Définition: IMMANENCE.

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Définition: IMAGINATION. Définition: IMMANENT. >>
Partager

Définition: IMMANENCE.

Philosophie

Aperçu du corrigé : Définition: IMMANENCE.



Publié le : 31/7/2009 -Format: Document en format FLASH protégé

	Définition: IMMANENCE.
Zoom
  • définition : Du latin definitio. PHILOSOPHIE – Ensemble de propositions qui ont pour objet l’analyse de la compréhension d’un concept. Explication précise du sens d’un mot ou d’une expression. TECHNIQUE – Degré de finesse des détails d’une image.
  • immanence : Caractère de ce qui est intérieur à un être.

Immanence

Par opposition à transcen­dance (voir ce mot), ce qui demeure à l'intérieur d'une réa­lité donnée. Par exemple, le panthéisme (voir ce mot) mani­feste la croyance que Dieu est immanent à la nature, c'est-à-dire qu'il est présent dans la nature elle-même.



Existence du sujet dans le sujet. MÉTA. : - Principe d'immanence : pour saint Thomas, « principe en vertu duquel aucun être ne peut être ordonné à une fin sans que préexiste en lui une certaine proportion à cette fin ». (Jolivet). — Philosophies de l'immanence : pour les Stoïciens, la nature s'oriente vers des fins qui lui sont immanentes. — Pour Spinoza, « Dieu est la cause immanente et non transitoire de l'univers ». La cause de l'univers se trouve dans l'univers-même. — Méthode d'immanence : pour Blondel et le P. Laberthonnière, les dogmes chrétiens sont postulés par l'état profond de l'âme humaine, qui peut les découvrir d'avance en elle-même. Cette doctrine est condamnée par l'Église. — PSYCHO.: Principe d'immanence : selon ce principe la pensée n'atteint jamais que soi. « Impuissance radicale de la pensée à sortir de soi. » (Le Roy). — Illusion d'immanence : pour Sartre, « c'est celle qui consiste à se représenter la conscience comme un bien peuplé d'images, celles-ci étant elles-mêmes des simulacres des objets ». (Cuvillier).




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Définition: IMMANENCE. Corrigé de 158 mots (soit 1 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Définition: IMMANENCE." a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé
Corrigé consulté par :
  • Pierre56980 (Hors-ligne), le 06/02/2010 à 06H20.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Immanence vient du latin "in manere" cad "rester dans". Pour Spinoza Dieu est immanent puisqu'il s'identifie à la nature. Par opposition, transcendance signifie appartenir à un ordre supérieur, suprasensible. Ainsi, pour les chrétiens, Dieu est transcendant car séparé et d'une nature différente à le nôtre.

     


    Par opposition à transcen­dance, ce qui demeure à l'intérieur d'une réa­lité donnée. Par exemple, le panthéisme mani­feste la croyance que Dieu est immanent à la nature, c'est-à-dire qu'il est présent dans la nature elle-même.

     

     

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Le Beau implique des effets d'indicibilité, d'indescriptibilité, d'ineffabilité. Et ce terme lui-même ne dit RIEN. Il n'a pas de définition, car il n'y a de vraie définition que par construction., VALÉRY, Mélange, p. 161.

    Ajouté par webmaster

    La définition est un jugement qui a pour sujet et pour attribut deux concepts équivalents (...) La condition générale de toute définition est que le défini et la définition aient même extension, c'est-à-dire soient attributs des mêmes jugements virtuels; elle doit être -caractéristique, convenir à tout le défini et au seul défini, -omni et soli definito., Edmond GOBLOT, Traité de logique, IV, 73.

    Ajouté par webmaster

    Cette définition mérite un moment d'attention, elle est d'une nature particulière qui la distingue déjà de la définition purement logique. Henri Poincaré, la Science et l'Hypothèse

    Ajouté par webmaster

    .3 Les axiomes et les éléments primitifs d'une théorie s'avèrent vite insuffisants en pratique pour énoncer simplement les théorèmes. Il faut alors introduire des abréviations, et on appelle définition d'un terme mathématique toute proposition dont il est une abréviation., F. LE LIONNAIS, -in BOUVIER et GEORGE, Dict. des mathématiques, art. -Définition.

    Ajouté par webmaster

    L'information reçoit une définition purement statistique, d'où sont exclus tous les éléments humains (...) Aucune de ces données, essentielles dans la signification courante du mot «information», n'entre en ligne de compte dans notre définition. Nous distinguons arbitrairement Information de : Science, Savoir, Connaissance., L. BRILLOUIN, cité par G.-T. GUILBAUD, la Cybernétique, p. 65.

    Ajouté par webmaster

    (...) pour une définition donnée des concepts «théorie» et «objet de la théorie», il existe une définition de la langue telle qu'elle puisse être considérée comme un objet pour une théorie quelconque. C'est la position qui sera adoptée ici : elle n'a, il faut le dire, rien de trivial (...), Jean-Claude MILNER, De la syntaxe à l'interprétation, p. 9.

    Ajouté par webmaster

    La définition des mots est une des grandes difficultés de la lexicographie. Quand on fait un dictionnaire d'une langue morte ou d'une langue étrangère, la traduction sert de définition; mais, quand il faut expliquer un mot par d'autres mots de la même langue, on est exposé à tomber dans une sorte de cercle vicieux ou explication du même par le même., LITTRÉ, Dict., Préface, p. XIX.

    Ajouté par webmaster

    .1 Quand on dit que la force est la cause d'un mouvement, on fait de la métaphysique, et cette définition, si on devait s'en contenter, serait absolument stérile. Pour qu'une définition puisse servir à quelque chose, il faut qu'elle nous apprenne à -mesurer la force; cela suffit d'ailleurs, il n'est nullement nécessaire qu'elle nous apprenne ce que c'est que la force -en soi, ni si elle est la cause ou l'effet du mouvement., Henri POINCARÉ, la Science et l'Hypothèse, p. 120.

    Ajouté par webmaster

    Définir le livre est chose malaisée (...) Littré hésite entre une définition matérielle - «réunion de plusieurs cahiers de pages manuscrites ou imprimées» - et une définition demi-intellectuelle - «ouvrage d'esprit (...) d'assez grande étendue pour faire au moins un volume» (...) Le défaut de (...) ces définitions est qu'elles considèrent le livre comme un objet matériel et non comme un moyen d'échange culturel (...) si certaines (...) tiennent compte du contenu du livre, il est curieux qu'aucune ne tienne compte de l'-usage qui en est fait. Or un livre est une «machine à lire» et c'est la lecture qui le définit., R. ESCARPIT, Sociologie de la littérature, p. 17-18.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource suivante

    Définition: IMMANENCE.

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo