Être libre, est-ce faire ce que l'on veut ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< L'État est-il chargé du bonheur des individu ... Puis-je connaître autrui ? >>
Partager

Être libre, est-ce faire ce que l'on veut ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Être libre, est-ce faire ce que l'on veut ?



Publié le : 19/1/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Être libre, est-ce faire ce que l'on veut ?
Zoom
  • être : Du latin esse, « être ». 1) Verbe : exister, se trouver là. En logique, copule exprimant la relation qui unit le prédicat au sujet (exemple : l'homme est mortel). 2) Nom : ce qui est, l'étant. 3) Le fait d'être (par opposition à ce qui est, l'étant). 4) Ce qu'est une chose, son essence (exemple : l'être de l'homme). 5) Avec une majuscule (l'Être), l'être absolu, l'être parfait, Dieu.
  • libre arbitre : Pouvoir de choisir. Le libre arbitre se rapproche de la liberté d'indifférence, qui est le pouvoir de choisir entre des contraires.
  • savoir-faire : Ensemble de procédés de gestes habituels permettant la réalisation régulière de certains buts.

Il paraît évident que faire ce que l'on veut, c'est être libre. Si je ne fais pas ce que je veux, c'est qu'on m'en empêche, et donc que quelque chose ou quelqu'un m'empêche d'être libre. Ici, c'est la définition même de la liberté qui est en cause ; la question posée part d'une définition, la plus courante (« faire ce que l'on veut »), et la met en cause, en ménageant la possibilité qu'elle soit insuffisante. Cette définition courante fait de la liberté l'absence d'obstacles à la réalisation de ma volonté, bref l'absence de contraintes. Or il existe évidemment toutes sortes de contraintes : des limites physiques, des prescriptions légales ou morales, etc. Toute la question est donc de savoir si la liberté est bien l'absence de contraintes, ou si au contraire il se peut que la liberté se nourrisse des contraintes ; ou, en d'autres termes, si la liberté est quelque chose qui est donnée d'avance et qui ne supporte aucune entrave, ou si au contraire la liberté est quelque chose qui se mérite et qui se construit.

La liberté désigne la possibilité d'agir à sa guise, selon ses propres choix, en ne subissant aucune domination étrangère. Le problème, c'est que si être libre, c'est faire ce que l'on veut, chacun empiètera sur la liberté de l'autre, et à terme, seul « le plus fort » sera libre. Ainsi, on peut se demander si être libre, est-ce pouvoir faire ce que l'on veut ? En effet, la liberté désigne habituellement l'état de ce qui n'est pas soumis à une contrainte. Agir librement, c'est agir sans contrainte. Paradoxalement, on remarque que si tout le monde fait ce qu'il veut, et que tout le monde ne veut pas la même chose, les désirs de chacun vont entrer en conflit, et seuls « les plus forts » seront à même de réaliser leurs volontés. Ainsi, afin d'éviter la domination du plus fort, il faut instaurer des lois que tout le monde a le devoir de respecter. Seule la loi me garantit qu'autrui ne va pas empiéter sur ma liberté. Donc pour être véritablement libre, il faut disposer d'une volonté et d'une réflexion qui nous permettent d'effectuer des choix, de prendre des décisions en renonçant parfois, s'il le faut, à nos tendances naturelles.



Si notre idée de la liberté signifie « faire ce que l'on veut », il n'est pas possible d'être complètement libre dans le sens d'une liberté parfaite et totale. En effet, il existe bon nombre de facteurs limitatifs, qui sont autant de déterminismes nous empêchant de faire ce que nous voulons. De surcroît, nos choix personnels sont motivés par divers critères qui peuvent s'opposer entre eux, par exemple le plaisir et la raison. La liberté de choix s'exprime peut-être avant tout par le fait de décider par soi-même, en dépit des déterminismes et des circonstances.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Être libre, est-ce faire ce que l'on veut ? Corrigé de 8026 mots (soit 11 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet "Être libre, est-ce faire ce que l'on veut ?" a obtenu la note de :

5.1 / 10

Corrigé consulté par :
  • adele.fendler-226772 (Hors-ligne), le 01/10/2014 à 01H13.
  • tara1311-242546 (Hors-ligne), le 24/09/2014 à 24H20.
  • gusploum-242373 (Hors-ligne), le 21/09/2014 à 21H20.
  • criminel77vh-237349 (Hors-ligne), le 27/04/2014 à 27H13.
  • totoi-178748 (Hors-ligne), le 13/02/2014 à 13H14.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    3. La liberté se conquiert en surmontant les contraintes, non en les refusant. Il n'y a plus de liberté s'il n'y a pas de contraintes. La liberté ne s'oppose aux contraintes que dans la mesure où les contraintes justement la servent. Ce qui apparaît comme une contrainte est parfois aussi la structure qui rend possible l'action. «La colombe légère, lorsque, dans son libre vol, elle fend l'air dont elle sent la résistance, pourrait s'imaginer qu'elle réussirait bien mieux encore dans le vide.» Kant, Critique de la raison pure (1781). • Kant fait apparaître que l'opposition entre liberté et contrainte ne fonctionne pas toujours. Ainsi, une colombe en vol pourrait croire que l'air la freine, mais s'il n'y avait pas d'air, elle ne pourrait pas voler du tout. Ce qui la freine est aussi ce qui la porte. De même, la notion de liberté absolue, au sens d'une complète absence de contrainte, n'a pas de sens.

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    •  « La principale perfection de l'homme est d'avoir un libre arbitre, et [...] c'est ce qui le rend digne de louange ou de blâme. » Descartes, Principes de la philosophie, 1644.
    •  « Si à un instant la roue du monde s'arrêtait et qu'il y eût là une intelligence calculatrice omnisciente pour mettre à profit cette pause, elle pourrait continuer à calculer l'avenir de chaque être jusqu'aux temps les plus éloignés et marquer chaque trace où cette roue passera désormais. » Nietzsche, Humain, trop humain, 1878.
    •  « Telle est cette liberté humaine que tous se vantent de posséder et qui consiste en cela seul que les hommes sont conscients de leurs désirs et ignorants des causes qui les déterminent. » Spinoza, Lettre à Schuller, 1674.

    Pour Spinoza, l'illusion du libre arbitre vient du fait que les hommes sont tout à fait conscients de leurs actions, mais qu'ils ignorent les causes qui les déterminent.

    •  « C'est par l'effet de [la] volonté éternelle et primitive [de Dieu] que tous les animaux se meuvent selon leur libre arbitre, et que l'homme a le pouvoir de faire tout ce qu'il veut, ou tout ce qu'il préfère d'entre les actions dont il est capable. » Maimonide, Le Guide des égarés, xiie s.

    Le libre arbitre désigne primitivement la faculté qu'aurait l'homme de pouvoir choisir (arbitrer) entre deux actions librement, c'est-à-dire indépendamment de toute contrainte externe, sans autre cause que le vouloir lui-même.

    •  « On dirait que [la plupart de ceux qui ont parlé des sentiments et des conduites humaines] conçoivent l'homme dans la Nature comme un empire dans un empire. » Spinoza, Éthique, 1677 (posth.)

    Autrement dit, ils croient à tort que l'homme est à l'origine de ses sentiments et de ses conduites et qu'il a sur ses propres actions «une puissance absolue ».

    •  « Aucun physicien ou physiologue qui étudierait minutieusement le corps de Mozart, et tout particulièrement son cerveau, ne serait capable de prédire sa Symphonie en sol mineur d'une manière détaillée. » Popper, L'Univers irrésolu, 1982.

    Rien, ni dans le cerveau de Mozart ni dans son passé proche ou lointain, ne le prédisposait à composer cette symphonie plutôt que telle autre. Ainsi, l'oeuvre d'art, dans la mesure où elle ne se laisse épuiser par aucune explication de type déterministe, témoigne au plus haut point du libre arbitre de l'homme.
     « Il faut avoir femmes, enfants, biens, et surtout de la santé, si l'on peut; mais non pas s'y attacher en manière que notre bonheur en dépende. Il faut se réserver une arrière-boutique toute nôtre, toute franche, en laquelle nous établissions notre vraie liberté et principale retraite et solitude. » Montaigne, Essais, 1580-1588.

     Le sage « est à un suprême degré l'homme qui ne relève que de lui-même ». Aristote, Éthique à Nicomaque, Ive s. av. J.-C. C'est-à-dire l'homme qui n'a besoin de personne pour juger de chaque chose et prendre ses décisions.

    être libre, ce n'est point pouvoir faire ce que l'on veut, mais c'est vouloir ce que l'on peut., SARTRE, Situations I, p. 319.

    Ajouté par webmaster

    Etre libre, ce n'est pas pouvoir faire ce que l'on veut, mais c'est vouloir ce que l'on peut. Situations (1947) Sartre, Jean-Paul

    Ajouté par webmaster

    Etre libre, ce n'est pas pouvoir faire ce que l'on veut, mais c'est vouloir ce que l'on peut. [ Situations (1947) ] Sartre, Jean-Paul

    Ajouté par webmaster

    Avant, pendant ou après l'exposition on peut aussi présenter les photographies dans un coffret spécialement créé pour elles. Cet ensemble harmonieux qui demande tant de travail est un portfolio. C'est le plus manuel des travaux photographiques et celui qui doit faire naître la poésie du bel objet. Le portfolio tient du livre pour la qualité du contact et l'intimité que l'on a avec les photos, et de l'exposition, car chaque image est libre et peut être exposée quand on veut., Michel MASSI, -in Photomagazine, n° 49, févr. 1984, p. 83.

    Ajouté par webmaster

    Du jour où l'on admet que l'on puisse abandonner le sens littéral des dogmes - et comment ne pas admettre cet abandon, si l'on consent à réfléchir? - on légitime du même coup toutes les indépendances d'interprétation, le libre examen, la libre pensée tout entière., MARTIN DU GARD, Jean Barois, La chaîne, I.

    Ajouté par webmaster

    Car toute cruche, comme dit le sage, a deux anses, et de même tout événement a deux aspects, toujours accablant si l'on veut, toujours réconfortant et consolant si l'on veut; et l'effort qu'on fait pour être heureux n'est jamais perdu., ALAIN, Propos sur le bonheur, p. 13.

    Ajouté par webmaster

    -Cette femme que j'ai laissée peindre, veut dire : à qui j'ai laissé le loisir de peindre; -cette femme que j'ai laissé peindre, veut dire : que j'ai permis que l'on peignit. En un mot, quand le pronom est régime du verbe -laisser, il détermine l'accord du participe; si au contraire il est régime de l'infinitif qui suit, le participe reste invariable. Dans le premier cas, on dira : -Cette femme que l'on a laissée faire; et dans le second : -Les maux que l'on a laissé faire; Malheureuse, tu t'es laissé charmer., LITTRÉ, Dict., art. -Laisser, Rem. 4.

    Ajouté par webmaster

    La première chose à faire si l'on veut détruire quelque opinion, elle est de s'en faire maître un peu plus que ceux mêmes qui la soutiennent le mieux. Mélange (1939) Valéry, Paul

    Ajouté par webmaster

    (...) tout événement a deux aspects, toujours accablant si l'on veut, toujours réconfortant et consolant si l'on veut (...), ALAIN, Propos sur le bonheur, p. 13.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Être libre, est-ce faire ce que l'on veut ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo