NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< The royal wedding Le mariage de Figaro >>


Partager

Dom Juan Acte II scène 2

Echange

Aperçu du corrigé : Dom Juan Acte II scène 2



Document transmis par :


Publié le : 15/4/2011 -Format: Document en format HTML protégé

Dom Juan Acte II scène 2
Zoom

A &ndash; La strat&eacute;gie du s&eacute;ducteur

&nbsp;

Moli&egrave;re a voulu dans cette sc&egrave;ne nous donner un raccourci frappant de la strat&eacute;gie utilis&eacute;e par Don Juan pour abuser les femmes. Elle consiste &agrave; flatter, charmer et promettre.

&nbsp;

&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp; I &ndash; Flatter

&nbsp;

Pour Don Juan, parler, c&rsquo;est agir. Sa strat&eacute;gie de s&eacute;duction repose d&rsquo;abord sur la parole qui persuade. Mieux que personne, il sait que la flatterie exerce un pouvoir de s&eacute;duction auquel il est difficile de r&eacute;sister. Les femmes, m&ecirc;me si elles restent m&eacute;fiantes, sont toujours sensibles aux &eacute;loges qu&rsquo;on peut faire de leur beaut&eacute;. Charlotte ne fait pas exception. Chez Don Juan, la flatterie commence par un &eacute;tonnement prolong&eacute; que marquent les multiples exclamations et interrogations qui ponctuent son discours. La r&eacute;p&eacute;tition insistante de l&rsquo;interjection &laquo; Ah ! &raquo;, qui exprime admiration et plaisir physique, rythme cet &eacute;tonnement et agit comme une incantation qui anesth&eacute;sie la r&eacute;sistance critique de la proie.

Don Juan donne le vertige &agrave; Charlotte, en faisant r&eacute;sonner &agrave; ses oreilles une cascade d&rsquo;adjectifs &eacute;logieux : &laquo; belle &raquo;, &laquo; p&eacute;n&eacute;trants &raquo;, &laquo; agr&eacute;able &raquo;, &laquo; jolie &raquo;, &laquo; mignon &raquo;, &laquo; beaux &raquo;, &laquo; amoureux &raquo;, &laquo; app&eacute;tissantes &raquo;, &laquo; charmante &raquo;. Il abuse du superlatif : &laquo; Peut-on rien voir de plus agr&eacute;able ? &laquo;, &laquo;&nbsp; je n&rsquo;ai jamais vu une si charmante personne &laquo;, Elles sont les plus belles du monde &laquo;. La r&eacute;p&eacute;tition des m&ecirc;mes mots ou expressions ajoute encore &agrave; cet assaut verbal. Les mots &laquo; beau &raquo;, &laquo; belle &raquo;, &laquo; beaut&eacute; &raquo;, reviennent six fois dans le texte. La formule &laquo; je vous aime trop pour cela, et c&rsquo;est du fond du c&oelig;ur que je vous parle &raquo; r&eacute;appara&icirc;t d&rsquo;une mani&egrave;re condens&eacute;e &agrave; la fin du texte : &laquo;&nbsp; je vous aime de tout mon c&oelig;ur &laquo;. Don Juan, qui a compris la secr&egrave;te ambition de Charlotte, flatte aussi habilement sa vanit&eacute; et son d&eacute;sir d&rsquo;ascension sociale, elle m&eacute;rite mieux qu&rsquo; &laquo; un simple paysan &raquo;.

&nbsp;

&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp; II &ndash; Charmer

&nbsp;

La flatterie a d&rsquo;autant plus de pouvoir qu&rsquo;elle &eacute;mane, dans le cas de Don Juan, d&rsquo;un homme beau et par&eacute; de tous les prestiges de l&rsquo;aristocrate. Il impressionne par sa prestance physique et la richesse de ses habits, qui nous ont &eacute;t&eacute; d&eacute;crits pr&eacute;c&eacute;demment. Sa d&eacute;sinvolture et l&rsquo;&eacute;l&eacute;gance de ses mani&egrave;res tranchantes avec la balourdise et la rusticit&eacute; de pierrot. Mais c&rsquo;est par l&rsquo;allure noble de son discours qu&rsquo;il se distingue le plus. Il use d&rsquo;un ton courtois pour faire sa d&eacute;claration : &laquo;&nbsp; n&rsquo;ayez point de honte d&rsquo;entendre dire vos v&eacute;rit&eacute;s &raquo;, &laquo;&nbsp; s&rsquo;il vous plait &raquo;, &laquo;&nbsp; de gr&acirc;ce &raquo;, &laquo; je vous en prie &raquo;, &laquo;&nbsp; souffrez que je les baise, je vous prie &raquo;. Il sait tourner le compliment avec raffinement pr&eacute;cieux : &laquo; Point du tout, vous ne m&rsquo;&ecirc;tes point oblig&eacute;e de tout ce que je dis, et ce n&rsquo;est qu&rsquo;&agrave; votre beaut&eacute; que vous en &ecirc;tes redevable &raquo;. Charlotte n&rsquo;a s&ucirc;rement pas l&rsquo;habitude d&rsquo;&ecirc;tre trait&eacute;e avec d&rsquo;autant d&rsquo;&eacute;gards.

&nbsp;

&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp; III - Promettre

&nbsp;

La flatterie et le charme personnel seraient insuffisants pour s&eacute;duire promptement, si Dom Juan ne faisait pas implicitement une promesse de mariage. C&rsquo;est l&rsquo;estocade qui, en apportant une preuve d&eacute;cisive bonne foi, enl&egrave;ve &agrave; la victime les derniers doutes. Rappelons que le mariage a, au XVII&egrave;me si&egrave;cle, un caract&egrave;re beaucoup plus sacr&eacute; qu&rsquo;aujourd&rsquo;hui, qu&rsquo;il est indissoluble et qu&rsquo;une femme abandonn&eacute;e, comme l&rsquo;a &eacute;t&eacute; Elvire, est vou&eacute;e &agrave; la honte et au d&eacute;shonneur. En contractant ces mariages qu&rsquo;il rompt aussit&ocirc;t, Don Juan prend des risques : ainsi les fr&egrave;res d&rsquo;Elvire sont partis &agrave; sa poursuite et veulent sa mort.

Pour Don Juan, le mariage n&rsquo;est qu&rsquo;un moyen de parvenir &agrave; ses fins. C&rsquo;est pourquoi il le fait tr&egrave;s vite intervenir dans sa d&eacute;claration : &laquo; vous n&rsquo;&ecirc;tes pas mari&eacute;e, sans doute ? &laquo;&nbsp; Charlotte se m&eacute;fiera avant de c&eacute;der car elle est promise &agrave; Pierrot. En attendant, elle est surprise par la h&acirc;te du libertin qui propose de l&rsquo;enlever. Plus loin dans la sc&egrave;ne, il sera tout &agrave; fait clair : &laquo; je n&rsquo;ai point d&rsquo;autre dessein que de vous &eacute;pouser &raquo;.

&nbsp;

B &ndash; Les acteurs du combat amoureux

&nbsp;

Pour Don Juan l&rsquo;amour est un combat qui prend d&rsquo;autant plus d&rsquo;int&eacute;r&ecirc;t que son adversaire lui r&eacute;siste. Ce jeu bien s&ucirc;r est cruel et r&eacute;v&egrave;le ma perversion du personnage.

&nbsp;

&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp; I &ndash; La r&eacute;sistance de Charlotte

&nbsp;

Charlotte est &eacute;blouie par Don Juan...



Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Pour pouvoir consulter gratuitement ce document et

TOUCHER DES DROITS D'AUTEUR

Vous disposez de documents dont vous êtes l'auteur ?

monnaie-euro-00008Publiez-les et gagnez 1 euro à chaque consultation.
Le site devoir-de-philosophie.com vous offre le meilleur taux de reversement dans la monétisation de vos devoirs et autres rapports de stage.
Le site accepte tous les documents dans toutes les matières (philosophie, littérature, droit, histoire-géographie, psychologie, etc.).

N'hésitez pas à nous envoyer vos documents.

, nous vous prions tout simplement de faire don d'un document pour le site en cliquant sur le boutton ci-dessous :




Le corrigé du sujet "Dom Juan Acte II scène 2" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

La première scène du troisième acte -(de «Phèdre»), si belle en soi pourtant, Racine ne l'invente sans doute que pour amorcer l'extraordinaire rebondissement du quatrième acte., GIDE, Attendu que..., p. 206.

Ajouté par webmaster

Dom Alonse, et trois Suivants (...), MOLIèRE, Dom Juan, III, 4 (jeu de scène).

Ajouté par webmaster

.1 Dans notre art théâtral, l'acteur feint d'agir, mais ses actes ne sont jamais que des gestes : sur la scène, rien que du théâtre, et cependant du théâtre honteux. Le Bunraku, lui (...) sépare l'acte du geste : il montre le geste, il laisse voir l'acte, il expose à la fois l'art et le travail., R. BARTHES, l'Empire des signes, p. 74.

Ajouté par webmaster

(...) Pierrot qui s'est baissé pour éviter le soufflet., MOLIèRE, Dom Juan, II, 3 (jeu de scène).

Ajouté par webmaster

«- Nous reprenons la grande scène d'amour du second acte», disait le directeur à la fin de la troisième répétition., Ed. DE GONCOURT, la Faustin, X.

Ajouté par webmaster

.1 - Non, Don Juan... soupé, il y a trois jours, en goguette. Devinez où?... - à votre affreuse Maison-d'Or, sans doute... - Fi donc, madame! Don Juan n'y va plus... il n'y a rien là à fricasser pour sa grandesse., BARBEY D'AUREVILLY, les Diaboliques, «Le plus bel amour de Don Juan».

Ajouté par webmaster

La légalisation d'un acte n'a guère qu'une valeur réglementaire. Le défaut de légalisation n'annule pas l'acte (...) à l'inverse, la légalisation n'empêche pas d'attaquer l'acte par inscription de faux, ni d'en demander vérification d'écritures s'il s'agit d'un acte sous seing privé., DALLOZ, Nouveau répertoire, art. -Légalisation, 8.

Ajouté par webmaster

Voilà donc la formule magique en laquelle se résument l'acte de foi, l'acte d'espérance et l'acte de contrition., G. DUHAMEL, Scènes de la vie future, XIII.

Ajouté par webmaster

.1 Il s'est dit : une action gratuite, comment faire? Et comprenez qu'il ne faut pas entendre par là une action qui ne se rapporte à rien, car sans cela... Non, mais gratuit : un acte qui n'est motivé par rien. Comprenez-vous? intérêt, passion, rien. L'acte désintéressé, né de soi; l'acte aussi sans but, donc sans maître. L'acte libre; l'Acte autochtone?, GIDE, le Prométhée mal enchaîné, I, -in Romans, Pl., p. 305.

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo