Faut-il de la passion en politique ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Y a-t-il des passions communes ? Art et passion ? >>


Partager

Faut-il de la passion en politique ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Faut-il de la passion en politique ?



Publié le : 3/2/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

La question est donc ici celle de l’opportunité/de la nécessité du recours aux passions en politique. Autrement dit, comment faut-il, en politique, employer, réguler les passions, si on ne fait pas le choix de les réprimer totalement ?
Répondre à cette question demande de poser d’abord celle des conséquences de la présence des passions en politique : par exemple, si l’on schématise, la présence de la colère dans la vie politique pourra amener à des instabilités, à une absence de garantie de la justesse de toutes les décisions prises ; la présence de la joie pourrait renforcer le corps politique. Il semble donc possible de faire un certain usage des passions en politique. La question est celle de la pertinence, ou de l’éventuel danger de cet usage : la politique ne doit-elle pas justement être une activité abritée de tout ce que les passions peuvent avoir d’instable et d’aléatoire ? Les passions ne sont-elles pas un moteur bien trop puissant, susceptible d’aliéner les esprits des membres du corps politique ? (on pourra donner l’exemple de l’organisation nazie appelée « Kraft durch Freude «, « la force par la joie «). En même temps, ne pourrait-on pas concevoir une manière de régler l’usage des passions en politique pour profiter de la puissance de leur force motrice sans en subir les risques ? Ce sont autant de questions qui permettent d’aborder ce sujet.



La question est donc ici celle de l'opportunité/de la nécessité du recours de la passion en politique. Autrement dit, comment faut-il, en politique, employer, réguler les passions, si on ne fait pas le choix de les réprimer totalement ?Répondre à cette question demande de poser d'abord celle des conséquences de la présence des passions en politique : par exemple, si l'on schématise, la présence de la colère dans la vie politique pourra amener à des instabilités, à une absence de garantie de la justesse de toutes les décisions prises ; la présence de la joie pourrait renforcer le corps politique. Il semble donc possible de faire un certain usage des passions en politique. La question est celle de la pertinence, ou de l'éventuel danger de cet usage : la politique ne doit-elle pas justement être une activité abritée de tout ce que les passions peuvent avoir d'instable et d'aléatoire ? Les passions ne sont-elles pas un moteur bien trop puissant, susceptible d'aliéner les esprits des membres du corps politique ? (on pourra donner l'exemple de l'organisation nazie appelée « Kraft durch Freude «, « la force par la joie «). En même temps, ne pourrait-on pas concevoir une manière de régler l'usage des passions en politique pour profiter de la puissance de leur force motrice sans en subir les risques ? Ce sont autant de questions qui permettent d'aborder ce sujet.Références utiles : Spinoza, Traité théologico-politique.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Faut-il de la passion en politique ? Corrigé de 5047 mots (soit 7 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Faut-il de la passion en politique ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • Soucmic (Hors-ligne), le 12/03/2011 é 12H17.
  • Justine53515 (Hors-ligne), le 13/01/2010 é 13H18.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Faut-il de la passion en politique ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit