NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Un art d'interpréter le futur peut-il être ra ... Faut-il favoriser la liberté de l'interprétat ... >>


Partager

Faut-il se méfier de la multiplicité des interprétations ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Faut-il se méfier de la multiplicité des interprétations ?



Publié le : 26/1/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Ce corrigé vous sera utile pour ces autres sujets voisins

Faut-il se méfier de la multiplicité des interprétations ?
Zoom

L’interprétation est un jugement non sur des faits mais sur du sens, sens d’éléments langagiers (mots, textes) ou plus largement signifiants : expressions corporelles, œuvres d’art, ou n’ayant pas nécessairement été produits avec une intention signifiante, mais dont on peut considérer qu’ils en sont néanmoins porteurs : événements historiques ou d’actualité par exemple, conduites, voire phénomènes naturels. C’est une notion extrêmement large puisque elle touche aussi bien à l’art, au langage à la psychanalyse et peut même  entremêler ces dimensions. De là découle une certaine difficulté quant à la définition de ce que recouvre la possibilité d’une bonne interprétation face notamment au foisonnement des sens possible. En effet du côté de la multiplicité on a tendance à mettre le relativisme, c’est-à-dire ce qui est incapable de se donner une unité, de se fonder et d’avoir une cohérence. C’est pour cette raison que l’on se méfie de la multiplicité des interprétations. Mais la multiplicité est-elle signe uniquement d’une défaillance ? Ne peut-elle pas être le signe d’une pensée qui évolue dans diverses sens, non pour s’égarer nécessairement, mais parce qu’elle doit justement se trouver dans la multiplicité du sens pour être capable de s’enrichir ? Ou comme le dit Ricœur que: « Il y a interprétation là où il y a sens multiple, c’est dans l’interprétation que la pluralité des sens est rendue manifeste «.

Soulignons en premier lieu, que devant la diversité des interprétations, on peut être tenté de craindre le relativisme, c’est-à-dire ce régime de la pensée qui autorise toutes les interprétations, et nous égare immanquablement. C’est pour cette raison que l’on cherche à instituer une interprétation unique que l’on décrète seule légitime.

Mais pour que cette interprétation ne soit pas considérée comme dogmatique ou arbitraire ne faut-il pas la légiférer la méthode interprétative  par les lois de la raison.

Seulement l’interprétation n’est pas une connaissance, elle porte en elle un caractère subjectif et relatif qui dessine certes sa limite mais instaure la possibilité pour tout interprète de s’enrichir, de dialoguer et d’éprouver sans cesse la diversité des sens ainsi que leurs foisonnements irréductibles. Si bien que l’on sera tenté de conclure, sans le déplorer, qu’il ne saurait y avoir une seule interprétation valide, et de souligner que le propre de toute interprétation est d’être limitée. Qu’est-ce à dire sinon que l’instrument de l’interprétation est  la multiplicité ?



: celui de l'auteur, celui de l'interprète. Todorov "Connaître c'est toujours entrer en relation avec quelque chose... que les choses puissent avoir une nature en soi, indépendamment de l'interprétation et de la subjectivité, c'est une hypothèse parfaitement oiseuse; elle supposerait que l'interprétation et la subjectivité de sont pas essentielles, qu'une chose détachée de toutes ses relations est encore une chose... Le caractère interprétatif de tous les phénomènes choisis et groupés par un être qui les interprète." Nietzsche Heidegger La « philosophie » est dans la nécessité constante de justifier son existence devant les « sciences ». Elle pense y arriver plus sûrement en s'élevant elle-même au rang d'une science. Mais cet effort est l'abandon de l'essence de la pensée. La philosophie est poursuivie par la crainte de perdre en considération et en validité si elle n'est science. On voit là comme un manque qui est assimilé à une non-scientificité. L'Être en tant que l'élément de la pensée est abandonné dans l'interprétation technique de la pensée.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 3227 mots (soit 5 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Faut-il se méfier de la multiplicité des interprétations ?" a obtenu la note de :

7 / 10

Corrigé consulté par :
  • Paul42371 (Hors-ligne), le 28/03/2010 é 28H21.
  • Pascale57597 (Hors-ligne), le 26/03/2010 é 26H15.
  • Maxime7286 (Hors-ligne), le 15/10/2008 é 15H19.
  • Adrien7195 (Hors-ligne), le 15/10/2008 é 15H13.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit