DURÉE (sentiment de la)

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< DIPSOMANIE DURKHEIM (Emile) >>
Partager

DURÉE (sentiment de la)

Encyclopédie

Aperçu du corrigé : DURÉE (sentiment de la)



Document transmis par : ???


Publié le : 23/6/2012 -Format: Document en format HTML protégé

DURÉE (sentiment de la)
Zoom
  • durée : Bergson oppose le temps spatialisé, quantitatif, cad le temps de l'horloge, divisible en mois, jours, minutes, etc., au temps vécu, qualitatif, que l'on saisit intérieurement comme formant un tout, une durée, un flux continu.
  • sentiment : État affectif stable et durable lié à des représentations ou des émotions

 

 

Pour Bergson, la durée est l'expérience du temps vécu, par opposition au temps chronologique. Le temps objectif n’est qu’un « éternel présent » que l’on peut en quelque sorte découper en tranches Par la mesure, mais qui ne produit pas cette impression le continuité, cette prise de conscience d’une tension entre le passé et l’avenir que donne la durée. Les états de conscience ne se succèdent pas, ils se pénètrent ; la durée est la substance même du courant de conscience, qu’accompagne toujours un sentiment: ennui, vide, plénitude, attente... («Que le temps me dure ! »)




Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Corrigé : DURÉE (sentiment de la) Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "DURÉE (sentiment de la)" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

.1 Une fois à terre, nous fournîmes tous deux un long effort; étonné de la durée de cette détente, de l'effort qu'il me fallait faire, dans cette étreinte, pour continuer de souffler, désemparé de la durée de cette prise et de toute la chaleur massive qui sortait de mes muscles, je n'avais plus le sentiment d'aucun sport (...), Jean PRÉVOST, Plaisirs des sports, p. 94.

Ajouté par webmaster

La durée est essentiellement une continuation de ce qui n'est plus dans ce qui est. [ Durée et simultanéité ] Bergson, Henri

Ajouté par webmaster

La durée est essentiellement une continuation de ce qui n'est plus dans ce qui est. Durée et simultanéité Bergson, Henri

Ajouté par webmaster

La durée de nos passions ne dépend pas plus de nous que la durée de notre vie., LA ROCHEFOUCAULD, Maximes, V.

Ajouté par webmaster

Quand je suis des yeux, sur le cadran d'une horloge, le mouvement de l'aiguille (...) je ne mesure pas de la durée, je me borne à compter des simultanéités, ce qui est bien différent (...) La durée prend (...) la forme illusoire d'un milieu homogène, et le trait d'union entre ces deux termes, espace et durée, est la simultanéité, qu'on pourrait définir l'intersection du temps avec l'espace., H. BERGSON, Essai sur les données immédiates de la conscience, p. 80-82.

Ajouté par webmaster

(...) il faut lui accorder -(à l'éléphant) au moins l'intelligence du castor, l'adresse du singe, le sentiment du chien, et y ajouter ensuite les avantages particuliers, uniques, de la force, de la grandeur et la longue durée de la vie (...), BUFFON, Hist. nat. des animaux, L'éléphant.

Ajouté par webmaster

On entend ici par le bonheur un état, une situation telle qu'on en désirât la durée sans changement; et en cela le bonheur est différent du plaisir qui n'est qu'un sentiment agréable, mais court et passager, et qui ne peut jamais être un état., FONTENELLE, Bonheur, -in LITTRÉ.

Ajouté par webmaster

La durée vécue par notre conscience est une durée au rythme déterminé, bien différente de ce temps dont parle le physicien et qui peut emmagasiner, dans un intervalle donné, un nombre aussi grand qu'on voudra de phénomènes., H. BERGSON, Matière et Mémoire, p. 229.

Ajouté par webmaster

"On analyse en effet, une chose, mais non pas un progrès; on décompose de l'étendue, mais non pas de la durée. Ou bien, si l'on s'obstine à analyser quand même, on transforme inconsciemment le progrès en chose, et la durée en étendue." Bergson (ibidem, p.143).

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



DURÉE (sentiment de la)

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo