Faire son devoir, est-ce renoncer à sa liberté ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La liberté se définit-elle comme un pouvoir d ... N'est-on moral que par intérêt ? >>
Partager

Faire son devoir, est-ce renoncer à sa liberté ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Faire son devoir, est-ce renoncer à sa liberté ?



Publié le : 19/8/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Faire son devoir, est-ce renoncer à sa liberté ?
Zoom
  • savoir-faire : Ensemble de procédés de gestes habituels permettant la réalisation régulière de certains buts.
  • devoir : 1) Obligation morale, opposée à obligation juridique; le devoir est une obligation interne au sujet, l'obligation juridique une obligation externe (une contrainte). 2) Le problème sous-jacent consistant à trouver le fondement de cette obligation, Kant fera du devoir un absolu: "Le devoir est la nécessité d'accomplir l'action par pur respect pour la loi." 3) Un devoir: tout ce qui correspond à une obligation morale.
  • renoncer : Abandonner un droit, une idée, se défaire, se dessaisir, se démettre.
  • liberté : Ce mot, en philosophie a trois sens : 1° Libre arbitre. Pouvoir mystérieux de choisir entre les motifs qui me sollicitent sans être déterminé par aucun d'eux. 2° Liberté de spontanéité. S'oppose non plus au déterminisme mais à la contrainte : état de celui qui agit sans être contraint par une force extérieure. 3° Liberté du sage. État de celui qui est délivré des passions et agit à la lumière de la raison.

Qu'est-ce qu'être libre ? Doit-on pour le définir se fier à ses sentiments et impressions, qui invitent à admettre que la liberté consiste à faire ce que l'on veut quand et comme on veut, sans jamais se préoccuper de ce que l'on devrait faire ? Faut-il au contraire admettre que la vraie liberté ne se conçoit que dans un cadre collectif, qui fait immédiatement surgir un certain nombre de règles et de devoirs, nous autorisant certains comportements mais nous en interdisant d'autres ? Dans ce cas, comment concilier liberté et devoir, ou comment comprendre la nécessité de leur coexistence ? Faire son devoir, est-ce renoncer à sa liberté, ou au contraire l'accomplir ?



L'obéissance au seul appétit est esclavage et l'obéissance à la loi qu'on s'est prescrite est liberté. (Du Contrat Social) La liberté ne consiste pas à suivre nos désirs. Elle n'est pas dans l'absence de contraintes mais dans le libre choix des contraintes que l'on se donne à soi-même. On peut appliquer cette idée au peuple. Un peuple libre est celui qui se donne à lui-même ses propres lois, ce qui définit la démocratie. Cette liberté n'est plus abstraite, et il apparaît que le devoir d'obéissance à la loi collective, loin de lui être contraire, constitue en fait sa condition de possibilité. L'homme n'est libre qu'en obéissant à la loi pour remplir les devoirs que le corps social lui impose : cela doit s'entendre, non plus pour un individu solitaire (qui peut, à la rigueur, vivre sans lois ni devoirs), mais pour une collectivité humaine - en dehors de quoi il n'y a guère, en effet, d'être humain. Faire son devoir, dans cette optique, c'est respecter ce qu'a décidé le versant social de la volonté (par où chacun participe à la « volonté générale »), et cela confirme que chacun doit semblablement la respecter, parce que ce n'est que de cette façon qu'est possible une liberté commune ou partagée. Pour obtenir la suite et la fin de ce devoir un second et dernier code PassUp vous est demandé. CITATIONS: « Le devoir est la nécessité d'accomplir une action par respect pour la loi.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Faire son devoir, est-ce renoncer à sa liberté ? Corrigé de 4488 mots (soit 7 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet "Faire son devoir, est-ce renoncer à sa liberté ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • Ronan-238789 (Hors-ligne), le 11/05/2014 à 11H13.
  • leocamp-237403 (Hors-ligne), le 27/04/2014 à 27H18.
  • claire50140-215773 (Hors-ligne), le 14/10/2013 à 14H19.
  • lolo1105-214388 (Hors-ligne), le 05/10/2013 à 05H14.
  • Elodieh52000-204129 (Hors-ligne), le 09/04/2013 à 09H16.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    L'homme est toujours placé dans une situation où il est libre d'accepter ou de refuser ses inclinations ou alors de subir ou d'ignorer ses craintes. On dira de ces dernières qu'elles nous influencent mais ne nous déterminent pas. A partir de là, nous sommes des agents rationnels parce que notre raison est suffisamment indépendante de nos inclinations et de nos craintes pour soit penser une maxime qui les prends en compte, soit adopter une maxime qui ne les prends pas en compte. Cependant, les étapes 3 et 4 de la procédure de l'impératif catégorique supposent quelque chose de plus que le fait d'être rationnel: il faut que les gens aient la capacité de se demander «et si tout le monde faisait comme moi ?», ce qui revient à avoir une capacité de s'ouvrir aux autres, c'est à dire un sens moral.

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    «Renoncer à sa liberté, c'est renoncer à sa qualité d'homme, aux droits de l'humanité, même à ses devoirs» Rousseau

    Ajouté par webmaster

    Rousseau, Du contrat social. "Renoncer à sa liberté c'est renoncer à sa qualité d'homme, aux droits de l'humanité, même à ses devoirs. Il n'y a nul dédommagement possibles pour quiconque renonce à tout. Une telle renonciation est incompatible avec la nature de l'homme, et c'est ôter toute moralité à ses actions que d'ôter cette liberté à sa volonté ."

    Ajouté par webmaster

    Renoncer à sa liberté, c'est renoncer à sa qualité d'homme, aux droits de l'humanité, même à ses devoirs., ROUSSEAU, Du contrat social, I, IV.

    Ajouté par webmaster

    « Renoncer à sa liberté, c'est renoncer à sa qualité d'homme, aux droits de l'humanité, même à ses devoirs. » Rousseau, Du contrat social, 1762.

    Ajouté par webmaster

    LE DEVOIR ET LA VIE "La majesté du devoir n'a rien à faire avec la jouissance de la vie." Kant, Critique de la raison pratique, 1788.

    Ajouté par webmaster

    Montesquieu, De l'esprit des lois, I, Garnier Flammarion, page 292. "Il faut se mettre dans l'esprit ce que c'est que l'indépendance et ce que c'est que la liberté. La liberté est le droit de faire tout ce que les lois permettent: et, si un citoyen pouvait faire ce qu'elles défendent, il n'aurait plus de liberté, parce que les autres auraient tout de même ce pouvoir."

    Ajouté par webmaster

    Je suis fâché, Landry (...) que tu n'aies pas eu le courage de renoncer à la fréquenter. Si tu avais agi selon ton devoir, tu n'aurais pas été la cause de son départ... Que tu ne l'épouses jamais, Landry, voilà tout ce que j'exige de toi., G. SAND, la Petite Fadette, XXX.

    Ajouté par webmaster

    Montesquieu • "Dans un État, c'est-à-dire dans une société où il y a des lois, la liberté ne peut consister qu'à pouvoir faire ce que l'on doit vouloir, et à n'être point contraint de faire ce que l'on ne doit pas vouloir. […] La liberté est le droit de faire tout ce que les lois permettent."

    Ajouté par webmaster

    Malebranche, Traité de la nature et de la grâce, troisième discours. "Or, il faut prendre garde que le principal devoir des esprits c'est de conserver et d'augmenter leur liberté: parce que c'est par le bon usage qu'ils peuvent en faire, qu'ils peuvent mériter leur bonheur."

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Faire son devoir, est-ce renoncer à sa liberté ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo