NoCopy.net

Défendre ses droits, est-ce la même chose que défendre ses intérêts ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La politique est-elle une science ou un art ? Ne fait-on son devoir que par crainte du rega ... >>
Partager

Défendre ses droits, est-ce la même chose que défendre ses intérêts ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Défendre ses droits, est-ce la même chose que défendre ses intérêts ?



Publié le : 4/2/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Défendre ses droits, est-ce la même chose que défendre ses intérêts ?
Zoom
  • droit : a° Un droit: liberté d'accomplir une action (droit de vote); possibilité d'y prétendre ou de l'exiger (droit au travail, droit de grève). b° Le droit: ce qui est légitime ou légal, ce qui devrait être, opposé au fait, ce qui est. c° Ce qui est permis par des règles non écrites (droit naturel) ou par des règles dûment codifiées (droit positif). Le droit positif est l'ensemble des règles qui régissent les rapports entre les hommes dans une société donnée. Le droit naturel est l'ensemble des prérogatives que tout homme est en droit de revendiquer, du fait même de son appartenance à l'espèce humaine (droit au respect).
  • même : Analogue, aussi, égal, identique, uniforme.
  • chose : 1. Désigne la réalité (res en latin : chose) en gén. ; cf. DESCARTES : « chose pensante » (âme), « chose étendue » (matière). 2. Désigne la réalité, envisagée comme déterminée et statique, existant hors de la représentation ; en ce sens, KANT utilise l'expression « chose en soi ». 3. (Par ext.) À partir du sens 2, désigne la réalité inanimée, hors de son rapport à la pensée (le monde des choses). Rem. : la chose se distingue de l'objet en ce que ce dernier est construit ; cela n'implique pas que la chose soit chose en soi ; ce qui est chose se constitue comme ce qui est maniable, ce qui est disponible ; autrement dit, l'objet se réfère à la pensée, la chose à l'action ; le monde des choses, c'est le monde qui se détermine dans la pratique, et y résiste ; à partir du sens 3, le réaliste confond volontiers la chose et l'objet (cf. DURKHEIM : « Il faut considérer les faits sociaux comme des choses »). 4. Chosisme : attitude qui consiste à considérer la réalité comme une chose au sens 2.
  • intérêt : a) ce qui importe, ce qui est à son avantage, ce qui fixe l'attention. 2) Ce qui est utile à un individu (intérêt personnel) ou à plusieurs (intérêt général).

Le droit naît du rapport de force et de l'intérêt. Il est donc normal que toute personne veuille légitimer ses intérêts par la loi. Marx montre que la classe dominante impose toujours ses privilèges en les instituant légalement. Mais, l'intérêt particulier doit-il céder le pas face à l'intérêt général ? Un droit fondé sur l'intérêt privé serait-il juste ?



[I. Confusion possible entre les droits et les intérêts]

Lorsqu'une personne est victime d'un cambriolage, elle peut évidemment se sentir lésée dans son droit de propriété, mais elle peut aussi ressentir une agression d'ordre plus intime, comme si le cambrioleur s'en était pris à ses intérêts personnels : lui voler des vêtements, c'est bien la priver de biens qu'elle a intérêt à posséder. Plus généralement, le confusion entre les droits d'une personne et ses intérêts se manifeste lorsque celle-ci subit une agression, de quelque nature ou importance que ce soit, qui concerne la sphère privée de son existence. Le propriétaire d'un terrain a le droit de le posséder intégralement, mais ce sont plus immédiatement ses intérêts qui lui paraîtront être mis en cause si un voisin sans scrupules prétend s'en approprier un morceau.Il résulte de cette confusion que le système judiciaire est bien souvent compris comme mis en place pour la défense des intérêts de chacun, le droit devenant alors un moyen mis au service de ces intérêts. J'intenterai un procès au voisin pour défendre mes intérêts en même temps que mes droits, ou même en priorité par rapport à ces derniers, dans la mesure où mes intérêts me concernent de façon apparemment plus proche que mes droits, dont l'existence renvoie à celle d'un système anonyme — dont je n'ai pas nécessairement une connaissance très détaillée — qui paraît toujours un peu lointain. Dans l'organisation de la société, la défense des droits nécessite l'intervention d'un certain nombre d'institutions (la police, la justice, avec son tribunal, ses procureurs et ses avocats, son ensemble de textes et de codes, etc.) qui peuvent paraître d'une complexité excessive, alors que la défense de mes intérêts semble susceptible d'être opérée de manière plus simple, éventuellement plus rapide.Pour mettre en lumière que cette confusion n'est en fait pas fondée, il suffit d'inverser la perspective : la défense de mes intérêts est-elle nécessairement synonyme de celle de mes droits ? Il apparaît immédiatement que non, parce que mes intérêts peuvent être en contradiction avec les droits d'autrui.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Défendre ses droits, est-ce la même chose que défendre ses intérêts ? Corrigé de 6266 mots (soit 9 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet "Défendre ses droits, est-ce la même chose que défendre ses intérêts ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • Taymam-218006 (Hors-ligne), le 31/03/2014 à 31H19.
  • MD-234241 (Hors-ligne), le 22/03/2014 à 22H14.
  • Soso7-211516 (Hors-ligne), le 01/02/2014 à 01H16.
  • MhdiZrl-217252 (Hors-ligne), le 28/10/2013 à 28H15.
  • Emilie76 (Hors-ligne), le 02/05/2012 à 02H14.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Défendre son droit n'est plus alors égal à la défense de ses intérêts et celle de ses privilèges. Si le droit est juste, selon Rousseau, il ne peut plus admettre la poursuite d'un intérêt égoïste allant contre l'intérêt public. De même les privilèges sont plutôt la marque d'un droit inique. Le droit juste est celui conféré par une loi juste. L'idée de justice contredit évidemment la notion de « privilège » puisqu'il s'exercera au profit de certains et au dépend des autres. Un justice sociale n'est possible qu'en tant qu'elle se définit par la traque et la destruction des injustices sociales telles que l'idée de privilégier quelqu'un plutôt qu'un autre. Défendre son droit se fera justement, la plupart du temps, contre un injustice perpétrée contre soi ou contre l'usage d'un privilège abusif.

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    • HOBBES: "L'objet des actes volontaires de chaque homme est quelque bien pour lui-même. Il existe certains droits tels qu'on ne peut concevoir qu'aucun homme les ait abandonnés."
    • HEGEL: "Le droit, qui est parvenu à l'existence empirique sous la forme de la loi, est pour soi: il s'oppose comme réalité indépendante à la volonté particulière."
    • Kant: "Le droit est donc l'ensemble des conditions sous lesquelles l'arbitre de l'un peut être uni à l'arbitre de l'autre selon une loi universelle de la liberté."
    Je ne mérite pas de défendre la religion, mais vous ne méritez pas de défendre l'erreur et l'injustice., PASCAL, Pensées, XIV, 921.

    Ajouté par webmaster

    La loi n'a le droit de défendre que les actions nuisibles à la société., Déclaration des Droits de l'Homme, art. 5.

    Ajouté par webmaster

    Or, dans ces contrées, il n'y a pas de syndicat pour défendre les intérêts des travailleurs saisonniers. Jean-Guy Noël, les Seins d'une femme jalouse

    Ajouté par webmaster

    Obsédé par la préoccupation de défendre un système politique auquel il pense si continûment qu'il finit par y confondre tous ses intérêts propres (...), M. BARRèS, Leurs figures, p. 266.

    Ajouté par webmaster

    (...) contre l'émeute qui grondait le gouvernement n'avait pas pris de précautions extraordinaires. Pour se défendre et pour défendre le régime, il comptait surtout sur la garde nationale (...) des barricades se dressaient le 22 février (1848)... Les gardiens de l'ordre, au lieu de combattre l'émeute, la renforçaient., J. BAINVILLE, Hist. de France, XIX, p. 474.

    Ajouté par webmaster

    (...) la classe qui est assez forte pour défendre une société l'est assez pour y conquérir des droits et y exercer une légitime influence., FUSTEL DE COULANGES, la Cité antique, IV, VII, p. 327.

    Ajouté par webmaster

    (...) la classe qui est assez forte pour défendre une société l'est assez pour y conquérir des droits et y exercer une légitime influence., FUSTEL DE COULANGES, la Cité antique, IV, VII.

    Ajouté par webmaster

    Les états généraux de 1614 seront les derniers avant ceux de 1789. Ils discréditèrent l'institution parce que l'idée du bien général en fut absente, tandis que chacun des trois ordres songea surtout à défendre ses intérêts particuliers., J. BAINVILLE, Hist. de France, XI, p. 195.

    Ajouté par webmaster

    La loi n'a le droit de défendre que les actions nuisibles à la société. Tout ce qui n'est pas défendu par la Loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu'elle n'ordonne pas., Déclaration des droits de l'homme, art. 5.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Défendre ses droits, est-ce la même chose que défendre ses intérêts ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo