L'emploi des temps simples de l'indicatif

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La phrase complexe La concordance des temps au discours indirect ... >>


Partager

L'emploi des temps simples de l'indicatif

Fiche de révision


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé non disponible

Le corrigé du sujet "L'emploi des temps simples de l'indicatif" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

J'avoue que certain emploi de l'imparfait de l'indicatif - de ce temps cruel qui nous présente la vie comme quelque chose d'éphémère à la fois et de passif, qui, au moment même où il retrace nos actions, les frappe d'illusion, les anéantit dans le passé sans nous laisser, comme le parfait, la consolation de l'activité - est resté pour moi une source inépuisable de mystérieuses tristesses., PROUST, Mélanges, Journées de lecture, Note.

Ajouté par webmaster

Le français, qui nous semble si simple, est une langue très difficile, pleine de menus traquenards. Je connais des étrangers qui le parlent à merveille, mais qui trébuchent encore devant l'emploi du -si avec l'indicatif., GIDE, Ainsi soit-il, p. 74.

Ajouté par webmaster

Une double répartition suffixale tend à se faire; le suffixe --age correspondant à un emploi transitif du verbe, indique une opération industrielle, une phase de fabrication, --ment, correspondant à un emploi intransitif, indique un résultat acquis; il se maintient dans les vocabulaires abstraits, en économie politique, en psychologie, etc. (...) -Arrosage et -arrosement, simples variantes morphologiques, se sont différenciés (...) l'-arrosement est le fait d'être arrosé par la pluie (...) -Barrement ne se dit plus que des chèques, -barrage a une valeur d'emploi plus large (...), J. DUBOIS, la Dérivation suffixale, p. 29-30.

Ajouté par webmaster

(...) tandis que le passé se conserve en nous par la mémoire, c'est notre imagination seule qui perçoit l'avenir. Aussi y a-t-il beaucoup plus de formes temporelles distinctes pour l'indication du passé que pour celle de l'avenir. Le verbe français ne compte pas moins de cinq temps principaux du passé, pour l'indicatif seulement : imparfait, passé simple, passé composé, passé antérieur, plus-que-parfait; et ces trois derniers temps ont des formes surcomposées, pour rendre certaines nuances de l'antériorité; cela porte à huit le nombre de nos temps du passé pour le seul mode indicatif (et encore le futur antérieur, et sa forme surcomposée n'y sont-ils pas compris). On voit si c'est avec raison que l'on a dit du français qu'il peut rendre le passé avec un véritable luxe de nuances., G. et R. LE BIDOIS, Syntaxe du franç. moderne, 720.

Ajouté par webmaster

L'indicatif, en français comme en latin, est le mode du -fait, de -l'action réalisée. L'indicatif -constate ce qui est, ce qui a été, ce qui sera : c'est le mode -objectif, alors que le subjonctif est le mode -subjectif, le mode de l'action conçue par l'esprit, et que le conditionnel est le mode de l'action douteuse, éventuelle., F. BRUNOT et Ch. BRUNEAU, Précis de grammaire historique, 808, p. 524.

Ajouté par webmaster

(...) les objets de l'arithmétique ou de la géométrie sont simples auprès de tous les autres qu'on peut se proposer d'examiner, et même les plus simples possibles, puisqu'ils se résolvent en actes des plus simples : le nombre, en l'acte de compter; une ligne, en l'acte de tracer., VALÉRY, Variété V, p. 226.

Ajouté par webmaster

Il a payé sans me laisser le temps de protester (...) Comme je ne voulais pas être en reste, il y a eu une seconde tournée (...), Michel BUTOR, l'Emploi du temps, p. 27.

Ajouté par webmaster

Racine écrit : «Quelques-uns ont pris l'intérêt de Narcisse, et -se sont plaints que j'en eusse fait un très méchant homme» (Britann., 1ËrËe préf.); ce subjonctif nous paraît bien rendre ce que l'écrivain voit d'irréel, de non justifié, dans le reproche en question(...) Quand le verbe de sentiment -(se plaindre) ... a la valeur d'un verbe déclarant, c'est l'indicatif qui convient. Ainsi, Thésée déclare : «Parlez. Phèdre se plaint que je suis outragé» (RAC., Phèdre, III, 5); comme ici il rapporte les paroles de Phèdre (Vous êtes offensé, III, 4) l'indicatif est très juste., G. et R. LE BIDOIS, la Syntaxe du franç. moderne, 1298.

Ajouté par webmaster

-Il suffit gouverne en général le subjonctif lorsqu'on se contente d'indiquer quelle est la condition suffisante sans exprimer du même coup si cette condition est réalisée ou non (...) Mais quand, au contraire, on indique à la fois la nature et la réalisation de la condition, l'indicatif se montre très légitimement (...) Ex. : «IL SUFFIT que l'on -est contente du détour...» (MOL., Fem. sav., I, 4). «Ne vous SUFFIT-IL pas que je -l'ai condamné?» (RAC., Androm., IV, 3). -Il te suffit, suivi de l'indicatif, en arrive même à signifier quelque chose de très voisin de : «il te suffit de savoir»; ex. : «Qu'il te -SUFFISE donc, pour me justifier. Que je -vis, que -j'aimai la reine le premier» (RAC., Mithr., I, 1)., J. DAMOURETTE et É. PICHON, Essai de grammaire..., 1906.

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



L'emploi des temps simples de l'indicatif

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo