NoCopy.net

Les droits de l'homme ne sont-ils que des principes moraux ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Les guerres ont-elles un sens ? L'existence du mal contredit-elle la toute-pu ... >>


Partager

Les droits de l'homme ne sont-ils que des principes moraux ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Les droits de l'homme ne sont-ils que des principes moraux ?



Publié le : 8/3/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Les droits de l'homme ne sont-ils que des principes moraux ?
Zoom

Est-il légitime de dire que les droits de l’homme ne peuvent, et ne doivent, être définis que comme des principes moraux ? Les critiques, tant théoriques que pratiques, dont ils sont l’objet n’est-il pas justement le signe de leur inefficacité et de leur illégitimité en tant qu’ils se prétendent être des principes moraux (c’est-à-dire les fondements premiers et irréductibles de toutes morales) ? N’est-il pas plus juste de chercher à définir les droits de l’homme autrement, c’est-à-dire de manière à ce que leur progression et leur effectivité soient garanties dans leur légitimité ?



HOMME

Le plus évolué des êtres vivants, appartenant à la famille des hominidés et à l'espèce Homo sapiens (« homme sage »).
Traditionnellement défini comme « animal doué de raison », l'homme est aussi, selon Aristote, un « animal politique ». Ce serait en effet pour qu'il puisse s'entendre avec ses semblables sur le bon, l'utile et le juste que la nature l'aurait pourvu du langage.

PRINCIPE (lat. principium, commencement)

Log. Désigne soit la proposition initiale d'une déduction dont résultent nécessairement d'autres propositions dites conséquentes, soit les lois générales de la pensée ou principes directeurs de la connaissance. principes logiques.
Épist. Ensemble des propositions directives auquel le développement d'une science est subordonné.
Méta. Cause première des choses. Ainsi, Dieu pour Pascal : « Tout par lui, tout pour lui. »
Mor. Au sens normatif, règle d'action clairement formulée.

DROIT (lat. directus, droit, conforme à une règle)

Gén. Le sens de l'adjectif latin directus, sans courbe, indique d'emblée que le droit est institué pour se conformer à une règle, voire rectifier, corriger les relations entre les hommes. Ainsi, le droit qui dit ce qui doit être s'oppose d'abord au fait (ce qui est). Il est dans l'essence du droit de s'instituer contre le fait.
Droit positif. Le droit positif est l'ensemble des règles définissant ce qui est légal, permis, et illégal, interdit, dans une société donnée. L'institution du droit positif signale la disjonction de la puissance matérielle (capacité de faire) et du pouvoir formel (droit de faire) ; nul n'est autorisé à faire tout ce qu'il peut faire : nul ne peut tout ce qu'il peut.
Droit naturel. Le droit en tant qu'il est simplement positif (posé, établi comme convention) est lui-même un fait de culture. Ainsi, les hommes n'auraient pas tous les mêmes droits. Ce qui est ici illégal serait ailleurs permis. Or, n'existe-t-il pas un droit supérieur à toute convention positive qui résulte de la nature de l'homme ? On appelle, en effet, droit naturel non pas le droit existant naturellement, mais le droit qui met en évidence la vraie nature du droit : énoncer ce qui doit être pour tous les hommes, autrement dit corriger le fait aussi bien culturel que naturel. Ce droit idéal signale la disjonction toujours possible entre ce qui est légal et ce qui est légitime. Une loi n'est pas forcément juste ; elle ne l'est qu'en rendant légal ce qui est légitime et illégal ce qui est illégitime. Est légitime « ce que tout homme peut faire également » quelles que soient ses particularités naturelles (force, sexe) et culturelles (nationalité, religion). Par droit naturel, il faut donc entendre droit rationnel : l'identité des droits est fondée sur une identité ontologique des hommes (tous les hommes ont la faculté de penser) et non sur une identité naturelle ou culturelle. Ainsi, on peut opposer la conception universaliste du droit naturel ou rationnel aux conceptions naturalistes et culturalistes des racistes. Voir égalité.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Les droits de l'homme ne sont-ils que des principes moraux ? Corrigé de 3065 mots (soit 5 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Les droits de l'homme ne sont-ils que des principes moraux ?" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



Ressource suivante

Les droits de l'homme ne sont-ils que des principes moraux ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit