LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Est-il légitime d'avoir bonne conscience ? Ne connaît-on de soi que ce qu'on change ? >>


Partager

Faut-il considérer le corps comme le malheur de la conscience ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Faut-il considérer le corps comme le malheur de la conscience ?



Publié le : 25/2/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Faut-il considérer le corps comme le malheur de la conscience ?
Zoom

Le corps est le tombeau de l'âme (Platon). La conscience est prisonnière du corps, lieu de la corruption, de la souffrance et de la mort. Mais, le corps et la conscience sont indissolublement liés. Les maladies psychosomatiques montrent bien que psychique et corporel ne font qu'un.



Un mode véritable de connaître, qui exclut le corps, où l'âme, autonome, agit « par ses propres moyens », et « à travers elle-même ». L'immatérialité de l'âme suppose sa transparence. Se regardant, elle est claire à elle-même, sans avoir dès lors à souffrir de l'opacité du corps, qui obscurcit inévitablement toute connaissance.Cette opposition est si forte que pas un seul instant, devant une telle présentation, on n'hésiterait à choisir le second mode, qui seul autorise la connaissance (que l'on suppose pour le moins progressive, à l'opposé de l'ignorance « absolue »). Mais il n'y a jamais d'évidence que pour ceux qui voient... Ce qui explique, sans doute, que la plupart des hommes, dont l'âme est aveuglée, soient dans l'ignorance.La philosophie, à distinguer des philosophes qui sont sur le chemin du savoir, et dont Platon fait une personne vivante, explique cette situation paradoxale, en éclairant le sens de la métaphore. Le corps est une prison parce que le corps est « oeuvre du désir ». Ce qui renvoie à la fameuse tripartition que l'on trouvera dans le livre IV de la République, avec la hiérarchie du nous (l'esprit), le thumos (le courage) et l'épithumia (le désir). Ici, l'opposition joue plus radicalement entre l'âme et le corps, l'esprit et le désir.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 3439 mots (soit 5 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Faut-il considérer le corps comme le malheur de la conscience ?" a obtenu la note de :

6 / 10

Corrigé consulté par :
  • themis-278836 (Hors-ligne), le 18/09/2016 é 18H14.
  • louhrsch-275929 (Hors-ligne), le 17/04/2016 é 17H20.
  • macelo-262830 (Hors-ligne), le 01/10/2015 é 01H19.
  • Sanaaah-215194 (Hors-ligne), le 12/01/2014 é 12H21.
  • Simi-226687 (Hors-ligne), le 06/01/2014 é 06H22.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédente

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit