NoCopy.net

La critique de la société dans Candide

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Quelle image le roman de Laclos donne t-il de ... Histoire de la rhétorique >>
Partager

La critique de la société dans Candide

Littérature

Aperçu du corrigé : La critique de la société dans Candide



document rémunéré

Document transmis par : X26404


Publié le : 23/9/2010 -Format: Document en format FLASH protégé

La critique de la société dans Candide
Zoom

 

Voltaire critique de nombreuses facettes de la société et cela à travers plusieurs passages et personnages. Quels sont ces critiques que Voltaire fait sur la société de son temps ?

Dans une première partie nous analyserons la critique portée sur la religion puis dans une seconde partie, nous verrons la critique des mœurs de son temps.

I/La critique de la religion. 

La religion est fortement critiquée dans Candide. En effet, Voltaire utilise ses personnages et leurs péripéties pour montrer à quel point elle est défaillante. 

On peut ainsi observer la critique de l’inquisition dans le chapitre 6 lorsque Pangloss discute avec un officier de l’Inquisition qui lui demande s’il ne croit donc pas au péché originel. Pangloss argumente et le lendemain il se fait arrêter pour avoir trop parlé, Candide pour avoir simplement écouté et d’autres personnes à cause de leur religion, ici Juive, et le parrain d’un enfant pour avoir épousé sa marraine, arbitrairement. La superstition est également critiquée car les sages du pays n’avaient selon Voltaire aucun autre moyen d’arrêter le tremblement de terre. Il y a donc un Auto-da-fé, cérémonie pendant laquelle les hérétiques devaient faire acte de foi. 

Donc Voltaire dénonce l’Inquisition et par là même les religieux à travers le chapitre 6. Or à cette époque la justice était faite par l’Inquisition qui était très intolérante.

Voltaire critique également ce côté de la religion : intolérante. Les prêtres prêchent pour l’égalité des hommes et malgré cela, autorisent l’esclavage. C’est donc une religion hypocrite qui est dépeinte par l’auteur, leur devoir serait d’empêcher les hommes de commettre des péchés tels que soumettre d’autres hommes et les traiter comme des animaux et brûler des gens pour leur religion, mais ils utilisent des arguments comme la différence pour expliquer leurs propres péchés. L’Inquisiteur dans le chapitre 8 utilise la menace d’un Auto-da-fé sur le Juif qui détient Cunégonde pour posséder celle-ci. 

Voltaire s’attache donc à critiquer la religion à travers son livre. Pourtant l’auteur ne dénonce jamais directement, il utilise l’ironie comme procédé d’écriture pour sa critique. 

II/Les critique des Hommes.

Voltaire à critiqué l’intolérance surtout à travers l’esclavage : il critique les personnes qui tolèrent cette pratique ou qui ne disent rien pour l’empêcher. L’auteur montre à quel point cette pratique est absurde : dans l’extrait du Nègre de Surinam, au chapitre 19, le nègre présenté permet à Voltaire de critiquer cette société d’esclavagistes par la dérision, en effet le nègre est mis en valeur par son aspect, ses gestes et ses paroles, de plus son langage soutenu nous montre que le caractère est ironique car un esclave de ce rang ne devrait pas pourvoir être cultivé de la sorte, Voltaire fais donc une sorte de revanche en personnalisant un homme qui a été privé de son âme. La religion veut une égalité entre les hommes mais approuve une pratique aussi inégalitaire en laissant croire que les noirs ne sont pas des hommes. Voltaire nous montre à travers les yeux de Candide comment cette société est construite sur des inégalités.

En effet Voltaire montre les inégalités entre pauvres et riches et hommes et femmes. On nous montre la cupidité des riches au détriment des pauvres lorsque Candide voyage, les riches marchands demandent des prix exorbitants alors qu’ils n’ont pas lieu d’être.  On a donc une peinture de la richesse cupide et avare que Voltaire dénigre encore une fois par le biais d’une ironie forte. Les 6 rois déchus du chapitre 26 sont l’illustration de cette différence, tout comme la vieille. En effet tous ces personnages ont été riches puis ruinés par leur cupidité. On a donc le contraste entre richesse et pauvreté très présent tout au long du roman et très critiqué, on pourrait presque dire « l’argent ne fait pas le bonheur » en voyant tout ces riches comme l’homme à Venise qui possède tout mais qui est très malheureux. 

Voltaire est un pacifiste qui dénonce la guerre au début du roman, au chapitre ʒ. Il décrit un champ de bataille et les horreurs de la guerre comme si c’était chose normale, ce qui choque le lecteur. Il dénonce par exemple les cruautés faites par les soldats en mettant en avant le côté festif de la guerre et les massacres des civils. Cet aspect du combat met en valeur le côté barbare que reproche voltaire dans les mœurs de la société de son temps. On peut y voir une critique des généraux mais aussi de la haine que les peuples se vouent entre eux avec les bulgares. 

Voltaire montre bien son opinion sur ces valeurs morales de la  société, il dénigre à la fois des valeurs de religion mais aussi des valeurs humaines comme la haine ou l’intolérance.

 

On a donc pu démontrer que Voltaire utilise son Candide pour faire une critique des nombreux défauts de la société de son époque grâce à l’ironie, dans ce qui est le premier conte philosophique et qui est un support adapté à cette critique.

L’optimisme de Leibniz est également un thème qu’on retrouve tout au long du livre avec le personnage de Pangloss et qui est vivement déprécié par l’auteur.

 




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : La critique de la société dans Candide Corrigé de 1989 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "La critique de la société dans Candide" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • dodo250998-236707 (Hors-ligne), le 19/04/2014 à 19H18.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    * Coutume : embrasser sur les deux joues : roi considéré comme égal, proximité avec le roi en France. B. Architecture significative des enjeux * Pas d'églises ni clochers * Ils sont tous riches : pas de palais des nobles * Importance bâtiments publics (contrairement à en France) Marchés * Pas de prisons : signe qu'en France, autorité, répression et délinquance.

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Voici dans ce moment ce qui se passa dans l'âme de Candide, et comment il raisonna (...), VOLTAIRE, Candide, IX.

    Ajouté par webmaster

    M. le baron (...) chasse Candide du château à grands coups de pied dans le derrière (...), VOLTAIRE, Candide, I.

    Ajouté par webmaster

    (...) on vint lier après le dîner le docteur Pangloss et son disciple Candide (...) tous deux furent menés séparément dans des appartements d'une extrême fraîcheur, dans lesquels on n'était jamais incommodé du soleil (...), VOLTAIRE, Candide, VI.

    Ajouté par webmaster

    Cela est bien dit, répondit Candide, mais il faut cultiver notre jardin. Voltaire, Candide.

    Ajouté par webmaster

    Cela est bien dit, répondit Candide, mais il faut cultiver notre jardin., VOLTAIRE, Candide, XXX.

    Ajouté par webmaster

    Maître fou, lui dit Candide, je l'ai réchappé des galères., VOLTAIRE, Candide, 29.

    Ajouté par webmaster

    -(Ils) entendirent un sermon très pathétique, suivi d'une belle musique en faux-bourdon. Candide fut fessé en cadence, pendant qu'on chantait., VOLTAIRE, Candide, VI.

    Ajouté par webmaster

    Candide (...) demanda de quel maître étaient les deux premiers -(tableaux). Ils sont de Raphaël, dit le sénateur (...) ils ne me plaisent point du tout; la couleur en est toute rembrunie (...), VOLTAIRE, Candide, XXV.

    Ajouté par webmaster

    Si la société sans classes termine l'histoire, alors, en effet, la société capitaliste est supérieure à la société féodale dans la mesure où elle rapproche encore l'avènement de cette société sans classes., CAMUS, l'Homme révolté, p. 276.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédente

    La critique de la société dans Candide

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast littérature