NoCopy.net

Y a-t-il des limites a la liberté d'expression ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Y a-t-il des fondements naturels a l'ordre s ... Y a-t-il des limites à la tolérance ? >>
Partager

Y a-t-il des limites a la liberté d'expression ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Y a-t-il des limites a la liberté d'expression ?



Publié le : 9/1/2006 -Format: Document en format FLASH protégé

	Y a-t-il des limites a la liberté d'expression  	?
Zoom
  • limites : La limite est ce qui pose les bornes physiques, légales ou morales que quelque chose ne doit pas dépasser. Limiter c'est donc borner ce qui sans ces bornes irait trop loin. C'est donc pourquoi limiter c'est normaliser, s'opposer au débordement et surtout contraindre.
  • liberté : Ce mot, en philosophie a trois sens : 1° Libre arbitre. Pouvoir mystérieux de choisir entre les motifs qui me sollicitent sans être déterminé par aucun d'eux. 2° Liberté de spontanéité. S'oppose non plus au déterminisme mais à la contrainte : état de celui qui agit sans être contraint par une force extérieure. 3° Liberté du sage. État de celui qui est délivré des passions et agit à la lumière de la raison.
  • expression : Action d'exprimer, de dire, de manifester quelque chose. « L'expression de ma liberté » c'est la façon dont ma liberté se réalise et se montre, se donne à voir.

Analyse du sujet :

 

-          Il semble de prime abord qu'il n'y ait aucune raison de poser des limites à la liberté d'expression, car parler ne cause aucun tort. La liberté d'expression véhicule des idées et des paroles mais ne commet pas de crimes.

-          Cependant,  la liberté d'expression peut provoquer des crimes qui n'auraient peut-être pas eu lieu sans elle. Il apparaît ainsi dangereux qu'une société tolère qu'on diffuse des appels au meurtre dans ses journaux. On peut ainsi très bien imaginer que les paroles influent sur l'esprit et qu'elles poussent les esprits faibles dans certaines directions : Socrate n'a-t-il pas été condamné à mort pour « corruption de la jeunesse » ?

-          Considérer également que les paroles ne font pas de mal, c'est s'aveugler au sujet de ce qu'un mal peut être : il n'y a pas que le mal physique qui constitue un crime, mais également le mal moral. Que la calomnie puisse être relayée par la presse est ainsi problématique.

-          Ce faisant, la liberté d'expression pose problème, car elle existe principalement pour contrer l'arbitraire du pouvoir, or, si on choisit de la limiter, ce sera nécessairement le pouvoir qui la limitera. Aussi il semble difficile d'encourager une telle limitation, car ce serait comme rendre le plein pouvoir à la puissance en place.

-          Il apparaît donc qu'il n'y a que deux alternatives : soit tolérer une liberté d'expression absolue, soit renoncer à la liberté d'expression.

-          Le problème consistera donc plutôt à évaluer les bénéfices et les désavantages que l'on peut tirer de l'une ou l'autre proposition, et de choisir laquelle des deux est la meilleure.

 

Problématisation :

La liberté d'expression semble bien inoffensive. Toutefois, croire cela c'est peut-être oublier que l'expression est à la source de toutes les actions des hommes, et que mis à part dans le cas de la folie, les crimes commencent toujours par des pensées, sinon par des « idées tordues ». Ne faudrait-il donc pas empêcher que de telles idées germent dans les esprits fragiles ? Toutefois, peut-il exister une liberté d'expression limitée ? Comment garder le contrôle sur les censeurs s'il n'est pas possible de parler d'eux ? Les maux engendrés par la liberté d'expression sont-ils si grands que l'on doive se priver des bienfaits de cette liberté ?

 

 



-          Les lois qui régulent la cité ont donc pour but de forger également les individus qui la composent, et c'est pourquoi elles doivent donner des prescriptions très précises sur ce que l'individu doit et ne doit pas faire. Les lois doivent renforcer le fil d'or présent en chaque être humain car l'État a un rôle d'éducateur à l'égard du peuple et il doit se comporter comme un père avec ses enfants. -          C'est pourquoi les lois doivent interdire certaines formes d'expression, car celles-ci pourraient dégrader la raison des individus. Or, détruire la raison chez un homme, c'est détruire chez lui toute possibilité de connaître la vraie liberté. -          Platon donne à ce sujet l'exemple de la musique et de la danse. Dans le second livre des lois, il expose sa thèse selon laquelle c'est dans les choeurs de danse et les chants institués à l'occasion des fêtes que les citoyens développent le sens de l'ordre et de l'harmonie qu'ils ont reçu de la nature et qu'ils suppléent ainsi aux lacunes de leur éducation morale. En effet, la danse et la musique, à l'aide du rythme et de l'harmonie, expriment une certaine harmonie du corps qui renvoie à l'ordre de l'âme. -          Ce faisant, puisqu'il y a corrélation entre l'harmonie musicale et l'ordre de l'âme, il faut veiller à encourager certaines mélodies et à en interdire d'autres, car de mauvaises harmonies fabriqueront de mauvaises âmes, seule la musique vraiment belle pouvant conduire à la vertu et éduquer les hommes. Des censeurs doivent donc avaliser ou prohiber les mélodies composées par les artistes. -          C'est pourquoi Platon dénonce les dérives qui eurent lieu à Athènes : il écrit à ce sujet que les artistes : « ravalèrent inconsciemment la musique et poussèrent la sottise jusqu'à croire qu'elle n'avait pas de valeur intrinsèque et que le plaisir de celui qui la goûte, qu'il soit bon ou méchant, est la règle la plus sûre pour en bien juger.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Y a-t-il des limites a la liberté d'expression  	? Corrigé de 3600 mots (soit 5 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Y a-t-il des limites a la liberté d'expression ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • Vizou-217630 (Hors-ligne), le 08/02/2014 à 08H11.
  • josh45-190273 (Hors-ligne), le 11/12/2012 à 11H14.
  • choukar (Hors-ligne), le 20/04/2012 à 20H11.
  • sinoudu69 (Hors-ligne), le 04/01/2012 à 04H19.
  • emrah95 (Hors-ligne), le 12/12/2011 à 12H06.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    : (en généralisant la rue barrée) ce que demande la justice, c'est, non pas l'absence de toute gêne pour l'individu, mais que la même gêne soit partagée par tous. III. DROIT ET LIBERTÉ — Chaque citoyen peut revendiquer tout ce que lui accorde le droit commun (celui dont bénéficie aussi n'importe quel autre citoyen). — La liberté civile s'établit précisément sur ce droit commun. Elle va de pair avec l'égalité. — Cf. Rousseau : la véritable liberté est l'obéissance à la loi qu'on s'est prescrite. L'universalité de la loi garantit que tous lui obéissent également et sont également libres. (Si l'on veut contester de telles interprétations, recourir aux théories anarchistes : Stirner. Le droit apparaît alors comme une contrainte qui aliène l'individu, « unique ».

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    La liberté contenue dans les limites de l'ordre semblait se débattre à Westminster, sous l'influence de la liberté anarchique qui parlait à la tribune encore sanglante de la Convention. François René, vicomte de Chateaubriand, Essai sur la littérature anglaise

    Ajouté par webmaster

    La liberté contenue dans les limites de l'ordre semblait se débattre à Westminster, sous l'influence de la liberté anarchique qui parlait à la tribune encore sanglante de la Convention. François René, vicomte de Chateaubriand, Essai sur la littérature anglaise

    Ajouté par webmaster

    La liberté a les limites que lui impose la justice., J. RENARD, Journal, 9 août 1905.

    Ajouté par webmaster

    La liberté est la propriété de soi; on distingue trois sortes de libertés : la liberté naturelle, la liberté civile, la liberté politique; c'est-à-dire la liberté de l'homme, celle du citoyen et celle d'un peuple., G.-T. RAYNAL, Hist. philosophique, XI, XXIV.

    Ajouté par webmaster

    Le premier des droits de l'homme c'est la liberté individuelle, la liberté de la propriété, la liberté de la pensée, la liberté du travail., JAURèS, Hist. socialiste..., t. I, p. 186.

    Ajouté par webmaster

    Le premier des droits de l'homme c'est la liberté individuelle, la liberté de la propriété, la liberté de la pensée, la liberté du travail., JAURèS, Hist. socialiste, t. I, p. 186.

    Ajouté par webmaster

    « Les limites de mon langage signifient les limites de mon propre monde. » Wittgenstein, Tractatus Iogico-philosophicus, 1921.

    Ajouté par webmaster

    Les limites de mon langage signifient les limites de mon propre monde. [ Tractatus logico-philosophicus (1918) ] Wittgenstein, Ludwig

    Ajouté par webmaster

    Les limites de mon langage signifient les limites de mon propre monde. Tractatus logico-philosophicus (1918) Wittgenstein, Ludwig

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Y a-t-il des limites a la liberté d'expression ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo