NoCopy.net

DISSERTATION: Doit-on toujours attendre d'une oeuvre littéraire quelle nous donne une leçon?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Utopie et illusion en littérature Retient-On Les Apologues Parce Qu'Ils Amusent ... >>
Partager

DISSERTATION: Doit-on toujours attendre d'une oeuvre littéraire quelle nous donne une leçon?

Echange

Aperçu du corrigé : DISSERTATION: Doit-on toujours attendre d'une oeuvre littéraire quelle nous donne une leçon?



Document transmis par : Jm19984


Publié le : 18/9/2010 -Format: Document en format HTML protégé

DISSERTATION: Doit-on toujours attendre d'une oeuvre littéraire quelle nous donne une leçon?
Zoom

 

Questions préliminaires:

 

A travers le texte A, on comprend que selon La Fontaine le bonheur est caractérisé par le goût de la tranquillité, des plaisirs simple de la vie et de la beauté de la nature.

Selon Madame du Chatelet, épicurienne, le bonheur serait le fait de ce procurer des sensations, des sentiments agréables et de satisfaire des passions.

Selon Créon, le bonheur serait tout simplement la vie, « l’eau que les jeunes gens laissent couler sans le savoir, entre leur doigts ouverts. »(lignes 2-3). Mais selon lui, pour saisir ce bonheur, il faut « fermer ces mains », c’est-à-dire se marier, s’engager, saisir sa vie même si pour cela il faut faire des sacrifices.

Au contraire, selon Antigone le vrai bonheur est fait d’amour sincère et véritable, sans obligations ni conditions.

 

L’épicurisme est un courant philosophique fondé à Athènes par Epicure en 306 av J.C. Il prône la limitation des désirs et des plaisirs pour atteindre le véritable plaisir d’exister.

Je choisi donc de rapprocher le texte de La Fontaine et celui de Madame du Chatelet car il est fait référence de ce mouvement philosophique dans leur deux textes.

  - Dans « Discours sur le bonheur », il est clairement mentionné dans l’introduction que l’écrivaine est épicurienne: « Madame du Chatelet exprime son épicurisme(…) ».

  - Dans « Le philosophe scythe », La Fontaine met en scène deux personnages; le philosophe scythe stoïcien et un sage vieillard prenant le temps de goûter aux plaisirs simple de la vie et de la nature, donc lui-même épicurien.

On remarque alors que le fabuliste oppose ces deux personnages et prend finalement le parti du sage vieillard en s’opposant au philosophe: « Contre de telles gens, quand à moi, je réclame. »(l.34).

On peut donc pensé que La Fontaine est épicurien tout comme son personnage.

 

 

Introduction: L’Œuvre littéraire est un produit du travail sur la forme. Le langage y est non seulement un moyen pour communiquer, comme dans le cas des textes fonctionnels, mais aussi une fin. La forme devient sens au même titre que le fond. L’écrivain valorise la forme en inventant des métaphores, en renouvelant les images, pour mieux découvrir le monde sous un autre jour. En conséquence, la fonction poétique demeure l’une des fonctions dominantes dans le texte littéraire. L’œuvre littéraire, comme le texte culturel, est reconnu par la société non seulement pour des fins didactiques mais aussi pour des fins esthétiques.

Il existe de nombreux genres d’œuvres littéraires comme les œuvres poétiques, théâtrales, épistolaires, narratives, expérimentales…. Et même lorsqu’elles donnent une leçon, elle ne sont pas pour autant uniquement moraliste; en effet elles étudient et analysent aussi le sujet qu’elles traitent. Chez La Fontaine, qui est connu pour ses célèbre morales, c’est le comportement de l’Homme qui est mis en avant dans ses récits, tous comme chez de nombreux philosophes du 18è siècle. La leçon, même lorsqu’elle est présente, n’est donc qu’une partie de l’œuvre  littéraire.

La leçon est-elle une partie indissocia...



Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Pour pouvoir consulter gratuitement ce document et

TOUCHER DES DROITS D'AUTEUR

Vous disposez de documents dont vous êtes l'auteur ?

monnaie-euro-00008Publiez-les et gagnez 1 euro à chaque consultation.
Le site devoir-de-philosophie.com vous offre le meilleur taux de reversement dans la monétisation de vos devoirs et autres rapports de stage.
Le site accepte tous les documents dans toutes les matières (philosophie, littérature, droit, histoire-géographie, psychologie, etc.).

N'hésitez pas à nous envoyer vos documents.

, nous vous prions tout simplement de faire don d'un document pour le site en cliquant sur le boutton ci-dessous :




Le corrigé du sujet "DISSERTATION: Doit-on toujours attendre d'une oeuvre littéraire quelle nous donne une leçon?" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Par l'œuvre littéraire, nous faisons également retour sur nous-mêmes, de manière à obtenir une vérité intime qui nous serait autrement demeurée inconnue. Proust écrit dans Le Temps retrouvé que « tout lecteur, quand il lit, est propre lecteur de soi même ». Cela signifie que l'expérience transmise par l'œuvre littéraire est peut-être une expérience qui dépasse largement la sphère du créateur, qu'elle touche à l'humanité commune. Ainsi, quand Proust nous décrit la jalousie de Swann dans « Un amour de Swann » (deuxième partie de Du côté de chez Swann ) il nous fait moins le portrait d'une passion destructrice singulière que de la passion destructrice en générale. Cette prétention de l'art à l'universalité se traduit chez Proust par l'emploi d'aphorismes comme celui-ci « On aime plus personne quand on aime », qui visent à tirer des conclusions à valeur générales sur un phénomène humain.

Ajouté par PROF

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

La formule de Jakobson : «l'objet de la science littéraire n'est pas la littérature mais la littérarité (literaturnost'), c'est-à-dire ce qui fait d'une oeuvre donnée une oeuvre littéraire», doit être interprétée au niveau de l'investigation, et non de l'objet., Tzvetan TODOROV, Poétique de la prose, p. 10.

Ajouté par webmaster

(...) la force subtile de cette oeuvre -(de Proust) c'est de nous faire opérer, dans un exercice hautement antiromanesque (le décentrement savamment entretenu entre le -je du romancier qui n'écrit pas son oeuvre et le -je présupposé de Marcel Proust qui fait parler ce -je non encore advenu), l'illusion en nous (...) de la réminiscence de figures et de lieux qui nous sont donnés (...) comme étant des figures et des lieux que nous aurions connus., J. GILLIBERT, la Création littéraire, -in la Nef, n° 31, p. 95.

Ajouté par webmaster

(...) tirer de tout ce qui passe dans la société matière à roman, à portrait, à dissertation morale, à compliment et à leçon (...), SAINTE-BEUVE, Causeries du lundi, 12 mai 1851.

Ajouté par webmaster

Telle oeuvre (...) est le fruit de longs soins (...) Elle a demandé des mois et même des années de réflexion (...) Or, l'effet de cette oeuvre se déclarera en quelques instants (...) En deux heures, tous les calculs du poète tragique (...) ou bien toutes les combinaisons d'harmonie et d'orchestre qu'a construites le compositeur; ou bien toutes les méditations du philosophe (...) tous ces actes de foi, tous ces actes de choix, toutes ces transactions mentales viennent enfin à l'état d'oeuvre faite, frapper, étonner, éblouir ou déconcerter l'esprit de l'-Autre (...) En résumé, quand nous parlons d'oeuvres de l'esprit, nous entendons, ou bien le terme d'une certaine activité, ou bien l'origine d'une certaine autre activité (...) Reste l'oeuvre même, en tant que chose sensible (...) Nous regardons alors une oeuvre comme un -objet, purement objet (...) Nous pouvons le mesurer selon sa nature, spatiale ou temporelle, compter les mots d'un texte ou les syllabes d'un vers; constater que tel livre a paru à telle époque; que telle composition d'un tableau est un décalque de telle autre (...), VALÉRY, Variété V, Leçon inaug. cours Poétique, p. 305-308.

Ajouté par webmaster

Lorsqu'il s'efforce de donner un décalque musical d'une oeuvre littéraire, l'artiste poursuit une chimère., Henri LICHTENBERGER, Richard Wagner, p. 130 (1898).

Ajouté par webmaster

Il y a le vrai théâtre, l'étude des moeurs, la peinture des caractères, la satire des tares et des travers humains, ce grand théâtre comique qui nous met en face de nous-mêmes, et, en nous amusant, nous donne sa grande leçon., Paul LÉAUTAUD, le Théâtre de M. Boissard, XXXVII.

Ajouté par webmaster

(...) elle a -(la parole) ce pouvoir, nous communiquant l'illusion de l'immédiat, alors qu'elle nous donne seulement l'habituel, de nous donner à croire que l'immédiat nous est familier., M. BLANCHOT, l'Espace littéraire, p. 37.

Ajouté par webmaster

(...) le blanc, qui en principe ne doit rien, donne un matabiche notoirement inéquivalent, mais que le chef doit toujours accepter avec reconnaissance., GIDE, Voyage au Congo, -in Souvenirs, Pl., p. 768.

Ajouté par webmaster

La -leçon frappe et fait craindre (...) C'est une invitation pressante de ne pas se mettre dans un cas donné de peur d'encourir un malheur qui y a déjà été éprouvé. Elle laisse une impression forte, énergique; elle a un sens précis, saisissable directement; elle est d'une application restreinte et convient tout particulièrement à l'individu qui la reçoit et qu'elle fait sur-le-champ rentrer en lui-même., LAFAYE, Dict. des synonymes, Supplément, Leçon.

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



DISSERTATION: Doit-on toujours attendre d'une oeuvre littéraire quelle nous donne une leçon?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo