Exister, est-ce simplement vivre ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Quelle différence y a-t-il entre être et exis ... Les objets techniques nous imposent-ils une f ... >>


Partager

Exister, est-ce simplement vivre ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Exister, est-ce simplement vivre ?



Publié le : 1/1/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Ce corrigé vous sera utile pour ces autres sujets voisins

Exister, est-ce simplement vivre ?
Zoom

Ces termes sont, dans la langue courante, presque synonymes. Aussi convient-il de proposer ici quelques éléments qui permettent de les distinguer.
Vivre, c'est simplement la capacité de résister, par l'exercice de ses fonctions biologiques à la disparition, cad à la mort. L'homme partage cette faculté avec les autres êtres vivants. Est-ce à dire pour autant que eux aussi "existent" ? Oui, si l'on prend le terme "exister" dans son sens le plus banal, celui "d'être". Mais il faut alors souligner que l'existence possède une extension bien plus large que la vie.
Si, en revanche, l'on prend dans un sens plus précis et plus restreint, on peut considérer que la seule véritable existence est celle qui prend conscience d'elle-même comme existence. Ainsi, on se trouverait face à une caractéristique du sujet pensant. Voilà les différentes nuances qu'il est utiles d'introduire avant de se lancer dans l'étude de ce sujet.

Ce sujet invite à penser en parallèle deux notions. On remarquera que la question ne porte pas sur une simple comparaison, mais qu'elle demande si exister se réduit à vivre, ce qui suppose au départ que vivre est quelque chose de moins qu'exister.
Ceci doit nous orienter vers un sens particulier du verbe exister «, car en certains sens, vivre est plus qu'exister. Par exemple, la pierre, l'eau existent bien, mais ne vivent pas (sinon en un sens figuré). La question posée exclut donc qu'on réduise l'idée d'existence au simple "

 



De même, Épicure dira qu'il ne faut assouvir que les désirs naturels et nécessaires. Le plaisir ou la satisfaction du désir est un bien. Mais s'il affirme que l'homme doit s'employer à rechercher le plaisir pour être heureux, il ne doit pas en faire la visée ultime ou le but de toutes ses actions. Le plaisir ne doit pas être recherché pour lui-même, mais seulement pour éviter la souffrance et avoir la paix de l'âme. Le bonheur n'est pas le fruit de la luxure : « Ce ne sont pas les beuveries et les orgies continuelles, les jouissances des jeunes garçons et des femmes, les poissons et autres mets qu'offrent une table de luxueuse qui engendrent une vie heureuse, mais la raison vigilante qui recherche minutieusement les motifs de ce qu'il faut choisir et de ce qu'il faut éviter et qui rejette les vaines opinions, grâce auxquelles le plus grande trouble s'empare des âmes « (« Lettre à Ménécée «). Aussi Épicure distingue-t-il : Les désirs naturels et nécessaires au bien-être du corps et de l'âme, qui s'appliquent aux objets susceptibles de supprimer la douleur, tels la boisson qui étanche la soif ou la pain qui calme la faim. Les désirs naturels et non nécessaires. Les objets de ces derniers sont, par exemple, les mets délicats qui permettent de varier le plaisir. Ces désirs ne sont naturels que pour autant qu'ils ne se transforment pas en débauche. Ainsi, le désir sexuel est naturel à condition qu'il ne devienne pas « un appétit violent des plaisirs sexuels assorti de fureur et de tourment «. Les désirs ni naturels ni nécessaires qu'il faut refouler si l'on veut connaître la sérénité (désirs de gloire, de richesse, d'immortalité, ambition...). Ces désirs sont de « vaines opinions « qui trouvent leur origine dans la crainte de la mort, notamment. Épicure nous invite donc à mettre fin à tous les plaisirs non naturels et non nécessaires qui occasionnent le plus souvent des désagréments, des frustrations, qui freinent l'accès à l'ataraxie (absence de trouble ou de douleur).




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Exister, est-ce simplement vivre ? Corrigé de 5003 mots (soit 7 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Exister, est-ce simplement vivre ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • vansofkat-269274 (Hors-ligne), le 02/01/2016 é 02H22.
  • gustavebatteur-26898 (Hors-ligne), le 30/12/2015 é 30H13.
  • bene-247725 (Hors-ligne), le 16/11/2014 é 16H19.
  • barza-247368 (Hors-ligne), le 12/11/2014 é 12H19.
  • Chloey (Hors-ligne), le 04/02/2013 é 04H00.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Exister, est-ce simplement vivre ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit