NoCopy.net

Les discours sont-ils des actes ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Sans métaphysique, l'homme peut-il comprendre ... Existe-t-il une différence entre parler et ba ... >>


Partager

Les discours sont-ils des actes ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Les discours sont-ils des actes ?



Publié le : 26/2/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Les discours sont-ils des actes ?
Zoom

Notre sujet, dans les termes qu’il emploie, fait référence à la réflexion théorique sur le langage, telle qu’elle a été développée par Austin (Quand dire, c’est faire) et Searle (Les actes de discours), sous le nom de speech acts, en français actes de discours ou acte de langage. En effet, les analyses produites par ces auteurs, qui relèvent du courant analytique anglo-saxon, tendent à minimiser l’irréductible différence que l’on marque traditionnellement entre la parole et l’action. L’idée est donc de ne pas reléguer le discours, comme fait de parole ou d’écriture (parole proférée par un locuteur, discours politique, œuvre de fiction), hors du plan de l’action, c’est-à-dire en lui déniant toute efficace. Cependant, à quelles conditions précises peut-on dire que les discours sont des actes, autrement dit en quel sens présentent-ils les mêmes caractéristiques qu’une action, une motion volontaire de la part d’un agent qui introduit de la nouveauté dans le monde ?



Dire « Nous sommes prêts à prendre des mesures de rétorsion en utilisant la bombe H » possède une force illocutoire qui confère au discours la force d'une action à proprement parler. En ce sens, le discours n'a pas besoin d'être strictement performatif pour être considéré comme un acte. Ce que nous devons faire, ce n'est donc pas tant rendre le discours indistinct de l'action que reconnaître la force du discours, voire, a contrario, la faiblesse de l'action, et nous préparer à ne plus percevoir les deux comme irréductibles. Un pas a été fait dans ce sens par Paul Ricoeur dans sa « phénoménologie de l'homme capable » (description des capacités de l'homme). Il s'agit, en effet, de passer d'une situation de culpabilité à une position de capacité, notamment par l'émancipation du discours humain. Alors que dans la Bible (Genèse, I :1), Dieu incarne la puissance du Verbe ('Dieu dit : « Que la Lumière soit » et la lumière fut'), l'homme n'est qu'une créature promise à la trahison et à la chute. L'identité du Verbe et de l'Acte divin au commencement réduit l'homme à une parole seconde, qui décrit et loue l'oeuvre de Dieu. Or, penser que le discours humain puisse créer, réaliser des choses, c'est non plus mettre l'accent sur notre culpabilité, mais sur nos capacités. Ricoeur remarque même que les capacités, bien avant d'être des actions effectives, sont d'abord des annonces : je dis mes capacités avant d'être capable, à proprement parler. Or, cette annonce des capacités, qui n'a rien de verbale, mais représente la manière qu'a l'homme d'investir le monde, appelle de nouvelles conditions d'expression.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Les discours sont-ils des actes ? Corrigé de 1703 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Les discours sont-ils des actes ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • BCBG974 (Hors-ligne), le 21/11/2010 é 21H08.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Les discours sont-ils des actes ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit