dissertation trassard

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< A la musique, Rimbaud

DU DEVELOPPEMENT AU DEVELOPPEME ...
>>


Partager

dissertation trassard

Littérature

Aperçu du corrigé : dissertation trassard



document rémunéré

Document transmis par : diddlina-204329


Publié le : 23/12/2015 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
dissertation trassard
Zoom



Dissertation littérature du 20eme siècle

« La précision confine au fantastique parce que vous atteignez ce que le commun des mortels laisse passer ». Jean-Loup Trassard à propos de Dormance, Entretien avec Philippe Savary, Le Matricule des Anges, 2000.

Introduction : Tzvétan Todorov définit le fantastique comme quelque chose qui « ne dure que le temps d'une hésitation : hésitation commune au lecteur et au personnage qui doivent décider si ce qu'ils perçoivent relève ou non de la « réalité », telle qu'elle existe pour l'opinion commune. A la fin de l'histoire, le lecteur, sinon le personnage, prend toutefois une décision , il opte pour l'une ou l'autre solution, et par là même sort du fantastique. » dans Introduction à la littérature fantastique. Ici, on a une tension entre la réalité et la fiction comme dans l'Ancolie, recueil de nouvelles de Jean-Loup Trassard. Ainsi, le genre fantastique en France prend son essor des années 1830 jusqu'à la fin du XIXe siècle. Même si Jean-Loup Trassard ne se situe pas à cette époque mais au 20eme siècle, avec l'Ancolie publié en 1974, on retrouve tout de même des traces de fantastique dues à la précision de son écriture malgré le fait qu'il ne soit pas un auteur fantastique mais un écrivain du lieu, d'un micro-territoire.

Jean-Loup Trassard se place en opposition avec la vision réaliste des choses propre au XIXe siècle ( réalisme, naturalisme) en affirmant dans un Entretien avec Philippe Savary dans le Matricule des Anges ( 2000) à propos de Dormance : « La précision confine au fantastique parce que vous atteignez ce que le commun des mortels laisse passer ». Cette affirmation de Jean-Loup Trassard montre le rôle de l'observateur, du guetteur de l'écrivain avec une attention extrême aux choses qui permet de découvrir des choses plus précises et plus vastes. La précision est donc proche du fantastique tout autant que du réel. L'écriture de Trassard est par nature claire, détaillée et rigoureuse, nous donnant des informations et des renseignements scientifiques ; par cela il accède à quelque chose que tout humain et lecteur ignorent, qu'ils ne voient pas dans la réalité et que seul Jean-Loup Trassard voit dans son imaginaire. Or, on pourrait penser que la précision est seulement du côté du réel avec des descriptions vraisemblables et rationnelles par rapport à la réalité (du style des naturalistes comme Emile Zola) et va à l'encontre du fantastique qui a une dimension plutôt fictive et irrationnelle. Or, il y a une double dimension de l'écriture de Trassard : le côté réaliste, très documenté et le côté onirique et fantastique.

On pourrait donc se demander en quoi les œuvres de Trassard et notamment l'Ancolie relèvent d'une dualité inséparable entre le réel et l'imaginaire, tout en mettant en scène deux formes de précision différentes.

Pour répondre à ce problème, nous verrons tout d'abord qu'il y a une dimension fantastique et précise d'écriture et de lecture des travaux de Trassard, puis au contraire une dimension réaliste et précise ; enfin ces deux dimensions sont-elles intrinsèquement séparées, ne peut-on pas les réunir pour former une poétique d'écriture ?

I- Tout d'abord, l'écriture et la lecture de Trassard ont une dimension à la fois fantastique et précise, c'est-à-dire qu'on se situe dans l'onirique et le poétique : il s'agit de l'imaginaire de l'écrivain, son intérieur. Car selon Le Trésor de la Langue Française, le fantastique a deux dimensions : il signifie l'imagination, l'invention : « qui donne libre cours à son imagination, se forge des chimères », « dont l'existence est purement imaginaire, constitue une invention » mais aussi le surnaturel : «  Ce qui est surnaturel », « Qui paraît imaginaire, surnaturel », « Dont la réalité, pourtant fondée, dépasse l'imagination par une certaine démesure », « qui met en scène, présente des êtres irréels, , des phénomènes surnaturels ».

L'Ancolie et les autres œuvres de Jean-Loup Trassard sont en apparence et à première lecture des nouvelles et récits fantastiques. La nouvelle appartient à la catégorie des formes narratives et plus spécifiquement des formes fictionnelles et brèves. Chaque nouvelle de l'Ancolie est énigmatique ; elles sont des découvertes, des surprises inattendues pour le lecteur. Les récits sont difficiles à pénétrer au premier abord. Même si elles ne font pas parti du genre fantastique, les nouvelles ont les mêmes caractéristiques « l'évocation des thèmes surnaturels » ( Le Trésor de la Langue Française) au sens où l'entend Jean-Pierre Richard dans L'Univers imaginaire de Mallarmé. Ainsi, le fantastique ou genre fantastique a plusieurs caractéristiques fondamentales : il y a des événements totalement étranges, le plus souvent irrationnels ou incompréhensibles, hors d'atteinte de la puissance humaine ou de l'explication rationnelle ( apparition de doubles, fantômes, spectres, revenants, labyrinthes étranges, rêves, réincarnation, événements maléfiques inexpliqués, apparition de démons ou d'anges, objets usuellement inertes mais devenus vivants, etc). On a l'impression d'être dans des romans-fictions ou récits-fictions qui peignent un monde imaginaire rempli de « fantômes » ( page 93, « un miroir des ornières »). Par exemple dans «  Harloup » on a l'omniprésence de loups qui paraissent maléfiques ; plus la nouvelle avance plus les loups envahissent les pages et deviennent surnaturels et dangereux « La menace de sa présence fermait les murs autour d'une lampe, augmentait l'épaisseur des portes prises dans les murs, renforçait les verrous ». Dans « Reconnaissance des dehors et des dedans » la forêt normalement immobile devient vivante, mobile et diverse grâce aux animaux et aux bruits qui y courent mais également par l'écriture  : « Léger mouvement incessant , retenu, des milliards de feuilles » page 55 ; dans cette nouvelle on a toute une isotopie de la mouvance avec des verbes de mouvements ou d'action fréquents comme « Je roule », « je glisse », « je roule », « je me baisse », « je lance », « je m'y enfonce », « traverse », »je vais », « je cours ». On a également des adverbes de lieux très précis et nombreux. Dans les dernières pages de la nouvelle ( page de droite), on a un rythme qui s'accélère ; on le voit grâce aux accumulations. On trouve des accumulations de verbes de mouvement page 55 « je me baisse, me replie, je tombe sur les pentes, à quatre pattes […] » mais aussi des accumulations d'adjectifs page 57 dans la dernière phrase « A ma course bruissantes, silencieuses, bruissantes volent, soulevées, les feuilles mortes mêlées, enroulées, réunies sur le sol, d'un même roux final mais si différemment digitées, toutes ces mains tombées » : on a ici les adjectifs qui entourent le seul verbe de la phrase mis à peu près au milieu, ces adjectifs se rapportent toutes au même substantif « les feuilles » ; cela montre le mouvement de la forêt, les végétaux de la forêt entourent le seul individu humain. De même dans Dormance les protagonistes de la trame narrative Pek, Gaur, Muh, Souaou s'apparentent à la première lecture à des revenants du passé, des ancêtres de Jean-Loup Trassard ou peut-être des doubles comme le suggère Philippe Savary dans l'Entretien pour le Matricule des Anges (2000). De plus, le fantastique mêle le réel et le surnaturel. En effet, le point de départ est réaliste puis interviennent des éléments surnaturels qui ont été annoncé par divers indices. On a ainsi d'un côté la vie ordinaire de personnages ordinaires, puis de l'autre côté on a un élément surnaturel qui vient bouleverser cette vie banale. C'est le cas dans « Les patiences du bord de l'eau » où on passe d'une dimension réaliste au début de la nouvelle à une dimension surnaturelle à la fin. « Depuis quelques années déjà l'on disait qu'il n'y avait plus de saisons. Une fois encore, dès juillet, après un printemps plutôt sec, l'été s'était pourri. » on commence par une portée généralisante, une rumeur du village suivi de sa justification avec des termes campagnards qui font sens à tous paysans ; or au fur et à mesure de la nouvelle le fantastique apparaît avec des traces de surnaturel comme la déliquescence ou la dimension apocalyptique de la nouvelle. Enfin, la fin de la nouvelle est totalement irrationnelle avec la disparition supposée de la jeune fille par l'oiseau «  A part une trace de pied nu qu'ils disaient certaine, ils ne trouvèrent que, pris à la boue, un li...


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : dissertation trassard Corrigé de 6731 mots (soit 10 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "dissertation trassard" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
Corrigé consulté par :
  • Melanie64410-274227 (Hors-ligne), le 17/03/2016 é 17H00.
  • Maximax64-273802 (Hors-ligne), le 08/03/2016 é 08H22.
  • kuroi-lamida (Hors-ligne), le 03/03/2016 é 03H11.
  • Yulidice (Hors-ligne), le 22/02/2016 é 22H15.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    dissertation trassard

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit