La culture nous humanise-t-elle ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La culture nous est-elle hostile ? La culture peut-elle etre populaire ? >>
Partager

La culture nous humanise-t-elle ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : La culture nous humanise-t-elle ?



Publié le : 26/9/2005 -Format: Document en format FLASH protégé

	La culture nous humanise-t-elle 	?
Zoom
  • culture : En anthropologie, la culture désigne l'ensemble des croyances, connaissances, rites et comportements d'une société donnée. Certains réservent le terme de culture aux productions non matérielles d'une société, préférant parler de civilisation à propos des productions matérielles.

Définition des termes : La culture englobe l’ensemble des productions humaines et plus précisément les œuvres de l’esprit. En ce sens elle est le résultat de l’activité humaine, elle n’est donc pas par elle-même mais suppose un agent qui la produise, cet agent pouvant être un individu ou un ensemble d’individus, la condition étant que cette production doit être reconnue et partagée par un groupe humain. La culture est également synonyme d’éducation, de formation, d’instruction, on considère alors qu’elle est une transformation de la nature, un développement. Enfin elle permet de distinguer les hommes des autres êtres vivants et elle peut différer d’une société à l’autre. En ce sens elle le moteur d’une singularisation. Le verbe « humaniser » signifie rendre humain, c’est-à-dire agir sur l’individu de telle manière qu’il s’approche de l’idée d’humanité. Il suppose donc que l’homme n’est pas humain à l’origine mais le devient. Il peut sembler paradoxal de mettre à distance l’homme de l’humanité. Pour résoudre ce paradoxe l’humanité doit être prise comme une idée, comme un modèle à suivre. 

Problématique : Si l’humanisation consiste à se rapprocher d’une humanité universelle, la culture, dans la mesure où elle singularise les individus et les sociétés plus qu’elle ne les rassemble, semble lui faire obstacle. Mais si l’humanisation consiste à réaliser la nature humaine, autrement dit à développer les facultés propres à l’homme, dans ce cas la culture peut être considérée comme un moyen. La difficulté réside donc dans le sens que nous donnons à l’humanisation et suppose de s’interroger sur la compatibilité ou l’incompatibilité de ces deux acceptions.



Transition : Concevoir la culture comme étant déshumanisante constitue un écueil en deux sens. Tout d'abord parce qu'un retour en arrière est impossible et donc la condition originelle reste toujours déjà dépassée. D'autre part abstraire l'homme de ses déterminants culturels c'est en même temps laisser échapper une partie de son identité.  Deuxième partie : La culture permet de réaliser la nature humaine. 2.1 L'homme est par essence un être de culture, d'une part parce qu'il est un être sociable et d'autre part parce qu'il est doué de raison et de langage. « La cité est au nombre des réalités qui existe naturellement, et [...] l'homme est par nature un animal politique destiné à vivre en société et que celui qui, par sa nature et non par l'effet de quelque circonstance, ne fait partie d'aucune cité, est une créature dégradée ou supérieure à l'homme. Il mérite, comme dit Homère, le reproche sanglant d'être sans famille, sans lois, sans foyers ; car celui qui a une telle nature est avide de combats et, comme les oiseaux de proie, incapable de se soumettre à aucun joug. On voit d'une manière évidente pourquoi l'homme est un animal sociable à un plus haut degré que les abeilles et tous les animaux qui vivent réunis.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	La culture nous humanise-t-elle 	? Corrigé de 3214 mots (soit 5 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " La culture nous humanise-t-elle ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • Reddreams-244908 (Hors-ligne), le 22/10/2014 à 22H15.
  • bastien6-244328 (Hors-ligne), le 13/10/2014 à 13H20.
  • mariebbu-243400 (Hors-ligne), le 05/10/2014 à 05H13.
  • mariehbertot-238455 (Hors-ligne), le 08/05/2014 à 08H14.
  • ninastyles-211965 (Hors-ligne), le 23/02/2014 à 23H16.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    La culture rend plus humain, l'humanité comme moralité a) La culture permet de se donner des fins autres que les fins naturelles Kant, Critique de la faculté de juger, §83, traduction Alain Renaut. « Si, désormais, il faut trouver en l'homme lui-même ce qui doit être, en tant que fin, accompli par sa connexion avec la nature, il peut seulement d'agir d'un bien ou d'une fin telle qu'elle puisse ellemême être réalisée par la nature dans sa bienfaisance, ou bien l'aptitude à toutes sortes de fins pour lesquelles la nature (extérieurement et intérieurement) pourrait être utilisée par l'homme. La première fin de la nature serait le bonheur, la seconde la culture de l'homme. » Kant montre ensuite que pourquoi cette fin ne peut pas être le bonheur, avant de conclure : « En ce sens, seule la culture peut être la fin dernière que l'on a des raisons d'attribuer à la nature vis-à-vis de l'espèce humaine (...).

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    .1 Le plus grand charme de la culture littéraire, c'est qu'elle humanise l'amour., A. MAUROIS, Ariel..., p. 169.

    Ajouté par webmaster

    « La culture se définit essentiellement par ce qui est partagé et transmis... La culture c'est ce que nous avons en commun avec d'autres. Toute la question est de savoir si cette culture sera la communication de tous ou la complicité de quelques-uns. » (CLAUDE ROY, La main heureuse.)

    Ajouté par webmaster

    (...) les biologistes ont été amenés à rechercher un moyen d'étude de l'organe isolé, de façon à le soustraire à l'influence de l'ensemble. Ce moyen est la culture -in vitro, c'est-à-dire la transplantation de l'organe sur un milieu de culture non vivant. Il devient possible, ainsi, de soumettre l'organe à des facteurs connus, que l'expérimentateur peut appliquer et modifier à sa guise (...) Elle s'applique (...) essentiellement à la culture des organes embryonnaires., Michel SIGOT, la Culture d'organes, p. 9.

    Ajouté par webmaster

    Contre les férocités de la nature hostile et destructrice, nous avons dressé les exigences d'un aménagement humanisé du monde extérieur., PERROUX, Économie du XXËe siècle, -in T.L.F.

    Ajouté par webmaster

    « Le commandement "Aime ton prochain comme toi-même" est la défense la plus forte contre l’agression humaine et un excellent exemple de la démarche non psychologique du sur-moi-de-la-culture. Le commandement est impraticable ; une inflation aussi grandiose de l’amour peut seulement en abaisser la valeur, elle ne peut éliminer la nécessité. La culture néglige tout cela ; elle se contente de rappeler que plus l’obser- vance du précepte est difficile, plus elle est méritoire. Mais celui qui, dans la culture présente, se conforme à un tel précepte ne fait que se désavantager par rapport à celui qui se place au-dessus de lui. Quelle ne doit pas être la violence de cet obstacle à la culture qu’est l’agression, si la défense contre celle-ci peut rendre aussi malheureux que l’agression elle-même ! » FREUD

    Ajouté par webmaster

    Bien qu'elle fût ignorante comme une carpe, elle s'amusait à opposer la culture française à la culture allemande (...), R. ROLLAND, Jean-Christophe, La révolte, p. 526.

    Ajouté par webmaster

    Certaines thèmes de la contre-culture sont incorporés à la machine de l'ordre établi, en général comme soupapes. Quant à la contre-culture qui reste contestataire, justement elle «reste» et elle sait qu'elle reste., M. CLAVEL, -in le Nouvel Obs., n° 414, 16 oct. 1972, p. 71.

    Ajouté par webmaster

    Quelles que soient les créations de la culture anglo-saxonne ou nordique, l'Europe ne saurait être elle-même sans l'appoint de la culture latine., André SIEGFRIED, l'âme des peuples, II, 3.

    Ajouté par webmaster

    Les deux termes de -culture et de -civilisation recouvrent des notions non pas mêlées, mais connexes, et qui procèdent étroitement les unes des autres. Suivant le pays et même suivant les individus, le sens varie. La «culture» allemande est assez voisine de ce que nous entendons le plus généralement en français par civilisation, mais on connaît des penseurs français qui utilisent le mot dans un sens proche du germanique. Pour certains, culture est entendu avec des résonances plus strictement intellectuelles : dans le sens où l'on parle de culture classique, de culture scientifique, d'homme «cultivé»; pour d'autres, il désigne une méthode, une certaine aisance que l'homme acquiert dans l'exercice de son esprit, une participation à une certaine manière de réagir et de penser (on parlera alors de «culture française»); pour d'autres, enfin, la culture est tout ce qui élargit la pensée et la conscience individuelle ou collective (on pourra dans cette acception parler de «culture politique»)., DANIEL-ROPS, Ce qui meurt..., II, p. 58 ( Culturel, cit. 1).

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    La culture nous humanise-t-elle ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo