NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Y a-t-il des vétités préjudiciables ? A quelles conditions l'évidence n'est-elle pa ... >>


Partager

Ne doit-on tenir pour vraie une proposition que si elle est contrôlable par une expérience ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Ne doit-on tenir pour vraie une proposition que si elle est contrôlable par une expérience ?



Publié le : 27/8/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Ne doit-on tenir pour vraie une proposition que si elle est contrôlable par une 

expérience ?
Zoom

Prestige des sciences expérimentales et du type de vérité qu'elles semblent définir : des hypothèses vérifiées par l'expérience. Mais ne doit-on tenir pour vraie une proposition que si elle est contrôlable par une expérience ?
 



b) La métaphysique cartésienne. Descartes, mathématicien lui-même, admire « ces longues chaînes de raison, toutes simples et faciles, dont les géomètres ont coutume de se servir pour parvenir à leurs plus difficiles démonstrations «. Il conçoit donc sa philosophie (au sens large de science ou connaissance de la réalité) sur le modèle d'une pensée essentiellement démonstrative. Mais les propositions que sa raison enchaîne de façon déductive tiennent d'abord leur vérité d'une expérience originaire qui donne à la première proposition, dans l'ordre de la connaissance, une valeur de vérité « évidente «, indubitable. Le cogito (je doute, je pense, je suis) n'est pas une proposition comme les autres : en elle, je fais l'expérience de ma propre réalité, de la nature de ma conscience ; et de cette expérience inaugurale, je peux déduire des propositions qui, ainsi fondées en vérité, seront nécessairement vraies, même si elles ne sont pas toutes directement contrôlables par des expériences. c) La critique kantienne. En contestant la vérité du premier principe de la philosophie cartésienne (« la conscience de soi-même n'est pas encore, il s'en faut, une connaissance de soi-même «), Kant tient la métaphysique cartésienne pour une construction purement rationnelle qui ne peut être tenue pour vraie : à une telle construction, la raison peut toujours opposer d'autres constructions qui la contredisent. D'où « l'embarras « de la métaphysique, cette « connaissance spéculative de la raison tout à fait isolée et qui s'élève au- dessus de l'expérience par de simples concepts « (Préface de la seconde éd. de la Critique de la raison pure). L'histoire de la philosophie est une véritable « arène « où nul ne l'emporte jamais.


 

  • Première partie : Analyse du sujet
  • Deuxième partie : Des vérités sans expérience ?

 
 a) Les « vérités « mathématiques.
 
 b) La métaphysique cartésienne.
 
 c) La critique kantienne.

 

  • Troisième partie : Les vérités expérimentales


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 3253 mots (soit 5 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Ne doit-on tenir pour vraie une proposition que si elle est contrôlable par une expérience ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • mauranne37414 (Hors-ligne), le 28/02/2010 é 28H17.
  • Thomas45164 (Hors-ligne), le 11/11/2009 é 11H23.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit