LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Prenez la tirade de Don Juan (ACTE v, scène 1 ... « Pas d'oeuvres littéraires », a dit un criti ... >>


Partager

Dans sa pièce, L'Impromptu de Paris, parue en 1937, Giraudoux fait dire à ses personnages : «Le mot comprendre n'existe pas au théâtre (...). Le vrai public ne comprend pas, il ressent. (...) Ceux qui veulent comprendre au théâ- tre sont ceux qui ne comprennent pas le théâtre. (..) Le théâtre n'est pas un théorème mais un spectacle ». À votre avis, cette définition contredit-elle l'intention de Molière qui assigne à la comédie une fonction didactique ?

Echange

Aperçu du corrigé : Dans sa pièce, L'Impromptu de Paris, parue en 1937, Giraudoux fait dire à ses personnages : «Le mot comprendre n'existe pas au théâtre (...). Le vrai public ne comprend pas, il ressent. (...) Ceux qui veulent comprendre au théâ- tre sont ceux qui ne comprennent pas le théâtre. (..) Le théâtre n'est pas un théorème mais un spectacle ». À votre avis, cette définition contredit-elle l'intention de Molière qui assigne à la comédie une fonction didactique ?



Document transmis par : touree39102


Format: Document en format HTML protégé

Dans sa pièce, L'Impromptu de Paris, parue en 1937, Giraudoux fait dire à ses personnages : «Le mot comprendre n'existe pas au théâtre (...). Le vrai public ne comprend
pas, il ressent. (...) Ceux qui veulent comprendre au théâ-
tre sont ceux qui ne comprennent pas le théâtre. (..) Le
théâtre n'est pas un théorème mais un spectacle ».
À votre avis, cette définition contredit-elle l'intention de Molière qui assigne à la comédie une fonction didactique ?
Il s'agit là du sujet type sur le théâtre avec l'opposition des fonctions ludique et didactique. Evitez le plan : I. le théâtre instruit (le sens) ; II. le théâtre divertit (le spectacle) ; III. le théâtre est un mélange des deux, compréhension et spectacle. Par ailleurs, les conceptions théâtrales de Molière et de Giraudoux ne s'opposent, Dom Juan nous a montré que Molière sacrifie les règles au profit du spectacle.


Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Corrigé : Corrigé de 1 pages directement accessible

Le corrigé du sujet "Dans sa pièce, L'Impromptu de Paris, parue en 1937, Giraudoux fait dire à ses personnages : «Le mot comprendre n'existe pas au théâtre (...). Le vrai public ne comprend pas, il ressent. (...) Ceux qui veulent comprendre au théâ- tre sont ceux qui ne comprennent pas le théâtre. (..) Le théâtre n'est pas un théorème mais un spectacle ». À votre avis, cette définition contredit-elle l'intention de Molière qui assigne à la comédie une fonction didactique ?" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé
Corrigé consulté par :
  • diiw-197176 (Hors-ligne), le 23/01/2013 à 23H17.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Une idée du théâtre s'est perdue. Et dans la mesure où le théâtre se borne à nous faire pénétrer dans l'intimité de quelques fantoches, et où il transforme le public en voyeur, on comprend que l'élite s'en détourne et que le gros de la foule aille chercher au cinéma, au music-hall ou au cirque, des satisfactions violentes, et dont la teneur ne le déçoit pas., A. ARTAUD, le Théâtre et son double, Le théâtre et la cruauté, Idées/Gallimard, p. 129.

    Ajouté par webmaster

    .2 La claque permet à l'auteur de faire comprendre au public comment il a voulu son drame. C'est une soupape de sûreté afin que des enthousiasmes maladroits ne crépitent point quand il faut se taire. Mais la claque est une direction de foule; dans un théâtre qui soit un théâtre et où on joue une oeuvre qui, etc., nous ne croyons après M. Maeterlinck, qu'à l'applaudissement du silence., A. JARRY, Ubu roi, Pl., p. 414-415.

    Ajouté par webmaster

    Il y a dans un spectacle comme celui du théâtre Balinais quelque chose qui supprime l'amusement, ce côté de jeu artificiel inutile, de jeu d'un soir qui est la caractéristique de notre théâtre à nous., A. ARTAUD, le Théâtre et son double, «Sur le théâtre Balinais», Idées, Gallimard, p. 90.

    Ajouté par webmaster

    .1 (Le théâtre balinais) élimine l'auteur au profit de ce que dans notre jargon occidental du théâtre, nous appellerions le metteur en scène; mais celui-ci devient une sorte d'ordonnateur magique, un maître de cérémonies sacrées. Et la matière sur laquelle il travaille, les thèmes qu'il fait palpiter ne sont pas de lui mais des dieux., A. ARTAUD, le Théâtre et son double, Sur le théâtre balinais, Idées/Gallimard, p. 90.

    Ajouté par webmaster

    .1 (...) cette diffusion de l'action sur un espace immense obligera l'éclairage d'une scène et les éclairages divers d'une représentation à empoigner aussi bien le public que les personnages (...), A. ARTAUD, le Théâtre et son double, Le théâtre de la cruauté, Idées Gallimard, p. 146-147.

    Ajouté par webmaster

    .1 Comment se fait-il qu'au théâtre, au théâtre au moins tel que nous le connaissons en Europe, ou mieux en Occident, tout ce qui est spécifiquement théâtral, c'est-à-dire tout ce qui n'obéit pas à l'expression par la parole, par les mots, ou si l'on veut tout ce qui n'est pas contenu dans le dialogue (et le dialogue lui-même considéré en fonction de ses possibilités de sonorisation sur la scène, et des -exigences de cette sonorisation) soit laissé à l'arrière-plan?, A. ARTAUD, le Théâtre et son double, Idées/Gallimard, p. 53.

    Ajouté par webmaster

    Tous les vrais alchimistes savent que le symbole alchimique est un mirage comme le théâtre est un mirage. Et cette perpétuelle allusion aux choses et au principe du théâtre que l'on trouve dans à peu près tous les livres alchimiques, doit être entendue comme le sentiment (dont les alchimistes avaient la plus extrême conscience) de l'identité qui existe entre le plan sur lequel évoluent les personnages, les objets, les images, et d'une manière générale tout ce qui constitue la -réalité virtuelle du théâtre, et le plan purement supposé et illusoire sur lequel évoluent les symboles de l'alchimie., A. ARTAUD, le Théâtre et son double, Le théâtre alchimique, Idées/Gallimard, p. 73.

    Ajouté par webmaster

    Les méfaits du théâtre psychologique venu de Racine nous ont déshabitués de cette action immédiate et violente que le théâtre doit posséder., A. ARTAUD, le Théâtre et son double, Le théâtre et la cruauté, p. 29, Idées/Gallimard.

    Ajouté par webmaster

    Chaque oeuvre ils -(certains metteurs en scène) la pensent en raison du théâtre. Rethéâtraliser le théâtre. Tel est leur nouveau cri monstrueux. Mais le théâtre, il faut le rejeter dans la vie (...) Qu'est-ce qui provoque cette attraction du cirque et du music-hall sur notre monde moderne? J'emploierais bien le mot de fantaisie (...) s'il ne devait aboutir à des recherches propres uniquement à cette rethéâtralisation du théâtre (...), A. ARTAUD, OE. compl., t. I, p. 214-215.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo