LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Quelle place la réflexion sur le vivant peut- ... En quel sens peut-on dire de l'homme qu'il es ... >>


Partager

Un être vivant peut-il être assimilé à une machine ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Un être vivant peut-il être assimilé à une machine ?



Publié le : 9/4/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Un être vivant peut-il être assimilé à une machine ?
Zoom

Si on a pu comparer le vivant à une machine, c'est qu'ils sont différents, mais ont despoints communs. Un concept fait la frontière entre les deux: celui de spontanéité. La spontanéité étant le propre des êtres humains, certains philosophes y ont vu l'expression d'une force vitale, qui serait une propriété du vivant un peu comme la force de gravitation serait une propriété des masses. La problématique est donnée par cette conception : elle consiste à l'interroger. Y a-t-il une telle force vitale?
On possédera tous les éléments du débat quand on saura qu'à cette conception vitaliste (spiritualiste) s'oppose une conception mécaniste (matérialiste) du vivant, qui n'y voit que machine, ou qui, du moins, se sert de la machine comme d'un modèle pour penser le corps. Cette tradition remonte à Descartes (1596-1650), et sera illustrée plus tard par La Mettrie (1709-1751). Ce modèle est-il valable ? Un être vivant peut-il être assimilé à une machine ?


  • I L' Ame Principe de Vie ( Aristote et le Vitalisme )

a) vivant et non-vivant
b) trois types de vivants, trois types d' âmes

  • II Les Vivants sont des Machines ( Descartes et le mécanisme )

a) le contexte de la science moderne
b) la thèse des animaux-machines
( Discours de la méthode, 5è partie, Descartes )
c) mécanisme et finalisme

  • III Les Difficultés du Mécanisme ( Kant et la biologie )

a) spécificité du vivant
(Critique de la faculté de juger, Kant)
b) les acquis de la biologie contemporaine
(Le hasard et la nécessité, Jacques Monod )
- téléonomie
- morphogénèse
- invariance reproductive



Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 3214 mots (soit 5 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet "Un être vivant peut-il être assimilé à une machine ?" a obtenu la note de :

7.9 / 10

Corrigé consulté par :
  • gg423-257541 (Hors-ligne), le 29/03/2015 é 29H19.
  • cesar11-253792 (Hors-ligne), le 01/02/2015 é 01H23.
  • princessebeyonce-240 (Hors-ligne), le 29/05/2014 é 29H14.
  • Marinou0606-236529 (Hors-ligne), le 16/04/2014 é 16H18.
  • vinckilin-204644 (Hors-ligne), le 19/03/2014 é 19H17.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    1er temps : légitimer le sujet

    Des prothèses viennent se substituer aux bras et aux jambes naturels, des pace-makers viennent aider nos coeurs à battre, on peut maintenir un corps en vie grâce à la respiration artificielle : dans tous ces cas, la machine vient aider le vivant qui défaille, comme si elle pouvait, dans certains cas, se substituer à lui, ou à certaines de ses parties pour préserver l' intégrité de l' organisme. Allons plus loin : si cette hybridation entre le vivant et la machine est possible, n'est-elle pas due à l' assimilation possible des organes vitaux, à des machines ou des pièces mécaniques ? Si l' analogie entre un oeil et une caméra semble assez problématique, il est indubitable que le coeur ressemble à une pompe, que les veines peuvent être comparées à des tuyaux et la rotule à un rouage complexe finement articulé. De même, on rapproche souvent le fonctionnement du cerveau de celui d' un ordinateur. L' ensemble de ces analogies semble inciter à identifier le fonctionnement d' un être vivant à celui d' une machine. Un être vivant, c' est-à-dire un être animé, des plantes aux hommes, en passant par les animaux. Soulignons donc que le vivant est irréductible à la conscience : le domaine du vivant excède le domaine de la conscience.

    2è temps : souligner les difficultés du rapprochement

    Toutefois, cette analogie dans le fonctionnement d'un être vivant et dans celui d' une machine peut-il suffire à identifier un vivant et une machine ? Car si le fonctionnement présente des analogies, l'origine d'une machine semble distincte de celle d'un vivant : les machines sont faites de main d'homme, elles sont artificielles. Si le bois naît du bois, un lit ne naît pas d'un autre lit, il naît de la confection d' un artisan qui seul opère la transformation du bois en lit. Cette différence dans l' origine se redouble d' une différence dans la destination : une machine, en tant qu' elle est un assemblage d'éléments matériels interdépendants - assemblage mu par une force externe -, semble finalisée, au sens où elle répond à une fonction pour laquelle elle est programmée, ce qui ne semble pas être le cas d' un être vivant. Ce n' est pas exactement qu'il y ait une finalité dans la machine tandis qu' il n' y en aurait pas dans le vivant, c'est qu'il s' agit de finalités différentes : tout dans un être vivant semble destiné à préserver son intégrité. Les blessures cicatrisent, l' organisme lutte contre les maladies, alors qu' une machine ne se sépare pas d' elle même : elle tient son principe de mouvement hors d' elle même, au sens où spontanément elle ne se met pas en route d' elle même pas plus qu' elle ne s' entretient spontanément. L' automacité dans le fonctionnement d' une machine semble donc devoir être distingué de la spontanéité des actions du vivant.

    3è temps : problématique

    Ainsi, à assimiler vivant et machine, un triple difficulté surgit : - une difficulté quant au statut du naturel : opérer l' identification entre être vivant et machine semble brouiller les distinctions entre le naturel et l' artificiel. Peut-on se fier à cette distinction ? - une difficulté quant à la frontière séparant la vie de ce qui est non-vivant, comme si cette frontière intuitivement évidente venait à être contestée lorsqu' on assimile machine et vivant. Où tracer la démarcation ? - une difficulté quant à la question de la finalité : n' est-on pas en train de confondre des types de finalités irréductibles qu' il faut distinguer avec soin ?

    4è temps : l' enjeu, la réduction du biologique au mécanique

    Ces trois difficultés se conjuguent pour faire de l' entreprise d' assimilation du vivant à une machine, une démarche réductionniste, dans la mesure où on réduirait ce faisant le biologique au mécanique ou au physico-chimique, niant la spécificité du vivant par rapport à la matière inerte. L'assimilation entre vivant et machine est donc aussi tentante qu' elle est problématique. Peut-on tenir cette assimilation pour une entreprise justifiée, où ne rencontre-t-elle pas des limites au-delà desquelles elle ne saurait aller ? Et à supposer qu' on conteste la pertinence de l' identité entre vivant et machine, l' assimilation pourrait rester féconde à titre d' hypothèse scientifique pour expliquer, aussi loin que possible, le vivant en des termes mécaniques. L' assimilation entre vivant et machine ne pourrait-elle pas être à la fois ontologique et épistémologique ?

    Ajouté par Emmanuel9082

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit