Est-ce dans la solitude que l'on prend conscience de soi ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Est-on responsable de ce dont on n'a pas cons ... La conscience peut-elle être objective ? >>


Partager

Est-ce dans la solitude que l'on prend conscience de soi ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Est-ce dans la solitude que l'on prend conscience de soi ?



Publié le : 12/3/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Est-ce dans la solitude que l'on prend conscience de soi ?
Zoom

L’interrogation « est-ce (…) que (…) « indique d’emblée que l’on s’interroge sur la condition dans laquelle on accomplit un acte, cette condition étant ici la solitude, et l’acte, le fait de prendre conscience de soi. Il va falloir évaluer le degré de pertinence de l’affirmation qui pose cette condition à l’accomplissement cet acte.

La solitude, d’abord, peut se définir comme un éloignement – provisoire ou radical et définitif – des autres. On pourrait aussi lui donner un sens plus fort, comme étant l’état de celui qui n’a jamais connu l’autre. Si l’on considère que la proposition du sujet est pertinente, il faudra donc travailler aussi sur le type de solitude qui donne accès à la prise de conscience de soi.

L’expression « prendre conscience de soi « pose davantage de problèmes. Le terme « prendre « montre qu’il est ici fait référence à un acte, à un mouvement, à une activité dynamique, et non pas à un état statique, à un contenu de pensée acquis une fois pour toutes. Avoir conscience de soi, c’est se sentir comme individu distinct, doté d’une identité propre et unique ; c’est peut-être aussi avoir une connaissance de cet individu.

Le sujet met en question le processus d’acquisition de cette conscience de soi en ce qui concerne ses conditions, en posant le problème de la prise de conscience qu’a l’individu de lui-même par opposition à la collectivité. Un état de solitude absolue semble difficilement concevable – il pourrait cependant servir de modèle théorique  -, on peut travailler donc en premier lieu sur la question suivante : une solitude momentanée et relative peut-elle m’aider à prendre conscience de ce que je suis ou de qui je suis ? Cela demande que l’on s’interroge sur le rôle du rapport à autrui dans le processus de prise de conscience de soi – autrui est-il un obstacle, ou au contraire une référence, un miroir, un juge utile ? On pourra ensuite évaluer le degré ou le type de solitude nécessaires – la solitude permanente est-elle seule garante d’une prise de conscience de soi pertinente ? est-elle au contraire un état empêchant toute conscience de soi, ou rendant celle-ci fausse et illusoire ? est-elle un état qu’il faut adopter de manière passagère pour prendre conscience de soi ? Le présupposé contenu dans le sujet, et qui est que l’autre m’éloigne de moi-même, m’en divertit, est-il pertinent ?




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Est-ce dans la solitude que l'on prend conscience de soi ? Corrigé de 7057 mots (soit 10 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet "Est-ce dans la solitude que l'on prend conscience de soi ?" a obtenu la note de :

6.3 / 10

Corrigé consulté par :
  • louloulefevre-245268 (Hors-ligne), le 28/10/2014 é 28H09.
  • echizen-226016 (Hors-ligne), le 03/01/2014 é 03H20.
  • l00-216874 (Hors-ligne), le 24/10/2013 é 24H17.
  • clemou444-214768 (Hors-ligne), le 07/10/2013 é 07H18.
  • MademoiselleJu (Hors-ligne), le 01/01/2012 é 01H16.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

     

     Pourrais-je avoir la certitude de mon existence et de mon identité si j’étais entièrement seul ? Cette question invite à interroger le rôle de la présence d’autrui dans la constitution de la conscience et plus précisément de la conscience de soi. On croit communément que ce sont des données originaires, que la conscience est notre modalité d’être spontanée et que chacun a la connaissance immédiate de son identité c’est-à-dire de ce qu’il a de commun avec les autres hommes (identité humaine) et de distinct d’eux (identité personnelle). L’énoncé suggère implicitement qu’il y a peut-être là, une naïveté, car l’expression « prendre conscience de soi » connote l’idée d’un processus. La question est de savoir ce qui le rend possible. Faut-il suivre Descartes et croire que la démarche conduisant un sujet au savoir de son existence et de son identité ne passe pas par les autres, qu’elle s’effectue dans la solitude d’une méditation et même dans une expérience proprement solipsiste?  (Thèse : La conscience que le sujet prend de lui-même est  une expérience solitaire).

    Ajouté par Dimitri20705

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Est-ce dans la solitude que l'on prend conscience de soi ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit