LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Explication de texte : Sartre, L'existentia ... Jean-Jacques Rousseau, Emile ou l'éducation ( ... >>


Partager

Explication du texte de Rousseau, Emile ou L'Éducation, Livre IV

Philosophie

Aperçu du corrigé : Explication du texte de Rousseau, Emile ou L'Éducation, Livre IV



document rémunéré

Document transmis par : ???


Publié le : 17/9/2012 -Format: Document en format HTML protégé

Explication du texte de Rousseau, Emile ou L'Éducation, Livre IV
Zoom

  Texte :

Je considérais cette diversité de sectes qui règnent sur la terre et qui s’accusent mutuellement de mensonge et d’erreur; je demandais: Quelle est la bonne? Chacun me répondait: C’est la mienne; chacun disait: Moi seul et mes partisans pensons juste; tous les autres sont dans l’erreur. Et comment savez-vous que votre secte est la bonne? Parce que Dieu l’a dît [...].
Dieu a parlé! voilà certes un grand mot. Et à qui a-t-il parlé? Il a parlé aux hommes. Pourquoi donc n’en ai-je rien entendu? Il a chargé d’autres hommes de vous rendre sa parole. J’entends! ce sont des hommes qui vont me dire ce que Dieu a dit. J’aimerais mieux avoir entendu Dieu lui-même; il ne lui en aurait pas coûté davantage, et j’aurais été à l’abri de la séduction. Il vous en garantit en manifestant la mission de ses envoyés. Comment cela? Par des prodiges. Et où sont ces prodiges? Dans les livres. Et qui a fait ces livres? Des hommes. Et qui a vu ces prodiges? Des hommes qui les attestent. Quoi! toujours des témoignages humains! toujours des hommes qui me rapportent ce que d’autres hommes ont rapporté! que d’hommes entre Dieu et moi ! [...]
Voilà le scepticisme involontaire où je suis resté; mais ce scepticisme ne m’est nullement pénible, parce qu’il ne s’étend pas aux points essentiels à la pratique, et que je suis bien décidé sur les principes de tous mes devoirs. Je sers Dieu dans la simplicité de mon coeur. Je ne cherche à savoir que ce qui importe à ma conduite. Quant aux dogmes qui n’influent ni sur les actions ni sur la morale, et dont tant de gens se tourmentent, je ne m’en mets nullement en peine. Je regarde toutes les religions particulières comme autant d’institutions salutaires qui prescrivent dans chaque pays une manière uniforme d’honorer Dieu par un culte public, et qui peuvent toutes avoir leurs raisons dans le climat, dans le gouvernement, dans le génie du peuple, ou dans quelque autre cause locale qui rend l’une préférable à l’autre, selon les temps et les lieux. Je les crois toutes bonnes quand on y sert Dieu convenablement. Le culte essentiel est celui du coeur. Dieu n’en rejette point l’hommage, quand il est sincère, sous quelque forme qu’il lui soit offert. 

Jean-Jacques Rousseau, Emile ou l'éducation (1792)




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2090 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Explication du texte de Rousseau, Emile ou L'Éducation, Livre IV" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Rousseau " Conscience, conscience, conscience ! instinct divin, immortelle et céleste voix ; guide assuré d’un être ignorant et borné, mais intelligent et libre ; juge infaillible du bien et du mal, qui rend l’homme semblable à Dieu, c’est toi qui fais l’excellence de sa nature et la moralité de ses actions. " (Rousseau, Émile ou De l’éducation, 1762, livre IV, GF-Flammarion, 1966, p. 378)

Ajouté par webmaster

La plus utile règle de toute l'éducation ? Ce n'est pas de gagner du temps, c'est d'en perdre. Jean-Jacques Rousseau, Émile ou De l'Éducation.

Ajouté par webmaster

On façonne les plantes par la culture, et les hommes par l'éducation (...) Tout ce que nous n'avons pas à notre naissance et dont nous avons besoin étant grands, nous est donné par l'éducation. Cette éducation nous vient de la nature, ou des hommes ou des choses... L'éducation n'est certainement qu'une habitude., ROUSSEAU, Émile, I ( aussi Approprier, cit. 3; babillard, cit. 5; condition, cit. 15; désobéir, cit. 6; correspondance, cit. 2).

Ajouté par webmaster

l'éducation de l'homme commence à sa naissance; avant de parler, avant que d'entendre, il s'instruit déjà. Emile ou De l'éducation (1762) Rousseau, Jean-Jacques

Ajouté par webmaster

De pareilles vétilles surchargent inutilement l'appareil de notes nécessaires à l'explication d'un texte, et le premier devoir d'un éditeur est d'en épargner la lecture au curieux qui n'en a que faire, et de déblayer le terrain devant lui, non d'accroître sa tâche en l'obligeant à une discrimination surérogatoire entre l'essentiel et le superflu., Émile HENRIOT, les Romantiques, p. 233.

Ajouté par webmaster

Les mémoires sont alors une explication des opinions et des théories, explication dont on pourrait se passer à la rigueur, mais qui a son sens, son utilité et son prix., Émile FAGUET, Études littéraires, XVIIIËe s., p. 388.

Ajouté par webmaster

Pour l'arracher à ces donneuses d'éducation (...), ROUSSEAU, Émile, IV.

Ajouté par webmaster

Le pauvre n'a pas besoin d'éducation; celle de son état est forcée, il n'en saurait avoir d'autre; au contraire, l'éducation que le riche reçoit de son état est celle qui convient le moins et pour lui-même et pour la société., ROUSSEAU, Émile, I.

Ajouté par webmaster

Avec notre éducation babillarde, nous ne faisons que des babillards., ROUSSEAU, Émile, III.

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo