NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La technique peut-elle changer la condition h ... L'art modifie-t-il notre rapport à la réalité ... >>


Partager

N'échange-t-on que des biens ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : N'échange-t-on que des biens ?



Publié le : 5/1/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Si l'homme veut bien être honnête avec lui-même, il doit reconnaître qu'il pense et agit en économiste. Tout ce qu'il échange, biens, paroles, sentiments, doit d'une façon ou d'une autre servir ses intérêts. Toutefois, la notion d'échange, avant d'avoir un sens économique, a un sens moral. Si je n'aime qu'en vu d'être aimé, je nie la notion même d'amour. Nulle sociabilité possible sans échanges désintéressés.



- Le potlatch, comme pratique sociale, montre au contraire un échange dont les objets sont voués à une consommation sans usage : ce sont sans doute des biens, mais ils sont destinés à disparaître dans la surenchère des dons et contre-dons. a) Le sociologue français Marcel Mauss s'est intéressé au don dans les sociétés primitives. Étudiant les tribus du nord-ouest de l'Amérique du Nord, il reprend le vocable chinook du « potlatch », ce qui à l'origine, signifie « nourrir » ou « consommer ». Cette pratique consiste en un don obligé, qui se caractérise à la fois par l'obligation de donner et de rendre ces dons. Mauss met en avant le caractère systématique de ces pratiques, organisées en un système de rivalité : il s'agit de surenchérir sur les dons de l'autre, ce qui explique ce que Mauss appelle l'« allure agonistique » (le combat) de cette prestation. L'enjeu du don est ici l'établissement d'une hiérarchie, d'une supériorité : « donner, c'est manifester sa supériorité », commente ainsi Mauss. On le voit, le don ici n'est aucunement désintéressé. Il se comprend comme une prestation, et l'origine économique de cette métaphore est explicite à cet égard.Mais cette dimension économique n'est pas seule présente dans le « potlatch » : on ne s'échange en effet pas que des biens d'utilité, puisqu'on s'échange aussi « des politesses, des festins, des rites, des services militaires, des femmes, des enfants, des danses, des fêtes » : ces constatations amènent Mauss à définir ces dons comme une prestation sociale, engagés dans un « système de prestations totales ». En effet, une dimension politique et une dimension sacrée en gouverne le principe, au même titre que la dimension économique.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 3600 mots (soit 5 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet "N'échange-t-on que des biens ?" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé
Corrigé consulté par :
  • juniork-247203 (Hors-ligne), le 11/11/2014 é 11H14.
  • gogogo8586-246177 (Hors-ligne), le 02/11/2014 é 02H17.
  • JUSTIN02 (Hors-ligne), le 08/12/2010 é 08H19.
  • clemichou (Hors-ligne), le 08/11/2010 é 08H20.
  • Emilie67045 (Hors-ligne), le 04/05/2010 é 04H19.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit