Être libre, est-ce pouvoir dire « oui ou non » ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Le conformisme est-il une absence de liberté ... La liberté se confond-elle avec la réalisatio ... >>
Partager

Être libre, est-ce pouvoir dire « oui ou non » ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Être libre, est-ce pouvoir dire « oui ou non » ?



Publié le : 24/1/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Être libre, est-ce pouvoir dire « oui ou non » ?
Zoom
  • être : Du latin esse, « être ». 1) Verbe : exister, se trouver là. En logique, copule exprimant la relation qui unit le prédicat au sujet (exemple : l'homme est mortel). 2) Nom : ce qui est, l'étant. 3) Le fait d'être (par opposition à ce qui est, l'étant). 4) Ce qu'est une chose, son essence (exemple : l'être de l'homme). 5) Avec une majuscule (l'Être), l'être absolu, l'être parfait, Dieu.
  • libre arbitre : Pouvoir de choisir. Le libre arbitre se rapproche de la liberté d'indifférence, qui est le pouvoir de choisir entre des contraires.
  • pouvoir : Du latin populaire potere, réfection du latin classique posse, «être capable de ». 1° Verbe : avoir la possibilité, la faculté de. 2° Avoir le droit, l'autorisation de. 3° Nom : puissance, aptitude à agir. 4° En politique, ressource qui permet à quelqu'un d'imposer sa volonté à un autre, autorité. 5° Employé seul (le pouvoir), les institutions exerçant l'autorité politique, le gouvernement de l'État.
  • dire : Affirmer, soutenir, tenir pour vrai.

« Dire non » signifie refuser ce que l'autre nous propose ou nous impose, s'opposer à une autre volonté que la sienne. Dire non ‘est exprimer un sentiment personnel, dire non peut être vu comme une affirmation existentialiste: si je m'oppose à autrui c'est que je possède ma propre individualité. Pour Sartre, l'homme est un choix. Pour Kant  « la liberté est une propriété de la volonté de tous les êtres raisonnables » . Ainsi lorsque je m'oppose à une autre volonté, ne puis je pas affirmer que je suis libre en exprimant la mienne?  La liberté se prouve en se réalisant, lorsque l'homme réalise sa personnalité à travers les évènements du monde, au lieu de les subir du dehors.

Cependant il semble étonnant qu'un simple mot puisse prouver toute ma liberté. Comment puis je être sûr que le simple fait de refuser quelque chose prouve qu'il s'agisse de l'expression de ma volonté?

PLAN

I Dire non comme expression existentialiste

A- Le fait de refuser ce qu'autrui pourrait m'imposer est le résultat d'un choix rationnel. En effet, la tendance instinctive est de se laisser faire, dans le sens où l'on ne s'extériorise pas donc on exprime pas sa volonté. Le consentement est alors implicite, car on n'oppose aucune résistance

Condillac, Traité des animaux


"Je veux, ne signifie pas seulement qu'un chose m'est agréable, il signifie encore qu'elle est l'objet de mon choix: or on ne choisit que parmi les choses dont on dispose. On ne dispose de rien, quand on ne fait qu'obéir à ses habitudes: on suit seulement l'impulsion donnée par les circonstances. Le droit de choisir, la liberté, n'appartient donc qu'à la réflexion. Mais les circonstances commandent les bêtes, l'homme au contraire les juge: il s'y prête, il s'y refuse, il se conduit lui même, il veut, il est libre."

B- Chez les existentialistes, la liberté s'expérimente dans tous les cas elle n'est pas seulement  liée  aux pouvoirs de la raison, . L'homme est un choix perpétuel puisqu'il est ce qu'il se fait. La liberté est le pouvoir de dire non peut donc induire une liberté existentielle. Ainsi conscience et liberté sont une seule et même chose.

Saint Thomas d'Aquin

 L'homme est libre : sans quoi conseils, exhortations, préceptes, interdictions, récompenses et châtiments seraient vains. Pour mettre en évidence cette liberté, on doit remarquer que certains êtres agissent sans discernement, comme la pierre qui tombe, et il en est ainsi de tous les êtres privés du pouvoir de connaître. D'autres, comme les animaux, agissent par un discernement, mais qui n'est pas libre. En voyant le loup, la brebis juge bon de fuir, mais par un discernement naturel et non libre, car ce discernement est l'expression d'un instinct naturel (...). Il en va de même pour tout discernement chez les animaux. Mais l'homme agit par jugement, car c'est par le pouvoir de connaître qu'il estime devoir fuir ou poursuivre une chose. Et comme un tel jugement n'est pas l'effet d'un instinct naturel, mais un acte qui procède de la raison, l'homme agit par un jugement libre qui le rend capable de diversifier son action.

II La liberté et le conditionnement

A- La liberté se prouve en se réalisant, lorsque l'homme réalise sa personnalité à travers les évènements du monde, au lieu de les subir du dehors. Cependant, le simple fait de refuser quelque chose semble insuffisant pour prouver la liberté.

Alain, Les idées et les âges


"Derrière cette ombre de liberté qui consiste à choisir, se montre aussitôt la liberté véritable qui consiste à se dominer."

B- Dire non peut être le résultat d'un conditionnement, si on m'apprend tout petit de refuser de manger du chocolat, puis je dire que je le refuse lorsque l'on me le propose parce que je l'ai choisi en totale liberté ou parce que a passivité fait que je ma plie à mon conditionnement? Comment puis je affirmer qu'un « non » peut être l'expression de ma volonté sans risquer de céder un laisser aller instinctif?

Nietzsche
En contemplant une chute d'eau, nous croyons voir dans les innombrables ondulations, serpentements, brisements des vagues, liberté de la volonté et caprice ; mais tout est nécessité, chaque mouvement peut se calculer mathématiquement. Il en est de même pour les actions humaines ; on devrait pouvoir calculer d'avance chaque action, si l'on était omniscient, et de même chaque progrès de la connaissance, chaque erreur, chaque méchanceté. L'homme agissant lui-même est, il est vrai, dans l'illusion du libre arbitre ; si à un instant la roue du monde s'arrêtait et qu'il y eût là une intelligence calculatrice omnisciente pour mettre à profit cette pause, elle pourrait continuer à calculer l'avenir de chaque être jusqu'aux temps les plus éloignés et marquer chaque trace où cette roue passera désormais. L'illusion sur soi-même de l'homme agissant, la conviction de son libre arbitre, appartient également à ce mécanisme, qui est objet de calcul.

III Dire non et choisir de dire non

A- En fait, la liberté ne consiste pas dans ce qu'on fait, mais dans la manière dont on le fait. La liberté est une attitude, celle de l'homme qui se reconnaît dans sa vie, qui approuve l'histoire du monde et des évènements. C'est pourquoi la liberté consiste souvent à "changer ses désirs plutôt que l'ordre du monde", à s'adapter à l'évolution et à l'ordre des choses

Lavelle, La puissance du Moi

"La liberté n'est pas un choix entre deux action; c'est une attitude de tout l'être par laquelle il se choisit lui même."

B- Ainsi, le fait de dire non n'est pas en soi une manifestation de ma liberté, cela dépendra des motivations de ce refus. Si je dis non, cela doit venir de choix volontaires et non pas de contraintes. On peut donc exprimer sa liberté par un consentement ou par un refus tant que les motivations de ces choix sont purement des expressions de ma volonté et non de contraintes.

Hegel
On dit volontiers : mon vouloir a été déterminé par ces "mobiles", circonstances, excitations et impulsions. La formule implique d'emblée que je me sois ici comporté de façon passive. Mais, en vérité, mon comportement n'a pas été seulement passif ; il a été actif aussi, et de façon essentielle, car c'est mon vouloir qui a assumé telles circonstances à titre de mobiles, qui les fait valoir comme mobiles. Il n'est ici aucune place pour la relation de causalité. Les circonstances ne jouent point le rôle de causes et mon vouloir n'est pas l'effet de ces circonstances. La relation causale implique que ce qui est contenu dans la cause s'ensuive nécessairement. Mais, en tant que réflexion, je puis dépasser toute détermination posée par les circonstances. Dans la mesure où l'homme allègue qu'il a été entraîné par des circonstances, des excitations, etc., il entend par là rejeter, pour ainsi dire, hors de lui-même sa propre conduite, mais ainsi il se réduit tout simplement à l'état d'essence non-libre ou naturelle, alors que sa conduite, en vérité, est toujours sienne, non celle d'un autre ni l'effet de quelque chose qui existe hors de lui. Les circonstances ou mobiles n'ont jamais sur les hommes que le pouvoir qu'il leur accorde lui-même

 



C'est pourquoi la liberté consiste souvent à "changer ses désirs plutôt que l'ordre du monde", à s'adapter à l'évolution et à l'ordre des choses   Lavelle, La puissance du Moi "La liberté n'est pas un choix entre deux action; c'est une attitude de tout l'être par laquelle il se choisit lui même."   B- Ainsi, le fait de dire non n'est pas en soi une manifestation de ma liberté, cela dépendra des motivations de ce refus. Si je dis non, cela doit venir de choix volontaires et non pas de contraintes. On peut donc exprimer sa liberté par un consentement ou par un refus tant que les motivations de ces choix sont purement des expressions de ma volonté et non de contraintes.   Hegel On dit volontiers : mon vouloir a été déterminé par ces "mobiles", circonstances, excitations et impulsions. La formule implique d'emblée que je me sois ici comporté de façon passive. Mais, en vérité, mon comportement n'a pas été seulement passif ; il a été actif aussi, et de façon essentielle, car c'est mon vouloir qui a assumé telles circonstances à titre de mobiles, qui les fait valoir comme mobiles. Il n'est ici aucune place pour la relation de causalité. Les circonstances ne jouent point le rôle de causes et mon vouloir n'est pas l'effet de ces circonstances. La relation causale implique que ce qui est contenu dans la cause s'ensuive nécessairement.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Être libre, est-ce pouvoir dire « oui ou non » ? Corrigé de 4934 mots (soit 7 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet "Être libre, est-ce pouvoir dire « oui ou non » ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • marie43-236340 (Hors-ligne), le 14/04/2014 à 14H14.
  • caro27 (Hors-ligne), le 18/01/2012 à 18H07.
  • Pikly (Hors-ligne), le 01/11/2011 à 01H16.
  • Sandrine67819 (Hors-ligne), le 12/10/2011 à 12H22.
  • Jezabel (Hors-ligne), le 24/09/2011 à 24H18.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    -(Le mondain) qui s'imagine être vraiment libre, parce qu'il est en effet trop libre de pécher, c'est-à-dire libre à se perdre, et qui ne s'aperçoit qu'il forge ses fers par l'usage de sa liberté prétendue (...), BOSSUET, IV, Vêture, I, -in LITTRÉ.

    Ajouté par webmaster

    -(L'homme) n'appartient qu'à lui-même, car c'est un être libre, c'est-à-dire un être moral., RENAN (-in Julien BENDA, la Trahison des clercs, p. 143).

    Ajouté par webmaster

    être libre, ce n'est point pouvoir faire ce que l'on veut, mais c'est vouloir ce que l'on peut., SARTRE, Situations I, p. 319.

    Ajouté par webmaster

    Etre libre, ce n'est pas pouvoir faire ce que l'on veut, mais c'est vouloir ce que l'on peut. Situations (1947) Sartre, Jean-Paul

    Ajouté par webmaster

    Etre libre, ce n'est pas pouvoir faire ce que l'on veut, mais c'est vouloir ce que l'on peut. [ Situations (1947) ] Sartre, Jean-Paul

    Ajouté par webmaster

    LE POUVOIR ET LA LIBERTÉ "Le pouvoir le plus énergique est justement celui qui voudrait avoir l'approbation de l'homme libre. Donc la force laisse ici ses baïonnettes, et veut séduire." Alain, Propos Il, 1921.

    Ajouté par webmaster

    On demandera peut-être (car on devient curieux) combien de gens en France ont le droit ou le pouvoir d'emprisonner qui bon leur semble, sans être tenus de dire pourquoi (...), P.-L. COURIER, Lettres, IV.

    Ajouté par webmaster

    Les uns, donc, ayant rêvé que l'homme était libre, sans pouvoir dire au juste ce qu'ils entendaient par ces mots, les autres, aussitôt, imaginèrent et soutinrent qu'il ne l'était pas. Ils parlèrent de fatalité, de nécessité, et, beaucoup plus tard, de déterminisme (...), VALÉRY, Regards sur le monde actuel, p. 50.

    Ajouté par webmaster

    Le plus libre de tous les hommes est celui qui peut être libre dans l'esclavage même. Fénelon, Les Aventures de Télémaque.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Être libre, est-ce pouvoir dire « oui ou non » ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo