NoCopy.net

Du droit ou de la force, lequel est un moyen pour l'autre ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Les sciences de l'homme suffisent-elles à con ... La reconnaissance de la personne peut-elle êt ... >>


Partager

Du droit ou de la force, lequel est un moyen pour l'autre ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Du droit ou de la force, lequel est un moyen pour l'autre ?



Publié le : 16/2/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Du droit ou de la force, lequel est un moyen pour l'autre ?
Zoom

POUR DÉMARRER
 

 Faut-il penser que c'est l'ensemble des droits qui régit les relations entre les hommes qui utilise la force pour parvenir à ses fins ou bien peut-on considérer que c'est le pouvoir de coercition et la violence, éventuellement sans limites, qui usent du droit pour se légitimer ? Ce sujet pose le problème classique, mais fondamental, de l'équilibre politique et des buts de l'État, mais il porte aussi sur la nature du droit.
 
 CONSEILS PRATIQUES
 

 Analysez très soigneusement le sens des trois termes essentiels de ce sujet : droit, force, moyen. Faites bien ressortir que la légitimité immanente au droit est l'un des garants de la durée de celui qui s'appuie sur lui, car se manifeste ainsi une structure pour la société. Un régime qui reposerait purement sur la force serait, à la longue, vaincu.



Tout simplement que la justice est humaine. La nature ne connaît que des rapports de force et n'est que physique. Seul l'homme est capable d'argumenter, de raisonner. Comme le suggère d'ailleurs leur origine étymologique commune, la justice ne saurait se passer de justification. C'est pourquoi la position d'un Calliclès que nous rapporte Platon dans le Gorgias est soit naïve, soit fallacieuse. Calliclès soutient que la nature « nous prouve qu'en bonne justice celui qui vaut plus doit l'emporter sur celui qui vaut moins » et qu'« elle nous montre partout, chez les animaux et chez l'homme, dans les cités et les familles, qu'il en est bien ainsi, que la marque du juste, c'est la domination du puissant sur le faible et sa supériorité admise ». Défenseur apparent d'une morale fondée sur l'idée de la supériorité du fort sur le faible ou encore du sur-homme, au sens ordinaire du mot, il prêche, en réalité, en faveur d'une morale qui rabaisse l'homme au niveau de l'animal. Or, c'est la grandeur de l'homme que d'affirmer, contre la nature, que le fort et le faible ont même valeur et qu'ils ont les mêmes droits. Et c'est la marque de sa misère, toute humaine elle aussi, que d'avoir besoin de lois pour faire exister cette exigence.Le discours de Calliclès.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Du droit ou de la force, lequel est un moyen pour l'autre ?
Corrigé de 3711 mots (soit 6 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet "Du droit ou de la force, lequel est un moyen pour l'autre ? " a obtenu la note de :

7 / 10

Corrigé consulté par :
  • godelot-185628 (Hors-ligne), le 30/04/2013 é 30H10.
  • cor24000 (Hors-ligne), le 06/05/2012 é 06H16.
  • arsoeur (Hors-ligne), le 27/04/2012 é 27H15.
  • Micheln8 (Hors-ligne), le 16/05/2011 é 16H18.
  • serpyco (Hors-ligne), le 11/08/2010 é 11H21.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Du droit ou de la force, lequel est un moyen pour l'autre ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit