Si tu diffères de moi loin de me léser tu m'enrichis. Qu'en pensez-vous ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Les lapsus sont-ils révélateurs ? Peut-on se défaire de sa propre culture ? >>
Partager

Si tu diffères de moi loin de me léser tu m'enrichis. Qu'en pensez-vous ?

Philosophie


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé non disponible

Le corrigé du sujet " Si tu diffères de moi loin de me léser tu m'enrichis. Qu'en pensez-vous ?" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

« Quand on se plaint de la méchanceté d'autrui », écrit Robinson dans son journal « on oublie cette autre méchanceté, plus redoutable encore, celle qu'auraient les choses s'il n'y avait pas autrui ». Cet autre, ce frère, son regard, son langage nous rassure .L'autre est la condition de notre existence. Ceux qui sont différents de nous ont beaucoup à nous apprendre, connaître une nouvelle façon de vivre, d'être et de penser ne peut que nous aider à construire notre propre identité et élargir nos connaissances du monde dans lequel on vit. Les différences des civilisations les ont enrichis, c'est ce que démontre Claude Lévi-Stauss dans Race et Histoire, en affirmant que les progrès humains ne sont pas seulement le fait de la civilisation occidentale. En effet, l'agriculture et l'écriture furent inventées en Mésopotamie, les mathématiques viennent du monde arabe et le papier de Chine.

Ajouté par PROF

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

« Si tu diffères de moi, loin de me léser tu m'enrichis. » (SAINT-EXUPÉRY.)

Ajouté par webmaster

Celui qui diffère de moi, loin de me léser, m'enrichit. Saint-Exupéry.

Ajouté par webmaster

Vous, les régulateurs des destinées de l'Europe : y pensez-vous? Vous, défendre la cause de la civilisation chez des nations supercivilisées quand le temps n'est pas loin où vous étiez vous-mêmes une horde disciplinée par la terreur, et commandée par des sauvages (...) à peine musqués., DE CUSTINE, la Russie en 1839, III, p. 377 (15 août 1839), -in D.D.L., II, 7.

Ajouté par webmaster

Pensez-vous qu'ébloui de vos vaines paroles, J'ignore qu'en effet tous ces discours frivoles Ne sont qu'un badinage, un simple jeu d'esprit?, BOILEAU, Satires, X.

Ajouté par webmaster

- Que pensez-vous de Marat battant des mains à la guillotine? - Que pensez-vous de Bossuet chantant le -Te Deum sur les dragonnades? La réponse était dure, mais elle allait au but avec la rigidité d'une pointe d'acier., HUGO, les Misérables, I, I, X.

Ajouté par webmaster

.1 O Messieurs! m'écriai-je, en étendant les bras vers eux, daignez avoir pitié d'une malheureuse dont le sort est plus à plaindre que vous ne pensez; il est bien peu de revers qui puissent égaler les miens; que la situation où vous m'avez trouvée ne vous fasse naître aucun soupçon sur moi; elle est la suite de ma misère, bien plutôt que de mes torts; loin d'augmenter les maux qui m'accablent, veuillez les diminuer en me facilitant les moyens d'échapper aux fléaux qui me poursuivent., SADE, Justine..., t. I, p. 67.

Ajouté par webmaster

Les grammairiens d'aujourd'hui ne nous parlent plus guère du neutre; ou, s'ils en font mention quelquefois, c'est pour dire qu'il a disparu en français. Nous devons ici distinguer. Le neutre n'a disparu qu'en tant qu'il est caractérisé par une -forme spéciale soit du nom soit de l'adjectif. Mais en tant que -valeur linguistique (ou sémantique), il est loin d'être éteint. Comme le fait observer Bréal, le neutre «continue de vivre... Peut-être même en faisons-nous un plus grand usage que le latin» (-Sémantique, p. 57). Ce sont en effet des neutres, tous ces adjectifs pris (...) substantivement, -le beau, le vrai, l'honnête (...) ce sont encore des neutres, ou du moins des mots de valeur neutre, les pronoms et représentants que nous soulignons dans ces phrases : -«Il est bon de parler», «Vous me -le disiez»; à -quoi pensez-vous?», «-Qui vous amène?», G. et R. LE BIDOIS, Syntaxe du français moderne, 34.

Ajouté par webmaster

(...) quoique je lui eusse dit, il m'interrompait par une locution «Vous pensez!» ou «Pensez!» qui semblait signifier ou bien que ma remarque était d'une telle évidence que tout le monde l'eût trouvée, ou bien reporter sur lui le mérite comme si c'était lui qui attirait mon attention là-dessus., PROUST, Sodome et Gomorrhe, Pl., t. II, p. 791.

Ajouté par webmaster

Une société peu nombreuse, et qui s'aime, Où vous pensez tout haut, où vous êtes vous-même (...), J.-B. GRESSET, le Méchant, IV, 4.

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



Ressource précédenteRessource suivante

Si tu diffères de moi loin de me léser tu m'enrichis. Qu'en pensez-vous ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo