Doit-on croire au hasard ou au destin ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Doit-on considérer qu'il existe des forces e ... Doit-on dire "c'est beau" ou "je trouve ça b ... >>
Partager

Doit-on croire au hasard ou au destin ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Doit-on croire au hasard ou au destin ?



Publié le : 25/8/2005 -Format: Document en format FLASH protégé

	Doit-on croire au hasard ou au destin 	?
Zoom
  • croire : Le verbe vient du latin credere, qui signifie "tenir pour vrai", "faire confiance". La croyance implique donc l'idée d'une absence de connaissance, car il s'agit toujours de "se fier" au témoignage d'autrui.
  • hasard : a) Ce que l'homme ne peut prévoir ou expliquer. b) Ce qui semble dépourvu de toute raison d'être, de toute finalité. C) Chez Cournot, rencontre de deux séries causales indépendantes.
  • destin : L'idée selon laquelle tout serait écrit, déterminé à l'avance, a conduit à ce que les Anciens ont appelé l'argument paresseux. Cet argument consiste à penser que si tout est décidé à l'avance, il est inutile que je cherche à bien faire, puisqu'il arrivera de toute façon ce qui doit arriver.

Ici on vous interroge sur deux croyances distinctes, voire opposées. Soit l'on croit que tout ce qui arrive est hasardeux, n'est pas déterminé pas une cause nécessaire et qui survient de façon indépendante de tous les autres phénomènes, soit on croit que ce qui arrive était déterminé d'avance à survenir et s'inscrit alors dans une certaine fatalité. Mais dans les deux cas, il s'agit là d'une croyance et donc d'un savoir qui ne renvoie pas nécessairement à une certitude la raison. Or la science nous montre qu'il est possible de trouver une cause à ce qui survient, puisqu'un événement dépend toujours d'un autre, mais si l'ordre des choses ne nous apparaît pas, alors nous croyons qu'il n'y a pas d'ordre. Mais est-ce une certitude ? En revanche, si nous voyons l'ordre des choses, devons-nous en conclure que cela devait arriver, sans qu'autre chose puisse arriver ? N'est-ce pas affirmer que nous sommes impuissants à déterminer, en tant qu'êtres humains, ce qui peut nous arriver et aussi que le possible se réduit au réel ? Sommes-nous encore libres alors ? En fait, tout laisse à penser que le hasard et que le destin, ne relevant que de croyances et de la manière avec laquelle l'homme se comprend dans le monde, sont des réponses nécessaires (" doit-on ") qui invitent l'homme à donner du sens au choses, mais aussi à ne pas assumer sa responsabilité...



Epicure tente de rendre possible la liberté humaine par une théorie matérialiste et atomistique du monde, non basé sur le destin ou la volonté divine, mais par une rencontre hasardeuse des atomes.   2) Un monde régi par le destin ?   Selon la philosophie antique Stoïcienne, la loi rationnelle qui fait l'armature du monde s'appelle aussi destin (heimarménê), enchaînement inflexible des causes, dominant le déroulement des événements, fondant leur correspondance, autorisant les techniques de la divination. Dans la connivence des corps parcourus par le souffle divin se manifeste la volonté d'un être intelligent et bon. Une providence anime le monde, grand animal raisonnable qui est la cité commune des animaux raisonnables, hommes et dieux, et où tout est fait pour eux. Le finalisme souvent intempérant des stoïciens rencontre ici le problème du mal, auquel il répond par une théodicée dont Leibniz n'oubliera pas les arguments. L'éthique stoïcienne étend à la conduite humaine l'empire du logos qui règle nos pensées et régit l'univers. Mais l'homme a-t-il encore quelque chose à faire dans ce monde dont il est une partie, et que gouverne l'immuable destin ? Le stoïcisme passe pour une philosophie de l'acceptation, de la résignation. La liberté qu'il promet n'est-elle qu'un esclavage intériorisé, magiquement transmué en son contraire ?


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Doit-on croire au hasard ou au destin 	? Corrigé de 1554 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Doit-on croire au hasard ou au destin ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • Booaz-224127 (Hors-ligne), le 13/12/2013 à 13H19.
  • ybender (Hors-ligne), le 17/06/2011 à 17H11.
  • Lizzie22836 (Hors-ligne), le 12/02/2009 à 12H17.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Par ailleurs, c'est nécessairement dans les objets de l'activité pratique qu'il y a de fortune. Les sciences contemporaines parlent de hasard là où la détermination causale cède la place au calcul des probabilités. Des événements se produisent par hasard lorsque le calcul a priori des probabilités permet de spécifier leurs chances respectives d'apparition. On parle de hasard lorsqu'il y a incommensurabilité entre les causes (ou conditions) et les effets, l'extrême petitesse des premières pouvant entraîner des effets considérables. Le hasard (physique) n'est pas la contingence (métaphysique), il est strictement nécessaire. la volonté et de la compétence, est soumis à la seule loi des possibilités. Jeu de hasard : jeu, qui par opposition au jeu de stratégie dépendant de -Le Destin : Le destin est le plus souvent pensé comme irrationnel ou du moins inaccessible à l'entendement humain.

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    l'homme qui apprend doit croire; celui qui sait doit examiner. Bacon, Roger

    Ajouté par webmaster

    Son bon destin, par un très grand hasard, Lui fit trouver une petite avance Qu'avait un toit (...), LA FONTAINE, Contes, II, 5.

    Ajouté par webmaster

    Notre insuffisance d'esprit est précisément le domaine des puissances du hasard, des dieux et du destin., VALÉRY, Rhumbs, p. 270.

    Ajouté par webmaster

    Alain, Définitions. "Les degrés du croire sont les suivants au plus bas, croire par peur ou par désir ... Au-dessus croire par coutume et imitation (croire les rois, les orateurs, les riches). Au-dessus, croire les vieillards, les anciennes coutumes, les traditions. Au-dessus, croire ce que tout le monde croit (que Paris existe, même quand on ne le voit pas). Au-dessus croire ce que les plus savants affirment en accord d'après des preuves ... Tous ces degrés forment le domaine de la croyance." (72)

    Ajouté par webmaster

    Mais, monsieur le directeur, osais-je flûter, ce que vous appelez le hasard, c'est peut-être le destin ou l'ordre de Dieu., P. GUTH, le Mariage du naïf, p. 50 (1957).

    Ajouté par webmaster

    Madame, ce m'est trop d'honneur, Et mon destin doit faire envie., MOLIèRE, Amphitryon, I, 1.

    Ajouté par webmaster

    On ne veut pas croire qu'un homme tel que Beethoven se soit découragé en présence de toutes ces complications que lui apportait le Destin., Éd. HERRIOT, la Vie de Beethoven, p. 305.

    Ajouté par webmaster

    On ne veut pas croire qu'un homme tel que Beethoven se soit découragé en présence de toutes ces complications que lui apportait le destin., Édouard HERRIOT, la Vie de Beethoven, p. 305.

    Ajouté par webmaster

    .1 - Dans un instant, se dit-il, j'irai vers mon destin. Quel beau mot : l'aventure! Ce qui doit advenir. Tout le surprenant qui m'attend., GIDE, les Faux-monnayeurs, I, VI.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource suivante

    Doit-on croire au hasard ou au destin ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo