NoCopy.net

A-t-on le droit de mentir ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< A-t-on le droit de justifier de l'existence ... A-t-on le droit de rêver ? >>
Partager

A-t-on le droit de mentir ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : A-t-on le droit de mentir ?



Publié le : 13/8/2005 -Format: Document en format FLASH protégé

	A-t-on le droit de mentir 	?
Zoom
  • droit naturel : Ensemble des règles antérieures à toute législation, prenant en considération la nature de l'homme et ses aspirations et faisant appel à la morale.
  • mentir : Ne pas dire ou nier ce qu'on sait être vrai. Nous avons la preuve que le suspect a menti. TRANSITIF INDIRECT Mentir à (quelqu'un) : ne pas dire la vérité à (quelqu'un), affirmer ce qu'on sait être faux à. [Vieux] Trahir (sa foi, sa promesse). PRONOMINAL Se mentir à soi-même : refuser de regarder les choses en face, tenter de se convaincre de ce qu'on sait être faux.

Outre la question abrupte du droit de mentir, le syntagme : «peut-on» ajoute une nuance qui a son importance : celle des circonstances et des conditions dans lesquelles il existerait un droit de mentir. Mentir est un acte intentionnel. Du fait de l'intention, le mensonge s'oppose à la simple contrevérité. On peut soit dire le faux en toute connaissance de cause, on peut aussi mentir par omission (quand on ne dit pas tout ce que l'on sait). Mais, plus que les types de mensonges, il est intéressant ici d'examiner les motifs du mensonge; en eux réside la clé d'un éventuel droit de mentir. On peut mentir pour léser une personne, mais aussi en pensant que c'est dans son intérêt : deux cas de figures très différents.
Il s'agira donc de distinguer les motifs et, pour approfondir la réflexion, de les mesurer au principe qui interdit de mentir. Comment ajuster l'absolu du principe à la diversité des situations et des motivations des personnes qui agissent souvent de manière hésitante?



En répondant à cette question, Kant s'oppose au philosophe français Benjamin Constant. La position de Benjamin Constant est la suivante : il serait absurde d'affirmer que la vérité est toujours moralement exigible. Le mentir est légitime quand il vise à éviter de nuire à autrui (« nul homme n'a droit à la vérité qui nuit à autrui »). La réponse de Kant est la suivante :

1. Il vaut mieux parler ici de véracité que de vérité : la question n'est pas de savoir si on doit dire la vérité mais si on doit dire ce que l'on croit être la vérité. Je puis me tromper ; mais puis-je tromper ?

2. Or la véracité est un devoir universel, car elle est source du droit : ériger en principe la possibilité d'une fausse déclaration ou d'une fausse promesse ruinerait les engagements et les contrats réciproques entre les hommes.

3. Le mensonge nuit donc toujours : sinon à un particulier, au moins à l'humanité en général.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	A-t-on le droit de mentir 	? Corrigé de 5156 mots (soit 8 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " A-t-on le droit de mentir ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • Smile69737 (Hors-ligne), le 11/04/2013 à 11H20.
  • vincent67 (Hors-ligne), le 14/05/2012 à 14H23.
  • Charybde (Hors-ligne), le 01/10/2011 à 01H18.
  • Jean0louis42230 (Hors-ligne), le 18/11/2010 à 18H17.
  • Thomas69207 (Hors-ligne), le 26/05/2010 à 26H16.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    L'homme qui ment fait en sorte qu'aucune déclaration n'ait de crédit. Ainsi il porte atteinte à la finalité interne de communicabilité et fait perdre à tous les droits, qui sont fondés sur des contrats, leur force. Même si le mensonge ne nuit pas à un homme particulier, il nuit à l'humanité en général. A quoi il faut ajouter qu'on ne peut jamais prévoir les conséquences de ses actes. Supposons, par exemple, que mon ami, voyant les assassins diriger leurs pas vers la maison, décide de s'enfuir à mon insu. En affirmant qu'il est sorti alors que je le crois à l'intérieur de la maison, j'exprime le contraire de ce que je pense, mais je dis la vérité ce qui est. Mon mensonge « bienveillant » peut ainsi mettre les assassins sur les traces de mon ami et être cause de sa mort.

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Mentir pour son avantage à soi-même est imposture, mentir pour l'avantage d'autrui est fraude, mentir pour nuire est calomnie : c'est la pire espèce de mensonge. Mentir sans profit ni préjudice de soi ni d'autrui n'est pas mentir; ce n'est pas mensonge, c'est fiction., ROUSSEAU, Rêveries..., 4Ëe promenade.

    Ajouté par webmaster

    Mentir pour son avantage à soi-même est imposture, mentir pour l'avantage d'autrui est fraude, mentir pour nuire est calomnie : c'est la pire espèce de mensonge. Mentir sans profit ni préjudice de soi ni d'autrui n'est pas mentir; ce n'est pas mensonge, c'est fiction., ROUSSEAU, Rêveries..., IVËe promenade.

    Ajouté par webmaster

    -Sans mentir, si votre ramage Sans mentir! on ment donc quelquefois? Où en sera l'enfant si vous lui apprenez que le renard ne dit -sans mentir que parce qu'il ment?, ROUSSEAU, Émile, II.

    Ajouté par webmaster

    (...) mentir c'est cacher une vérité que l'on doit manifester. Il suit bien de cette définition que taire une vérité qu'on n'est pas obligé de dire n'est pas mentir (...), ROUSSEAU, Rêveries..., IVËe promenade.

    Ajouté par webmaster

    "Si donc il appartient à quelqu'un de mentir, c'est aux gouverneurs de la cité, pour tromper les ennemis ou les citoyens, quand l'intérêt de l'État l'exige. Aucun autre n'a le droit de toucher à une chose aussi délicate." Platon, La République.

    Ajouté par webmaster

    Le -droit civil contient la plupart des matières du droit privé et c'est lui qui représente le -droit commun chez une nation (...) Pendant tout le moyen âge, l'expression «droit civil» a désigné le droit romain. Ce droit était représenté par les compilations de Justinien (...) Le -jus civile (...) comprenait à la fois le droit public et le droit privé (...) mais (...) les États modernes se gouvernaient par d'autres règles; ils avaient d'autres institutions politiques. Par suite, les jurisconsultes n'allaient plus chercher dans les recueils de Justinien que les règles du droit privé., M. PLANIOL, Traité élémentaire de droit civil, t. I, p. 10-11.

    Ajouté par webmaster

    Le -droit pénal fait certainement partie du droit public. L'État seul, représentant la nation, a le droit de punir; la poursuite et la condamnation se font en son nom., M. PLANIOL, Traité élémentaire de droit civil, t. I, p. 10.

    Ajouté par webmaster

    "Le besoin du droit naturel est aussi manifeste aujourd'hui qu'il l'a été durant des siècles et même des millénaires. Rejeter le Droit naturel revient à dire que tout droit est positif, autrement dit que le Droit est déterminé exclusivement par les législateurs et les tribunaux des différents pays." Léo Strauss, Droit naturel et histoire.

    Ajouté par webmaster

    Le titulaire du droit n'est pas, en principe, responsable du dommage qu'il cause à autrui, en exerçant son droit : c'est le sens de l'adage -Neminem lædit qui suo jure utitur., DALLOZ, Nouveau répertoire de droit, Droit, 33.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    A-t-on le droit de mentir ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo