NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Quel sens peut avoir l'égalité dans une socié ... La philosophie peut-elle dépasser son temps ? >>


Partager

Faut-il se demander si l'homme est bon ou méchant par nature ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Faut-il se demander si l'homme est bon ou méchant par nature ?



Publié le : 27/2/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Faut-il se demander si l'homme est bon ou méchant par nature ?
Zoom

L'homme est par nature un être moral, en ce sens qu'il ne se contente pas d'être ce qu'il est : en se représentant à lui-même sa propre existence, l'homme est capable de déterminer son devoir-être. Or, ce devoir-être peut être orienté dans son principe par la détermination d'une nature morale originaire de l'homme, à laquelle toute action devrait se conformer ou au contraire se soustraire, pour être dite bonne. Ainsi, en quoi la détermination d'une nature morale originaire de l'homme influe-t-elle sur cette moralité même ? Cette influence est-elle souhaitable, et est-elle même conforme à l'essence propre de la moralité ? Ne peut-on pas voir dans cette détermination a priori d'une nature morale de l'homme l'effet même d'une moralité a posteriori construite librement par l'homme lui-même ?



N'existe-t-il pas quelques principes fondamentaux et universels (comme par exemple ceux qui sous-tendent les droits de l'homme), qui restent hors de portée d'une telle relativisation ? Prolongements

* On connaît la fameuse diatribe de Rousseau contre Montaigne à ce sujet (l'Émile, livre IV). Critique du scepticisme qui se plaît à souligner le caractère variable des moeurs et de la morale pour en tirer argument.

Thèse de Rousseau : «Il est donc au fond de nos âmes un principe inné de justice et de vertu, sur lequel, malgré nos propres maximes, nous jugeons nos actions et celles d'autrui comme bonnes ou mauvaises. «

* On pourrait aussi, avec Kant, montrer comment l'idée de communauté humaine peut être fondée d'un point de vue cosmopolite. La confusion trop fréquente entre la critique épistémologique et éthique de l'ethnocentrisme et le relativisme obscurantiste où se perd la valeur universelle des droits de l'homme ne peut être efficacement critiquée qu'à partir d'une redéfinition rigoureuse des points de vue auxquels il est possible de se placer.

Explicitation des présupposés de la thèse

* Il s'agit de statuer sur la portée de l'expression : «Faut-il se demander «. C'est la nécessité d'une question qui est envisagée. Au regard de quoi cette nécessité sera-t-elle évaluée ? En référence à quel domaine concret peut-on poser la question?




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 5782 mots (soit 8 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet "Faut-il se demander si l'homme est bon ou méchant par nature ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • Charlotte37003 (Hors-ligne), le 03/02/2011 é 03H10.
  • Seb1351 (Hors-ligne), le 11/01/2011 é 11H22.
  • Mitton17156 (Hors-ligne), le 29/11/2009 é 29H18.
  • Moi20577 (Hors-ligne), le 24/02/2009 é 24H16.
  • Lauriane4655 (Hors-ligne), le 27/09/2008 é 27H17.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit