle obstacle au dialogue ? Il semblerait que oui, puisqu’être convaincu entraîne la fermeture aux alternatives extérieures. Cependant, le dialogue est-il possible si l’on n’a absolument rien de sûr, aucune base de départ? Tout dépend en fait du sens que l’on donne au mot conviction [excellente précision] on peut le restreindre à une certitude universelle, qui est alors nécessaire en tant que point d’accord d’où part l’échange et qui permet la communication. Mais si la conviction d’avoir raison est prise comme une certitude absolue de détenir la vérité, elle est génératrice de conflits et empêche généralement le dialogue. Un dialogue ne peut se faire qu’entre deux êtres humains ouverts, et surtout qui se reconnaissent l’un et l’autre en tant que tels. Mais ne pourrait-on pas oser se demander à quoi cela sert que des hommes qui déjà sont conscients de leurs limites et confèrent aux autres leur dignité et leur liberté ne restent à parler qu’entre-eux ? Faudrait-il mettre le dialogue au service de la lutte contre la « conviction«? Demandons-nous, pour commencer, qu’est-ce que la «conviction d’avoir raison«? Est-ce, par exemple, la conviction d’avoir raison d’affirmer que deux et deux font quatre quand l’autre prétend que cela fait cinq ?



., la force.Dans ces "pseudo-dialogues" ce qui importe, c'est de ne pas "perdre la face". La qualité des arguments compte peu, ce qui compte c'est la victoire, cad le silence de l'interlocuteur.On opposera ici rhétorique et sophistique:■ La rhétorique est la maîtrise du discours persuasif, qui ne se soucie guère de connaître ce dont elle parle. Elle rend l'orateur plus convaincant sur un sujet que celui qui connaît à fond ce sujet, et ferait presque prendre l'âne pour un cheval. En ce sens, la rhétorique se confond avec la sophistique. Le sophiste prétend à un savoir universel ; expert en l'art de rendre habile à parler sur tout, il ne rend pas véritablement savant sur tout, mais en donne l'apparence.■ La sophistique, comme la rhétorique, est une flatterie, imitation néfaste d'arts utiles fondés sur un véritable savoir : législation, justice. La sophistique, comme la rhétorique, veut, sans souci de justice, montrer parla parole et par l'action le plus d'efficacité dans les affaires de l'État. Tel est le paradoxe dont la dernière partie du devoir doit tenter de nous faire sortir: La conviction d'avoir raison sape tout dialogue du fait de l'intolérance et/ou de l'aveuglement qui ne permet pas de prendre en ligne de compte le point de vue d'autrui.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : La conviction d'avoir raison fait-elle obstacle au dialogue ? Corrigé de 6588 mots (soit 10 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet "La conviction d'avoir raison fait-elle obstacle au dialogue ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • lily-228605 (Hors-ligne), le 22/01/2014 é 22H22.
  • VincentFencing-21764 (Hors-ligne), le 30/10/2013 é 30H15.
  • snowcartel (Hors-ligne), le 06/05/2011 é 06H00.
  • doki (Hors-ligne), le 09/10/2010 é 09H10.
  • Mounia49870 (Hors-ligne), le 16/12/2009 é 16H20.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    La conviction se présente comme une certitude. Si l'on est certain d'avoir raison, pourquoi dialoguer ? Et si l'on est entraîné dans le dialogue, peut-on le pratiquer honnêtement, dans la mesure où les convictions peuvent nous dissuader d'écouter l'interlocuteur ? Le sujet repose sur un paradoxe : la conviction semble s'opposer à l'ouverture d'esprit que demande le dialogue. Pourtant, si l'on doutait toujours, le dialogue aurait-il vraiment un sens ?

    Ajouté par Emmanuel9082

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    La conviction d'avoir raison fait-elle obstacle au dialogue ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit