LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< L'histoire des hommes est-elle uniquement dét ... Le savoir de l'historien est-il vérifiable ? >>


Partager

Faire l'histoire, est-ce juger le passé ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Faire l'histoire, est-ce juger le passé ?



Publié le : 21/3/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Faire l'histoire, est-ce juger le passé ?
Zoom

L'historien porte-t-il un jugement de valeur sur l'histoire ? Ou, au contraire, son travail de reconstruction du passé est-il neutre et objectif ? Dès lors, quelle objectivité pour l'histoire ?

Si l'historien porte des jugements de valeur sur l'histoire, sur quoi ces derniers portent-ils ? Sur les actions individuelles ? Sur des conduites collectives ? Voire sur une époque ?

De plus, au nom de quoi juger le passé ? Le jugement de l'historien n'est-il pas marqué les idéologies de son époque qui peuvent fausser son appréciation sur le passé ?



Pour lui, la réalité historique est « équivoque et inépuisable «. Valéry dit que l'histoire « justifie ce que l'on veut «. Dans sa richesse hétéroclite, il y a toujours de quoi justifier n'importe quelle position a priori de l'historien. L'historien se projette dans l'histoire avec ses valeurs et ses passions. Il ne saurait survoler l'histoire, la constituer du point de vue de Sirius, car il est homme lui-même, il vit dans l'histoire, il appartient à une époque, à un pays, à une classe sociale. Il est lui-même prisonnier du cours de l'histoire. L'histoire science (l'  « Historie « disent les Allemands) est un acte de l'historien et cet acte lui-même un événement historique, il appartient à la réalité historique (« Geschichte «). C'est pourquoi toute science historique, elle-même moment de l'histoire, serait condamnée à une relativité, à une subjectivité irrémédiable : « La conscience de l'histoire est une conscience dans l'histoire. «         

Ceci exclut toute possibilité de tirer de l'histoire des « leçons «. Car l'historien ne tire pas sa philosophie ou sa morale de ses connaissances historiques.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2644 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Faire l'histoire, est-ce juger le passé ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • Ophelie27559 (Hors-ligne), le 01/12/2009 é 01H18.
  • Nicolas30465 (Hors-ligne), le 22/04/2009 é 22H14.
  • Merylcf (Hors-ligne), le 00/00/0000 é 00H00.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Nous avons coutume, lorsque nous considérons des actes humains, de leur attribuer une valeur, de les juger comme bons ou mauvais, justes ou injustes, lâches ou courageux. Cela vaut-il également pour les actes que nous étudions lorsque nous faisons de l'histoire? Cette recherche consiste-t-elle à juger le passé?
     Après avoir examiné les motifs qui nous incitent à juger le passé, nous nous demanderons si cette attitude correspond véritablement à la démarche de l'historien; enfin nous nous demanderons s'il est véritablement possible de penser une approche historique objective au point de suspendre tout jugement.
     

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit