NoCopy.net

L'Ennemi de  Baudelaire (Commentaire composé)

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Jean de la Bruyère, « De l'homme », Les Carac ... Le roi se meurt - Ionesco >>
Partager

L'Ennemi de  Baudelaire (Commentaire composé)

Littérature

Aperçu du corrigé : L'Ennemi de  Baudelaire (Commentaire composé)



document rémunéré

Document transmis par : AydaBarghan


Publié le : 23/1/2011 -Format: Document en format FLASH protégé

L'Ennemi de  Baudelaire (Commentaire composé)
Zoom
  • ennemi : Adversaire qui cherche à nuire.
  • Baudelaire : Charles Baudelaire (1821-1867). Écrivain français. Critique et traducteur littéraire, il est surtout connu pour son oeuvre poétique qui eut une grande influence (les Fleurs du mal, 1857).
  • composé : s'applique à une unité formée de deux mots (ou d'un radical verbal et d'un mot) ou de plusieurs suites de mots (grandmère, pot-de-vin) ou par l'ajout d'un élément préfixé à un autre mot (antibrouillard). Certains composés ne sont pas signalés par un procédé graphique (pomme de terre, point de vue); on peut les considérer aussi comme des syntagmes* lexicalisés. Composition désigne le processus qui produit des composés à partir de mots (ou radicaux) appelés composants.

L'Ennemi est l'un des poèmes du recueil le plus célèbre de Baudelaire qui s'appelle Les Fleurs du mal. Depuis l'âge de 20 ans, il écrivait des poèmes, dont quelques-uns furent publiés dans diverses revues. Enfin en 1857, Les Fleurs du mal sortent en librairie. L'ouvrage est divisé en 6 sections, de très inégale longueur. Les titres sont thématiques, constitués à partir d'un objet volontiers symbolique ( Le vin ), d'une attitude morale ou métaphysique ( Révolte ) ou d'une métaphore picturale, au réalisme trompeur ( Tableaux parisiens ). Baudelaire est pessimiste et il est soumis à la misère, à l'emprise du temps notamment. Selon lui le temps est le grand facteur de destruction et c'est un "obscure ennemi". Lors de la lecture on peut facilement constater ce que le poète veut dire par le mot "L'Ennemi". C'est le temps qui était, est et sera l'ennemie fidèle des hommes. 



Les Fleurs du Mal, L'Ennemi
1 Ma jeunesse ne fut qu'un ténébreux orage, 
Traversé çà et là par de brillants soleils ; 
Le tonnerre et la pluie ont fait un tel ravage, 
Qu'il reste en mon jardin bien peu de fruits vermeils. 
5
Voilà que j'ai touché l'automne des idées, 
Et qu'il faut employer la pelle et les râteaux 
Pour rassembler à neuf les terres inondées, 
Où l'eau creuse des trous grands comme des tombeaux. 
10
Et qui sait si les fleurs nouvelles que je rêve 
Trouveront dans ce sol lavé comme une grève 
Le mystique aliment qui ferait leur vigueur ? 

15 - Ô douleur ! ô douleur ! Le temps mange la vie, 
Et l'obscur Ennemi qui nous ronge le cour 
Du sang que nous perdons croît et se fortifie ! 




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : L'Ennemi de  Baudelaire (Commentaire composé) Corrigé de 936 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "L'Ennemi de  Baudelaire (Commentaire composé)" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • RoxaneBlck-234138 (Hors-ligne), le 06/04/2014 à 06H20.
  • coptintin (Hors-ligne), le 07/05/2011 à 07H22.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    C'est évident qu'au printemps la nature renait. Baudelaire espère que son inspiration et ses idées renaîtront encore une autre fois. Alors « les fruits vermeils » (vers 4) et « les fleurs nouvelles » (vers 9) sont les images qui mettent en scène l'inspiration poétique et la production artistique du poète. Et comme il l'indique, au dernier vers de ce tercet, il est à la recherche d'un « mystique aliment », qui évoque une valeur religieuse, pour rassembler à neuf ses nouvelles pensées. Mais le deuxième tercet évoque le problème de l'hiver qui vient mettre fin à tous ses espoirs et la présence destructrice du temps s'oppose à tout développement et à toute croissance nouvelle. Au vers 12, en disant « Ô douleur ! Ô douleur ! », Baudelaire évoque qu'il connaît bien la douleur et aussi « le temps qui mange la vie ». Cette expression est un double cri du désespoir.

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    L'État-Nation entraîne au point de vue de la paix, un grave recul. Il ressuscite les formes de la pensée, de la politique et de la dynamique tribales. Il constitue un milieu belligène beaucoup plus actif que l'ancien État monarchique. L'ennemi n'était alors que l'ennemi du roi (...) Aujourd'hui l'ennemi est l'ennemi de tous, d'où l'acharnement grandissant des guerres à partir du XIXËe siècle., Gaston BOUTHOUL, Sociologie de la politique, p. 33.

    Ajouté par webmaster

    Certains auteurs, parlant de leurs ouvrages, disent : Mon livre, mon commentaire, mon histoire, etc. - Ils sentent leurs bourgeois qui ont pignon sur rue, et toujours un «chez moi» à la bouche. Ils feraient mieux de dire : Notre livre, notre commentaire, notre histoire, etc., PASCAL, Pensées, I, 43.

    Ajouté par webmaster

    (...) et sa tête fabuleuse surmontait le front de l'homme, comme un de ces casques horribles par lesquels les anciens guerriers espéraient ajouter à la terreur de l'ennemi., BAUDELAIRE, le Spleen de Paris, VI.

    Ajouté par webmaster

    Outre -Rienzi, le Hollandais volant, Tannhäuser et -Lohengrin, il a composé -Tristan et Isolde, et quatre autres opéras formant une tétralogie, dont le sujet est tiré des -Niebelungen (...), BAUDELAIRE, l'Art romantique, XXI, III.

    Ajouté par webmaster

    .1 L'amateur de la vie fait du monde sa famille, comme l'amateur du beau sexe compose sa famille de toutes les beautés (...) comme l'amateur de tableaux vit dans une société enchantée de rêves peints sur toile., BAUDELAIRE, Curiosités esthétiques, Pl., p. 333.

    Ajouté par webmaster

    -(Le pluriel de oeil) yeux, est anomal., MALHERBE, Commentaire sur Desportes, Cartels.

    Ajouté par webmaster

    Il est, indubitable que la rime n'a été inventée que pour l'oreille., VOLTAIRE, Commentaire sur Corneille, Rem. sur Médée, I, 5.

    Ajouté par webmaster

    - Qu'est-ce qu'il risque? - Perpétuité. Nous ne fîmes aucun autre commentaire., Jean GENET, Journal du voleur, p. 65.

    Ajouté par webmaster

    Il pensa avec un pincement de coeur au commentaire aigre-doux que devait donner de ce loupé magistral le radioreporter (...), R. FALLET, le Triporteur, p. 373.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource suivante

    L'Ennemi de  Baudelaire (Commentaire composé)

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast littérature