NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La conscience de soi doit-elle quelque chose ... Le désir est-il la marque de la misère de l'h ... >>


Partager

Dans quelle mesure est-il injurieux de qualifier un être humain d'inconscient ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Dans quelle mesure est-il injurieux de qualifier un être humain d'inconscient ?



Publié le : 12/1/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Dans quelle mesure est-il injurieux de qualifier un être humain d'inconscient ?
Zoom

D'où son incapacité à comprendre par analyse ce qui lui arrive, et à « parler à son propre coeur » - ce qui signale la possibilité de « dire Moi », de « penser Moi » : la majuscule redoublée souligne l'importance, la majesté de ce qui est ainsi perdu. Et Alain de faire référence à Ulysse - dont Homère indique fréquemment en effet qu'il « parle à son coeur » ou « se dit en son coeur » - sans être inquiet de l'ancienneté de sa référence : pour lui, l'homme reste semblable à ce qu'il était chez les Grecs anciens, et ce qui était possible pour Ulysse doit conserver la même signification, pour l'homme contemporain. « Dire Moi », « penser Moi », c'est encore procéder à un examen simultanément « moral » et « contemplatif ». Le Moi se perçoit comme sujet actif et par là même responsable : il assume ses gestes et ses conduites, parce qu'il a le recul nécessaire pour savoir ce qu'il fait. Mais le Moi se perçoit aussi comme sujet spéculatif : il a bien une connaissance - à la fois de ce qu'il sait, de ce qu'il désire et de ce qu'il veut. (Il est clair ici qu'Alain se situe - et sans doute volontairement - dans une méconnaissance complète de l'enseignement freudien, pour lequel le sujet, par définition en quelque sorte, est au contraire condamné à ne pas savoir ce qu'il croit savoir, à ignorer ce qu'il désire et à méconnaître ce qu'il veut.) Un tel Moi est donc totalement transparent à lui-même : il ne recèle aucune zone obscure, et s'offre à une autoconnaissance exhaustive. [II. La conscience comme dédoublement] La formule : « je sais ce que je sais » suffit à révéler un caractère fondamental de la conscience : elle suppose une division de soi-même - entre un Moi qui sait ou qui agit, et un Moi qui sait qu'il sait ou qui sait qu'il agit. Ce qui implique que ce savoir au second degré puisse être complet et juste.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2202 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Dans quelle mesure est-il injurieux de qualifier un être humain d'inconscient ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • mastio33-262276 (Hors-ligne), le 06/11/2015 é 06H17.
  • amohaf-249408 (Hors-ligne), le 07/12/2014 é 07H16.
  • phoenixw80-244535 (Hors-ligne), le 15/10/2014 é 15H18.
  • bridelice-244246 (Hors-ligne), le 13/10/2014 é 13H11.
  • aruku -230367 (Hors-ligne), le 09/02/2014 é 09H14.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit