Évadné - René CHAR, Seuls demeurent (commentaire)

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La fonction de la littérature (roman, poésie, ... Citations sur René CHAR >>
Partager

Évadné - René CHAR, Seuls demeurent (commentaire)

Littérature

Aperçu du corrigé : Évadné - René CHAR, Seuls demeurent (commentaire)



document rémunéré

Document transmis par : Aurore48599


Publié le : 20/2/2011 -Format: Document en format FLASH protégé

Évadné - René CHAR, Seuls demeurent (commentaire)
Zoom
  • seul : Isolé, retiré du commerce des hommes.

Vous ferez de ce texte un commentaire composé de façon à mettre en lumière sa richesse poétique. Vous pourrez, par exemple, montrer comment la puissance suggestive des mots et des images traduit à la fois l'éblouissement amoureux et la splendeur native du monde. Vous vous abstiendrez seulement de présenter un commentaire linéaire et de dissocier artificiellement le fond et la forme.



L'été et notre vie étions d'un seul tenant
La campagne mangeait la couleur de ta jupe odorante Avidité et contrainte s'étaient réconciliées
Le château de Maubec s'enfonçait dans l'argile Bientôt s'effondrerait le roulis de sa lyre.
La violence des plantes nous faisait vaciller
Un corbeau rameur sombre déviant de l'escadre Sur le muet silex de midi écartelé
Accompagnait notre entente aux mouvements tendres La faucille partout devait se reposer
Notre rareté commençait un règne
(Le vent insomnieux qui nous ride la paupière En tournant chaque nuit la page consentie Veut que chaque part de toi que je retienne
Soit étendue à un pays d'âge affamé et de larmier géant)
C'était au début d'adorables années
La terre nous aimait un peu je me souviens.


René CHAR, Seuls demeurent, 1945


(1) Personnage féminin de la mythologie grecque qui évoque la femme idéale.
(2) Site de Provence.
(3) Ce mot qui désigne un élément architectural et la zone temporale de la tête du cheval est ici employé aussi pour sa consonance avec le mot larme.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Évadné - René CHAR, Seuls demeurent (commentaire) Corrigé de 2451 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Évadné - René CHAR, Seuls demeurent (commentaire)" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • fsu-201543 (Hors-ligne), le 07/04/2013 à 07H22.
  • caro.greg1 (Hors-ligne), le 20/05/2012 à 20H16.
  • marie le (Hors-ligne), le 31/03/2012 à 31H16.
  • marie le (Hors-ligne), le 31/03/2012 à 31H15.
  • lu7tec (Hors-ligne), le 26/06/2011 à 26H22.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    III. L'union avec la Nature. Dans cet Eden, ne règne pas seulement l'entente des membres du couple mais aussi: 1. L'entente paradoxale des concepts. (v. 3) « Avidité et contrainte s'étaient réconciliées ». Le premier terme désigne quelque chose d'effréné, le second est au contraire l'expression de la retenue. Dans l'Eden les contraires trouvent leur résolution. 2. L'accord de l'Homme et du monde. a) Cet accord est présent dès le premier vers, et il conclut le poème : — (v. 1) « L'été et notre vie étions d'un tenant » ; on remarquera l'accord, grammaticalement très libre, du verbe à la 1re personne du pluriel (à tirer, pour le sens, de « notre vie »), qui souligne d'autant plus l'unité du couple et du monde qui l'entoure ; — dernier vers «La terre nous aimait un peu je me souviens » ; la modestie de « un peu » est contrariée par l'effet global du sujet « la terre ».

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Il est midi, chardonneret. Le seneçon est là qui brille., René CHAR, les Matinaux, p. 27.

    Ajouté par webmaster

    Je te chéris cependant que dérive la lourde pinasse de la mort., René CHAR, les Matinaux, p. 89.

    Ajouté par webmaster

    La terre feule, les nuits de pariade. Un complot de branches mortes n'y pourrait tenir., René CHAR, les Matinaux, p. 94.

    Ajouté par webmaster

    Si ce que je te montre et ce que je te donne te semblent moindres que ce que je te cache, ma balance est pauvre, ma glane est sans vertu., René CHAR, les Matinaux, p. 134.

    Ajouté par webmaster

    En dépit de tous les efforts déployés par René Blouin, les résultats demeurent somme toute modestes. Pierre Duchesne, Jacques Parizeau

    Ajouté par webmaster

    Pioche! enjoignait la virole. Saigne! répétait le couteau. Et l'on m'arrachait la mémoire, On martyrisait mon chaos., René CHAR, les Matinaux, p. 46.

    Ajouté par webmaster

    Je marchais parmi les bosses d'une terre écurée, les haleines secrètes, les plantes sans mémoire., René CHAR, les Matinaux, p. 64 (1950).

    Ajouté par webmaster

    L'Histoire n'est que le revers de la tenue des maîtres. Aussi une terre d'effroi où chasse le lycaon et que racle la vipère., René CHAR, les Matinaux, p. 153.

    Ajouté par webmaster

    Le vipereau restera froid jusqu'à la mort nombreuse, car, n'étant d'aucune paroisse, il est meurtrier devant toutes., René CHAR, les Matinaux, p. 129.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Évadné - René CHAR, Seuls demeurent (commentaire)

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast littérature