Dans quelle mesure l'homme fait-il l'histoire ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La conscience du temps est-elle séparable de ... L'historien peut-il faire l'économie d'une th ... >>


Partager

Dans quelle mesure l'homme fait-il l'histoire ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Dans quelle mesure l'homme fait-il l'histoire ?



Publié le : 24/3/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Dans quelle mesure l'homme fait-il l'histoire ?
Zoom

Le terme « histoire « est employé dans la vie quotidienne dans de nombreux cas : histoire drôle, histoire d’amour, etc… Je peux raconter l’histoire de ma journée. Mais si ce n’est pas de ces histoires là dont s’occupe l’histoire, il faut néanmoins partir de l’usage du terme dans la langue courante. Nous entendons de façon usuelle par histoire aussi bien une dimension du réel, qui a quelque chose à voir avec la succession d’événements, qu’une reconstitution de cette succession à travers un récit. Si nous définissons l’histoire en un premier sens comme une réalité, elle correspond à l’ensemble de ce qui se déroule à travers le temps. En ce premier sens, et de manière naïve, je peux parler aussi bien d’histoire de l’univers que l’histoire des espèces vivantes ? C’est en ce sens que Aristote a écrit une Histoire des animaux et que le naturaliste romain Pline avait composé au 1er siècle de notre ère, une célèbre Histoire naturelle. Il se trouve cependant qu’en français nous appelons « histoire « la connaissance et le récit d’un tel devenir. L’histoire comprise comme connaissance correspond à une enquête entreprise à propos d’un devenir. L’étymologie du mot nous renvoie au latin historia qui signifie une enquête, une recherche savante de la vérité. Il s’agit donc de discerner le vrai du faux. Le sujet entend initialement le terme « histoire « dans sa première acceptation, comme succession d'évènements. Or, il semble que le déroulement historique soit plus appliqué et applicable à l'homme. On restreint ce terme à l'activité humaine justement par la spécificité humaine face aux autres choses de l'univers. L'homme est défini comme un être conscient et qui de par cette conscience s'élève au-dessus des autres êtres. Il n'est plus une chose parmi les choses, mais il se positionne devant, face au monde. La conscience confère donc comme le suggère son étymologie que l'existence humaine se trouve accompagnée d'un savoir : je vis et je sais que je vis. On fait donc de la liberté la compagne de la conscience. Il semble donc dans un premier temps que le terme « histoire « est restreint à l'homme parce qu'il a la possibilité et la capacité d'intervenir sur le cours des évènements, dans les activités humaines. Cependant, il faut ici se demander si l'histoire tel que l'on entend est le résultat de l'activité de chaque homme ou si le résultat global qu'aucun homme n'a voulu comme tel. Chaque homme ne serait-il pas plutôt l'agent involontaire d'une histoire qui le dépasse ? Il faut alors aussi se demander si l'histoire a un sens ? Y a-t-il dans l'évolution de l'homme un but, une direction qui donnerait à l'histoire son chemin ? Ne faut-il pas penser comme Hegel que c'est l'Esprit lui-même qui se sert de l'homme pour parvenir à la fin de l'histoire ? La notion de progrès ne contient-elle pas aussi l'idée que c'est l'homme qui oeuvre pour un processus dont il ne maîtrise rien ? Cependant, penser ainsi, c'est condamner l'homme à la passivité ? L'idée de l'histoire libre n'est-elle pas nécessaire à l'action humaine ? Quelles sont les conditions pour être acteur dans l'histoire ? Ne sont-ce pas simplement les grands hommes qui feraient l'histoire ?

 


 

  • 1. « L'homme « (les hommes) comme objet(s) de l'Histoire.

 Position de l' « idéalisme allemand « (cf. La Sainte-Famille). Position (ou plutôt interprétation) mécanique du marxisme.

  •  2. Comment penser (dialectiquement ?) et non contradictoirement la position marxiste ?

 Comment penser à la fois que les hommes sont des produits de l'histoire et font l'histoire ?
 — En termes d'identité (et de réduction)?
 — En termes de projets (conditionnés et conditionnants) ? Cf. la position de Garaudy et la position de Engels à cet égard.

  •  3. Saisir dans « quelle mesure l'homme fait l'histoire « ne serait-ce pas saisir des « zones d'indétermination « dans une détermination « assez générale « (?) ou déterminante en « dernière instance «? Cf. La position de Sartre.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Dans quelle mesure l'homme fait-il l'histoire ? Corrigé de 9091 mots (soit 13 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet "Dans quelle mesure l'homme fait-il l'histoire ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • philosophia-260360 (Hors-ligne), le 12/05/2015 é 12H20.
  • Marisa-245884 (Hors-ligne), le 22/04/2015 é 22H21.
  • chacha-245987 (Hors-ligne), le 01/11/2014 é 01H21.
  • fixod-245800 (Hors-ligne), le 31/10/2014 é 31H18.
  • lefilozoph-244650 (Hors-ligne), le 16/10/2014 é 16H18.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Dans quelle mesure l'homme fait-il l'histoire ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit