NoCopy.net

Faut-il donner le pouvoir aux philosophes ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La logique suffit-elle à fonder une science ? La quête du plaisir est-il le but de la vie ? >>


Partager

Faut-il donner le pouvoir aux philosophes ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Faut-il donner le pouvoir aux philosophes ?



Publié le : 5/3/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Faut-il donner le pouvoir aux philosophes ?
Zoom

 Pourquoi cette question se pose? Qu'est-ce que pourraient avoir les philosophes et que n'ont pas les autres « corporations « professionnelles? On semble penser que les philosophes disposent d'une connaissance qui ferait de leurs mains des mains plus aptes à détenir le pouvoir, à l'exercer avec discernement et d'équité. On a alors aussitôt deux questions qui nous viennent en tête. La première, c'est celle qui concerne la différence possible entre savoir et faire. En effet, tout savoir est-il automatiquement un savoir faire? Est-ce que, sous prétexte que les philosophes ont quelques notions de morale et de politique, on ressentirait pour autant la répercussion de ce savoir dans leurs actes? S'agit-il de savoir pour bien faire? On se souvient de cette phrase d'Ovide « Video meliora, proboque, deteriora sequor «: je vois le bien, je l'approuve et je fais le mal. La seconde question est une question encore plus troublante: doit-on donner le pouvoir à « ceux qui savent «? N'y-a-t-il pas quelque chose ici de foncièrement anti-démocratique? On effet, la position qui consisterait à vouloir amener les philosophes au pouvoir semble parallèlement s'élever contre tout amateurisme politique. C'est ce qu'on nomme la technocratie, c'est-à-dire le pouvoir à ceux qui savent exclusivement, à ceux qui s'y connaissent, les autres devant par là-même rester dans l'ombre des décisions prises par des experts. On pourrait résumer ses deux questions dans une problématique globale? Le pouvoir doit-il revenir aux experts qui n'ont pour eux que la connaissance, tandis que le peuple reste à l'écart des décisions concernant le destin de la cité?



Pourquoi cette question se pose? Qu'est-ce que pourraient avoir les philosophes et que n'ont pas les autres « corporations » professionnelles? On semble penser que les philosophes disposent d'une connaissance qui ferait de leurs mains des mains plus aptes à détenir le pouvoir, à l'exercer avec discernement et d'équité. On a alors aussitôt deux questions qui nous viennent en tête. La première, c'est celle qui concerne la différence possible entre savoir et faire. En effet, tout savoir est-il automatiquement un savoir faire? Est-ce que, sous prétexte que les philosophes ont quelques notions de morale et de politique, on ressentirait pour autant la répercussion de ce savoir dans leurs actes? S'agit-il de savoir pour bien faire? On se souvient de cette phrase d'Ovide « Video meliora, proboque, deteriora sequor »: je vois le bien, je l'approuve et je fais le mal. La seconde question est une question encore plus troublante: doit-on donner le pouvoir à « ceux qui savent »? N'y-a-t-il pas quelque chose ici de foncièrement anti-démocratique? On effet, la position qui consisterait à vouloir amener les philosophes au pouvoir semble parallèlement s'élever contre tout amateurisme politique. C'est ce qu'on nomme la technocratie, c'est-à-dire le pouvoir à ceux qui savent exclusivement, à ceux qui s'y connaissent, les autres devant par là-même rester dans l'ombre des décisions prises par des experts. On pourrait résumer ses deux questions dans une problématique globale? Le pouvoir doit-il revenir aux experts qui n'ont pour eux que la connaissance, tandis que le peuple reste à l'écart des décisions concernant le destin de la cité?


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Faut-il donner le pouvoir aux philosophes ? Corrigé de 1903 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Faut-il donner le pouvoir aux philosophes ?" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
Corrigé consulté par :
  • christine4342 (Hors-ligne), le 27/09/2008 é 27H10.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Faut-il donner le pouvoir aux philosophes ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit