Le doute est-il utile à la connaissance et nuisible à l'action ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Le devoir s'oppose-t-il à la liberté ? Défendre ses droits, est-ce défendre ses inté ... >>
Partager

Le doute est-il utile à la connaissance et nuisible à l'action ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Le doute est-il utile à la connaissance et nuisible à l'action ?



Publié le : 25/2/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Le doute est-il utile à la connaissance et nuisible à l'action ?
Zoom
  • doute : État de l'esprit quand nous nous demandons si un fait est réel ou non, si une proposition est vraie ou non. Douter n'est pas nier : la négation est une certitude, le doute revient à admettre qu'on ne sait pas.
  • utile : Qui sert à quelque chose. Qui a une fonction.
  • connaissance : CONNAÎTRE / CONNAISSANCE: 1. Être familier de quelqu'un ou quelque chose. 2. Discerner, distinguer quelque chose : « Le premier et le moindre degré de connaissance, c'est d'apercevoir » (CONDILLAC) 3. Posséder une représentation de quelque chose, en part. une représentation exacte. 4. Connaissance: a) Acte par lequel un sujet s'efforce de saisir de saisir et de se représenter les objets qui se présentent à lui. b) Résultat de cet acte.
  • action : On peut dégager plusieurs acceptions de ce terme. 1/ L'action est tout d'abord une opération d'un être considérée comme produite par cet être lui-même et non par une cause extérieure. L'action est celle du sujet qui agit. 2/ L'action c'est aussi l'effort, le travail, l'activité non plus comme processus opératoire à proprement parler mais comme se distinguant du repos et de l'inactivité. 3/ L'action se pense aussi directement dans son opposition à l'intelligence, la réflexion et la pensée : c'est la spontanéïté des êtres vivants, et plus précisément de l'homme considérée comme se distinguant de la représentation. NB :Nous ne prenons volontairement pas en considération l'action au sens d'influence d'un corps sur un autre. (Exemple : On parle à ce titre d'action de l'acide chlorydrique sur les métaux) En effet notre interrogation portant sur le lien « action » / « réflexion », cette acception ne nous semble pas prioritaire.

Douter, c'est d'abord examiner la vérité d'une pensée, en supposant qu'elle pourrait être fausse. Est- ce pour autant un échec de la pensée ? Certes vous pourriez, pour rendre compte de l'échec que constitue le doute pour la pensée, montrer en quoi le doute peut conduire d'une part à l'incertitude, donc au silence de la raison, mais aussi à l'inaction. Mais ces deux limites ne valent que si on demande à la pensée de trouver la vérité coûte que coûte et si on demande à la pensée d'éclairer nos actes. Or la philosophie est une pensée qui, si elle cherche le vrai et pose des question, n'obtient pas nécessairement une réponse. Et pourtant le philosophe continue de penser De même, dans nos actes, il y a toujours une part d'incertitude et de risque qui ne sont pas nécessairement le signe d'un échec, mais la reconnaissance de la complexité du monde dans lequel on agit. Ainsi Descartes a montré, pendant tout le temps où il doutait de la science et de ses connaissances, qu'il était nécessaire d'établir une morale par provision, morale qui nous permet encore d'agir quand bien même nous n'avons plus aucune certitude. Autrement dit, si le doute peut m'aider à trouver le vrai, le rapport au monde qui est le mien n'est pas qu'un rapport théorique : j'ai beau douter du savoir, je dois agir et cette urgence de l'action rend impossible une incertitude. Pourquoi ?

 




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Le doute est-il utile à la connaissance et nuisible à l'action ? Corrigé de 7601 mots (soit 11 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet "Le doute est-il utile à la connaissance et nuisible à l'action ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • amnesia015-227528 (Hors-ligne), le 13/01/2014 à 13H03.
  • eloi66 (Hors-ligne), le 12/02/2012 à 12H11.
  • tours45 (Hors-ligne), le 02/01/2012 à 02H17.
  • noria (Hors-ligne), le 27/12/2011 à 27H15.
  • jeandu69 (Hors-ligne), le 26/12/2011 à 26H15.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Le doute est la condition du progrès de la connaissance. Mais, relativement à l'action, le doute a plutôt tendance à la desservir. Entre agir et réfléchir, il faut faire un choix. Concernant l'action, on doit s'en tenir à des décisions sur lesquelles on ne revient pas. MAIS, le doute, loin de nuire à l'action, il la prépare. C'est agir de manière aveugle que de croire que ce que l'on fait en obéissant à une impulsion doit forcément donner un résultat positif. La réussite d'une action ne peut être dûe au hasard.

    C'est « absolument parlant », c'est-à-dire sans égard à autre chose que le pur concept du libre-arbitre, que nous devons penser la possibilité d'un choix libre et irrationnel. Descartes ne concède donc pas grand chose puisqu'il n'accorde que la possibilité théorique d'une indifférence positive. Il est certes possible que nous agissions contre toute raison afin de donner corps à cette indifférence, ou pour prouver notre liberté, mais agir afin d'établir une affirmation de soi ne pourrait guère conduire qu'à une vie vide et dénuée de sens. L'indifférence même conçue comme une volonté positive (et non comme simple absence de fondement à une décision) est donc bien encore le plus bas degré de la liberté. Ainsi Descartes fait comprendre que l'indifférence, c'est-à-dire l'indétermination, n'est pas propice à la liberté.

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    .1 Et le fétichisme qui adore tout objet utile ou nuisible comme un dieu, d'après les relations sociales les plus simples, est la forme la plus naïve de la prévision et de l'action réglée, fondée sur l'observation et le souvenir., ALAIN, Abrégés pour les aveugles, -in les Passions et la Sagesse, Pl., p. 820.

    Ajouté par webmaster

    "Le discours (logos) sert à exprimer l’utile et le nuisible, et, par suite aussi, le juste et l’injuste." Aristote, La Politique I, 2, 1253 a.

    Ajouté par webmaster

    La science ne s'établissant que par voie de comparaison, la connaissance de l'état pathologique ou anormal ne saurait être obtenue sans la connaissance de l'état normal, de même que l'action thérapeutique sur l'organisme des agents anormaux ou médicaments, ne saurait être comprise scientifiquement sans l'étude préalable de l'action physiologique des agents normaux qui entretiennent les phénomènes de la vie., Cl. BERNARD, Introd. à l'étude de la médecine expérimentale, Introd.

    Ajouté par webmaster

    (...) en plus de cet aspect opératif de la connaissance (le terme d'opératif couvrant l'ensemble des actions et des opérations, de l'action sensori-motrice antérieure au langage, aux opérations les plus abstraites) il faut distinguer un aspect figuratif (...), J. PIAGET, -in Encycl. Pl., Logique et Connaissance scientifique, p. 31.

    Ajouté par webmaster

    Entre deux mesures, dont l'une est certainement utile à l'ensemble, et pénible à tel individu, l'autre agréable à cet individu et nuisible à l'ensemble, la justice et la charité veulent que la première prédomine., Paul BOURGET, Un divorce, I.

    Ajouté par webmaster

    Autant le comportement d'un obsessionnel peut être nuisible dans un contexte donné, autant il peut s'avérer utile dans un autre. Jean-Jacques Bourque et François Lelord, l'Âme de l'organisation

    Ajouté par webmaster

    Autant le comportement d'un obsessionnel peut être nuisible dans un contexte donné, autant il peut s'avérer utile dans un autre. Jean-Jacques Bourque et François Lelord, l'Âme de l'organisation

    Ajouté par webmaster

    Tout progrès effectif, dans le domaine de la connaissance comme dans celui de l'action, a exigé l'effort persévérant d'un ou de plusieurs hommes supérieurs. Ce fut chaque fois une création, que la nature avait sans doute rendue possible en nous octroyant une intelligence dont la forme dépasse la matière, mais qui allait pour ainsi dire au delà de ce que la nature avait voulu., H. BERGSON, les Deux Sources de la morale et de la religion, p. 179.

    Ajouté par webmaster

    Ce qui n'est pas nuisible à la cité ne l'est pas non plus au citoyen. Applique cette règle à tout ce qui te paraît être nuisible: «Si cela ne nuit pas à la cité, cela ne me nuit pas non plus.» Pensées, 5, 22 Marc Aurèle

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Le doute est-il utile à la connaissance et nuisible à l'action ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo