Être juste, est ce être neutre ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Y a-t-il des vérités morales? La beauté est elle promesse de bonheur ? >>
Partager

Être juste, est ce être neutre ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Être juste, est ce être neutre ?



Publié le : 23/3/2005 -Format: Document en format FLASH protégé

	Être juste, est ce être neutre ?
Zoom
  • être : Du latin esse, « être ». 1) Verbe : exister, se trouver là. En logique, copule exprimant la relation qui unit le prédicat au sujet (exemple : l'homme est mortel). 2) Nom : ce qui est, l'étant. 3) Le fait d'être (par opposition à ce qui est, l'étant). 4) Ce qu'est une chose, son essence (exemple : l'être de l'homme). 5) Avec une majuscule (l'Être), l'être absolu, l'être parfait, Dieu.
  • juste : Qui est conforme au droit et à l'égalité des personnes.

Le terme de justice désigne un idéal universel et en même temps une vertu personnelle- on parle de justice et aussi de justes. Le juste est celui qui observe ses devoirs sans défaillance. Être juste, c'est respecter rigoureusement les droits de chacun( justicia vient du latin jus "droit"), c'est le fait d'accorder à chacun son droit. La justice se fonde alors sur le principe d'égalité( traiter tous les hommes de la même manière) et sur le principe d'équité( donner à chacun ce qu'il lui revient). Or être neutre, c'est ne pas prendre parti et traiter les individus ou les partis de manière égale, objectivement. Donc la neutralité peut rejoindre la justice. Mais la justice se résume-t-elle à la neutralité? Si un des deux partis accomplit une action mauvaise, n'est-il pas juste d'intervenir pour soutenir justement la justice?



Dès lors, la loi morale de Kant peut nous aider. En effet, l'impératif catégorique qui prescrit d'agir de telle manière que la maxime de l'action soit universalisable, ne se base pas sur un assentiment subjectif avec les actes des autres personnes mais seulement sur le devoir qu'à tout être humain, sur une règle universelle, valable pour tous qui a pour fondement une action qui ne fasse tort à personne. Ainsi, laisser faire des actes barbares au nom d'une neutralité et du respect de chaque idée, c'est se rendre coupable de faits inhumains et injustes. De plus, être neutre, c'est refuser le débat et l'opposition. Or, c'est la confrontation avec autrui qui me permet d'accéder à l'humanité, à m'élever au-dessus de ma propre individualité et de mon égoïsme. Sans débat d'idées, sans engagement dans une direction, le monde n'évoluerait et s'enfermerait dans un immobilisme sans fond. Être juste demande en fait une véritable réflexion personnelle, une éthique construite par la raison de chacun. Pour être juste, il faut être capable de transgresser les lois, de sortir de son droit et d'agir parce que notre réflexion fonde notre action.     La neutralité peut sembler, au premier abord, coïncider avec la justice et son principe d'égalité. Quand je suis neutre, je suis objectif et ne privilégie pas un camp, je traite chacun de la même manière.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Être juste, est ce être neutre ?	Corrigé de 1218 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Être juste, est ce être neutre ? " a obtenu la note de :

9 / 10

Corrigé consulté par :
  • maur (Hors-ligne), le 04/05/2011 à 04H17.
  • Mathilde37124 (Hors-ligne), le 28/03/2010 à 28H20.
  • Jean56578 (Hors-ligne), le 17/03/2010 à 17H21.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    - Démystification : l'identification ne recouvre rien de réel: la p olitique n'est pas neutre (par définition). La justice n'est au fond qu'une représentation historiquement déterminée, d ont les normes, variables, dérivent des rapports de force existants (cf. Pascal). - La véritable objectivité consiste non pas dans un refoulement de l 'intérêt pris en charge au niveau inconscient, mais au contraire dans une conscience très nette du p oint de vue auquel on se place. • Quatrième partie (synthèse). Examen des présupposés de la question. Y a-t-il incompatibilité entre cc le parti pris» e t l'exigence de justice 7 - Le présupposé fondamental de la q uestion: le parti pris risque de fausser ou d'orienter le jugement.

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Pour être historien juste et véridique, s'il faut, disent les chinois, être indifférent à toute religion. Claude Adrien Helvétius, De l'homme, de ses facultés intellectuelles et de son éducation

    Ajouté par webmaster

    Pour être historien juste et véridique, s'il faut, disent les chinois, être indifférent à toute religion? ? Claude Adrien Helvétius, De l'homme, de ses facultés intellectuelles et de son éducation

    Ajouté par webmaster

    Pour être historien juste et véridique, s'il faut, disent les chinois, être indifférent à toute religion. Claude Adrien Helvétius, De l'homme, de ses facultés intellectuelles et de son éducation, Gallica

    Ajouté par webmaster

    être un saint, c'est l'exception; être un juste, c'est la règle. Errez, défaillez, péchez, mais soyez des justes., HUGO, les Misérables, I, I, IV.

    Ajouté par webmaster

    Cette information peut être neutre, objective et n'avoir pour objet que d'élever l'esprit en l'instruisant. Elle peut aussi être partiale, filtrant les faits pour ne retenir que certains d'entre eux (...) L'information partielle et partiale se complète dans la majorité des cas d'une action d'ordre affectif., A. SAUVY, l'Opinion publique, p. 98.

    Ajouté par webmaster

    Les grammairiens d'aujourd'hui ne nous parlent plus guère du neutre; ou, s'ils en font mention quelquefois, c'est pour dire qu'il a disparu en français. Nous devons ici distinguer. Le neutre n'a disparu qu'en tant qu'il est caractérisé par une -forme spéciale soit du nom soit de l'adjectif. Mais en tant que -valeur linguistique (ou sémantique), il est loin d'être éteint. Comme le fait observer Bréal, le neutre «continue de vivre... Peut-être même en faisons-nous un plus grand usage que le latin» (-Sémantique, p. 57). Ce sont en effet des neutres, tous ces adjectifs pris (...) substantivement, -le beau, le vrai, l'honnête (...) ce sont encore des neutres, ou du moins des mots de valeur neutre, les pronoms et représentants que nous soulignons dans ces phrases : -«Il est bon de parler», «Vous me -le disiez»; à -quoi pensez-vous?», «-Qui vous amène?», G. et R. LE BIDOIS, Syntaxe du français moderne, 34.

    Ajouté par webmaster

    S'il faut être juste pour autrui, il faut être vrai pour soi; c'est un hommage que l'honnête homme doit rendre à sa propre dignité., ROUSSEAU, Rêveries..., IVËe promenade.

    Ajouté par webmaster

    Une chose n'est pas juste parce qu'elle est loi. Mais elle doit être loi parce qu'elle est juste. Mes Pensées Montesquieu, Charles de Secondat, baron de

    Ajouté par webmaster

    .1 Vous êtes fatigué, dit-elle. Ce n'est pas une question. La voix est redevenue neutre, basse, privée d'intonation, méfiante peut-être!, A. ROBBE-GRILLET, Dans le labyrinthe, p. 62.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Être juste, est ce être neutre ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo