NoCopy.net

Dois-je respecter autrui ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Le développement technique met-il l'homme en ... Dois-je le respect à autrui? >>
Partager

Dois-je respecter autrui ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Dois-je respecter autrui ?



Publié le : 5/3/2005 -Format: Document en format FLASH protégé

	Dois-je respecter autrui ?
Zoom
  • respect : Sentiment éprouvé face à une valeur jugée éminente ou absolue, et qui conduit à s'interdire tout ce qui pourrait lui porter atteinte. Le respect est, selon Kant, le seul mobile subjectif possible de l'action morale désintéressée, c'est-à-dire d'une action déterminée objectivement par la seule représentation de la loi ( ou impératif catégorique). Le respect est alors ce que l'on doit à autrui en tant que personne morale.
  • autrui : Un autre homme, une autre personne. En philosophie, "autrui" est ce qui est différent de moi et que l'appréhende par ma subjectivité. L'homme est ce que j'ai en commun avec les autres, tandis qu' "autrui" est ce qui me différencie des autres, ce que je ne peux connaître totalement, à cause de ma subjectivité.

La notion de respect revêt une particulière actualité : il semble qu'elle soit une préoccupation contemporaine des sociétés développées en butte à une dégradation avérée des relations interindividuelles. Le respect fondé sur les valeurs morales, apparaît comme la condition de préservation des rapports sociaux, mais qu'en est-il du sens à donner au verbe « falloir » ? Si le respect est un dû, comment est-il éprouvé par ceux qui le pratiquent, comme une contrainte lourde et ennuyeuse, ou, au contraire, comme un gage de sympathie et de convivialité ?

 



La recherche d'un tel respect provient de la nature du pacte, ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais point qu'il te fasse. Le contrat traduit la réciprocité de l'intérêt. Je regarde donc autrui comme autrui me regarde et c'est dans cet effet de miroir que j'éprouve la nécessité de cet amour que j'accorde. Sénèque, Lettres à Lucilius : « Nul [...] ne peut couler ses jours dans le bonheur qui ne considère que soi, qui tourne toutes choses à sa propre commodité. Vis pour autrui, si tu veux vivre pour toi. »   Troisième partie : Destruction / Construction En raisonnant par l'absurde, on pourrait examiner un état dans lequel chacun se moquant éperdument de l'autre, accomplirait les pires injustices, ou se comporterait avec la plus grande désinvolture dans les situations de la vie commune. On entend très vite que ce dernier adjectif « commune » se trouverait aussitôt démenti. Il n'y a de communauté justement que dans le partage, l'échange, la relation. Cette apparente expression de la liberté qui consisterait à faire ce qui nous arrange sans tenir compte de la gêne occasionnée à l'autre tournerait vite à la vanité.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Dois-je respecter autrui ?	Corrigé de 1791 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Dois-je respecter autrui ? " a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • Natsue66367 (Hors-ligne), le 29/04/2010 à 29H15.
  • Amaury57817 (Hors-ligne), le 25/04/2010 à 25H16.
  • Emilie28100 (Hors-ligne), le 31/03/2009 à 31H19.
  • Marion23313 (Hors-ligne), le 17/02/2009 à 17H15.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Kant oppose les personnes aux choses. Les choses sont des objets naturels (objets ou animaux) qui ont un prix, sont interchangeables. L'homme en tant qu'être moral, capable de se donner ses propres lois au lieu de subir seulement celles de la nature, n'a pas de prix mais une dignité. Les choses ont une valeur relative (à nos besoins, nos inclinations, nos sentiments), les personnes ont une dignité, elles n'ont littéralement pas de prix. «Dans le règne des fins tout a un prix ou une dignité. Ce qui a un prix peut être aussi bien remplacé par quelque autre chose, à titre d'équivalent ; au contraire, ce qui est supérieur à tout prix, ce qui par suite n'admet pas d'équivalent, c'est ce qui a une dignité.

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Je vous estimais un garçon sérieux. J'avais confiance en vous. Je n'aurais jamais pensé que vous en abuseriez, pour essayer de tourner la tête à ma fille. Elle était sous votre garde. Vous deviez la respecter, me respecter, vous respecter vous-même., R. ROLLAND, Jean-Christophe, «Le matin», III, p. 215.

    Ajouté par webmaster

    Je ne puis pas me connaître -en autrui si autrui est d'abord objet pour moi et je ne peux pas non plus saisir autrui dans son être vrai, c'est-à-dire dans sa subjectivité., SARTRE, l'être et le Néant, p. 299.

    Ajouté par webmaster

    Je reçus de lui -(M. de Fontanes) d'excellents conseils; je lui dois ce qu'il y a de correct dans mon style; il m'apprit à respecter l'oreille; il m'empêcha de tomber dans l'extravagance d'invention et le rocailleux d'exécution de mes disciples., CHATEAUBRIAND, Mémoires d'outre-tombe, t. II, p. 118.

    Ajouté par webmaster

    "Entre autrui et moi-même il y a un néant de séparation. Ce néant ne tire pas son origine de moi-même, ni d’autrui, ni d’une relation réciproque d’autrui et de moi-même; mais il est, au contraire, originellement le fondement de toute relation entre autrui et moi." Sartre, L’Être et le Néant.

    Ajouté par webmaster

    (...) la multiplicité des «autrui» ne saurait être une -collection mais une -totalité puisque chaque autrui trouve son être en l'autre; mais (...) cette Totalité est telle qu'il est par principe impossible de se placer «au point de vue du tout» (...) En outre cette totalité - comme celle du Pour-soi - est totalité détotalisée, car l'existence-pour-autrui étant refus radical d'autrui, aucune synthèse totalitaire et unificatrice des «autrui» n'est possible., SARTRE, l'être et le Néant, p. 309 (1943).

    Ajouté par webmaster

    «Ce que je dois à Dieu, ce que je dois au roi, ce que je dois à l'État...» Un de ses amis l'interrompit : «Tais-toi, dit-il, tu mourras insolvable»., CHAMFORT, Caractères et Anecdotes, M. de Biron insolvable.

    Ajouté par webmaster

    « Autrui comme autrui se révèle dans le "Tu ne commettras pas de meurtre" inscrit sur son visage. » Levinas, Totalité et Infini, 1961.

    Ajouté par webmaster

    "Le «tu ne tueras point» est la première parole du visage. Or c’est un ordre. Il y a dans l’apparition du visage un commandement, comme si un maître me parlait. Pourtant, en même temps, le visage d’autrui est dénué (sans défense); c’est le pauvre pour lequel je peux tout et à qui je dois tout." E. Levinas.

    Ajouté par webmaster

    AUTRUI ET MOI "Autrui joue toujours dans la vie de l'individu le rôle d'un modèle, d'un objet, d'un associé ou d'un adversaire." Freud, Essais de psychanalyse, 1927.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Dois-je respecter autrui ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo