NoCopy.net

Définition: Le mythe

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Définition: Les mémoires Définition: La narration >>
Partager

Définition: Le mythe

Ressources gratuites

Aperçu du corrigé : Définition: Le mythe



Format: Document en format FLASH protégé

Définition: Le mythe
Zoom

Définition: Le mythe est une forme de légende. Il met en scène des êtres surnaturels qui incarnent des forces de la nature ou encore certains concepts et idéaux. Ces personnages accomplissent des actions dont la valeur est essentiellement symbolique. Exemples: - Le mythe d'Orphée appartient à la mythologie grecque. Descendu aux Enfers pour chercher sa femme Eurydice, Orphée s'engagea à ne pas tourner ses regards vers elle pendant leur retour. Il ne respecta pas cette règle et perdit définitivement Eurydice. Ce mythe inspira, après Virgile et Ovide, de nombreux artistes : compositeurs (Monteverdi, 1607; Gluck, 1762; Offenbach, 1858-1874), peintres (le Tintoret; Rubens; Gustave Moreau, 1864) et cinéastes (Cocteau, 1949). - Aussi fameux, le mythe de Sisyphe a été modernisé par Albert Camus (1942), qui en a fait le symbole de l'absurdité de la condition humaine.


Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Corrigé : Définition: Le mythe Corrigé de 135 mots (soit 1 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Définition: Le mythe" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Quels sont les mythes simples qui la remuent -(cette foule), qui provoquent ses passions? Découvrons-les dans les journaux qu'elle lit, dans les spectacles auxquels elle assiste, dans les propos qu'elle tient. Ils sont quatre, intimement mêlés : mythe de l'argent, mythe du confort, mythe de l'action, mythe de la vitesse., DANIEL-ROPS, le Monde sans âme, IV.

Ajouté par webmaster

Pour un très grand nombre de gens, aujourd'hui, mythe ou bien signifie pensée confuse, ou bien mensonge, ou bien erreur (...) Je pourrais aligner des douzaines de citations qui ne feraient que confirmer l'extension de ce sens et sa vulgarisation. En 1950, toute idée fausse en effet, toute interprétation erronée d'un événement, d'une doctrine, est traitée volontiers de «mythe» : «mythe», cette confiance des Français en leur ligne Maginot; «mythe» , l'alliance germano-russe de 1939 (...) valeur aujourd'hui passionnelle et floue du mot (...), ÉTIEMBLE, le Mythe de Rimbaud, Introd., p. 42.

Ajouté par webmaster

-Mythe est le nom de tout ce qui n'existe et ne subsiste qu'ayant la parole pour cause (...) En vérité, il y a tant de mythes en nous et si familiers qu'il est presque impossible de séparer nettement de notre esprit quelque chose qui n'en soit point. On ne peut même en parler sans mythifier encore, et ne fais-je point dans cet instant le mythe du mythe pour répondre au caprice d'un mythe? (...) Songez que demain est un mythe, que l'univers en est un; que le nombre, que l'amour, que le réel comme l'infini, que la justice, le peuple, la poésie... la terre elle-même sont mythes (...), VALÉRY, Variété II, p. 230-232-233.

Ajouté par webmaster

Puisque le mythe est une parole, tout peut être mythe, qui est justiciable d'un discours., R. BARTHES, Mythologies, p. 193.

Ajouté par webmaster

"Le mythe du bonheur est celui qui recueille et incarne dans les sociétés modernes le mythe de l'Égalité." J. Baudrillard, La société de consommation, Gallimard, page 59.

Ajouté par webmaster

Le Beau implique des effets d'indicibilité, d'indescriptibilité, d'ineffabilité. Et ce terme lui-même ne dit RIEN. Il n'a pas de définition, car il n'y a de vraie définition que par construction., VALÉRY, Mélange, p. 161.

Ajouté par webmaster

La définition est un jugement qui a pour sujet et pour attribut deux concepts équivalents (...) La condition générale de toute définition est que le défini et la définition aient même extension, c'est-à-dire soient attributs des mêmes jugements virtuels; elle doit être -caractéristique, convenir à tout le défini et au seul défini, -omni et soli definito., Edmond GOBLOT, Traité de logique, IV, 73.

Ajouté par webmaster

Cette définition mérite un moment d'attention, elle est d'une nature particulière qui la distingue déjà de la définition purement logique. Henri Poincaré, la Science et l'Hypothèse

Ajouté par webmaster

"pendant des millénaires, le mythe a été un certain mode de construction intellectuelle... Mais, dans notre civilisation, à une époque qui se situe vers le XVII è, avec le début de la pensée scientifique -Bacon, Descartes et quelques autres-, le mythe est mort ou, à tout le moins, il a passé à l'arrière-plan comme type de construction intellectuelle. Alors ... la musique a pris en charge certaines des fonctions que le mythe cessait d'assumer." C. Lévi-Strauss, La voix compte plus que la parole, La quinzaine littéraire, 1er Août 1978.

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



Ressource précédente

Définition: Le mythe

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo